CELT document F830000-001

Généalogie de la Maison de Mac-Carthy anciennement Souveraine des Deux Momonies ou de l'Irlande Méridionale

Introduction

This text by Louis Lainé traces the history of the MacCarthys — from Heber, third son of Milesius. The MacCarthy name is the most numerous of Irish families with a Mac prefix. Due to intermarriage between the French nobility and Irish families, such as the MacCarthys, Lainé's attention was drawn towards the antiquities of Ireland for the Archives généalogiques et historiques [...] series.

The following work is divided into five parts which concentrate on the principles of an honourable name, their noble works and particular calling in life:—

  • Observations on the MacCarthy arms;
  • A history of the House of MacCarthy;
  • An account of the sovereign princes of Desmond and of Cork;
  • An account of the chiefs and viscounts of Muskery, earls of Clan-Carthy;
  • An account of the branch of MacCarthy-Reagh, princes and lords of Carbery.

As the title to the 1839 volume suggests, the primary sources consist of chronicles, poetry, deeds and charters relating to the history of Ireland. In his history of the MacCarthys, the most substantial part of the text, Lainé refers to a valuable eighteenth-century register of the family entitled Généalogie de la Royale et Sérénissime Maison de Mac-Carthy, two folio volumes of parchemin-vélin, the first devoted to historical evidence and the second to genealogical. Lainé specifies that the following sources were consulted in its compilation: the tenth-century Psalter of Cashel, eleventh-century poetry by O'Duvegan, the Leabhar Breac by MacEgan, Chronicum Scotorum, the Annals of Innisfallen, Clonmacnoise, Connacht, and the Four Masters, the Codex Momoniensis or Book of Munster, Geoffrey Keating's Foras Feasa ar Éirinn, Roderic O'Flaherty's Ogygia, and the Abbé MacGeoghegan's Histoire de l'Irlande ancienne et moderne. This material was gathered by Ralph Bigland, Clarenceux King of Arms, and Isaac Heard, Norroy King of Arms, and completed at the College of Arms, London. Each page was “paraphed, attested and signed” by the two English kings of arms and “sealed with their seal of office at London on 8 June 1776.” Sixty years thereafter Lainé stated that these volumes were extant in the archives of the Comte MacCarthy Reagh. Lainé regarded the library of the Comte MacCarthy Reagh as one of the richest in Europe, made “more remarkable by the selection of works, the rarity of editions and the sumptuous condition of their bindings.” 1 On the evidence of this register, his grandfather, Justin, Comte MacCarthy Reagh, was naturalised and admitted with honours to the French court. 2

Throughout Lainé cites his sources and includes copious notes, thus enabling the reader to substantiate his viewpoint. Apart from the references to Charles Vallencey, Sylvester O'Halloran, Sir James Ware, Charles Smith, Mervyn Archdall and James Gordon in his narrative, Lainé mentions MacGeoghegan, O'Flaherty, Leland and Keating in ascending order. MacGeoghegan's position was openly Catholic whereas Dr Thomas Leland, a respected Protestant clergyman and librarian at Trinity College, endorsed early Christian Ireland's reputation for scholarship. 3 Up to the early seventh century, Lainé's narrative repeatedly quotes from the Ogygia by Roderic O'Flaherty, first published in 1685. According to Clare O'Halloran, “O'Flaherty's main aim was to outline a chronology of Irish history which would establish the antiquity of an Irish kingship, beginning with Milesius.” 4 This is consistent with a key theory in European thought. Invasion and conquest were regarded as principal forces of change in history, a pattern for pre-history and a method by which western European origins came to be explained. 5 Lainé noted the Milesian, Viking, English, and Bruce invasions. In common with MacGeoghegan, he identified the Vikings as an external force which undermined Irish society before the Norman conquest, referring to Sitric as 'perfidious'. 6 Though named on only six occasions, special praise is reserved for Sylvester O'Halloran who Lainé terms an 'esteemed historian' who corresponded with the lexicographer John O'Brien, Catholic bishop of Cloyne. 7 Echoing Lainés methodology, Sylvester O'Halloran supported the idea of a Milesian migration and referred to the Psalter of Cashel among his sources while relying upon the annals and Keating. 8

Lainé consulted the 1809 edition of Dermod O'Connor's translation of Keating, rather than the 1811 version by William Haliday. 9 O'Connor's translation had a significant influence on eighteenth- and nineteenth-century views of Gaelic civility. Seeking to broaden his readership among Protestant antiquarians, O'Connor also changed the tone of Keating's history by replacing the term 'Catholic' with 'Christian'. 10 In 1784, the chevalier Thomas O'Gorman of Co. Clare, an officer in the French military, expressed the opinion that “the chief value of the present work of Doctor Keating and his translator [...] consists in the Genealogical Tables of the kings & principal families which are really curious and deserve a great degree of credits”. 11 This reflects the value that Lainé placed on “le docteur Keating”. When citing the obits in his work, Lainé distinguished between the annals by including the variant years of death. He notes when there is only source as authority and interrogates secondary sources such as Leland and Gordon. 12 Beyond the events of the seventeenth century, Lainé depended upon peerages of Ireland, a point underlined by the inclusion of the arms of families mentioned in his marginalia for the later period.

Louis Lainé was born in the early 1790s. Following military service and work as an industrial accountant, he began his career in heraldry in 1814 collaborating with Nicolas Viton de Saint-Allais at the Bureau du Nobilaire Universel de France in Paris. 13 Their work was in demand with an eager readership among nobles seeking the return of titles and privileges lost in the revolution of 1789. 14

In the words of his assistant, J. J. L. Lainé, “the abolition of titles does not destroy the prestige of names.” Relying upon nobles to provide them with access to relevant manuscript sources, Louis Lainé and De Saint-Allais produced Nobiliaire universel de France [...] and Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France in eighteen volumes and two volumes respectively. From 1827, Lainé worked as an associate of Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, honorary genealogist to both Louis XVIII and his younger brother Charles X. Together, Lainé and De Courcelles compiled the Dictionnaire historique et biographique des généraux français in nine volumes dealing with events from the eleventh century until 1820. These were followed by the Dictionnaire de la noblesse in five, and Histoire généalogique et héraldique des pairs de France in twelve volumes.

Bringing to press his Dictionnaire véridique des origines des maisons nobles ou anobles du Royaume de France in two volumes in 1818, Lainé embarked upon the publication of Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France ten years later. From 1831 to 1835, he co-operated in editing the Dictionnaire de la Conversation et la Lecture. During this period, he also responded in print to defamatory statements made against him. In total, eleven volumes appeared in the Archives généalogiques et historiques series up to 1850. To quote J. J. L. Lainé, “the measure of [Louis Lainé's] erudition and the surety of his judgment” was his critical review of the museum at Versailles, printed in the ninth volume. Publication of the final volume was posthumous, due to the revolution of February 1848 which overthrew Louis Philippe I. These events led to the abolition of the nobility's legal status. On 24 August the following year, Louis Lainé died in Paris at fifty-nine years of age during a cholera epidemic. 15

Lainé's writings reflect the popular interest which history enjoyed in French- and German-speaking lands during the nineteenth century where the study of history rivalled that of philosophy. 16 On the title page to the volume, Lainé states that he was successor to De Courcelles, genealogist to Louis XVIII and Charles X. Among his other works, De Courcelles compiled several tomes on verifying the date of documents. In a similar way to Sylvester O'Halloran, Lainé exults in martial prowess from early medieval times onwards, thereby setting the precedent for MacCarthy military service in France. During the Bourbon restoration, from the fall of Napoleon to 1830, old Jacobite feats at victories, such as the Battle of Fontenoy in 1745, were celebrated by the French. 17 Among the prominent Jacobites referred to here by Lainé are Justin, Lord Mountcashel (d.1694), and Robert, fifth earl of Clancarthy (d.1769).

Louis Philippe, duke of Orléans, a cousin of Louis XVIII and Charles X, was elected to the French throne in 1830. With its concern for sovereignty, inheritance and fealty to legitimate authority, Lainé's book on the MacCarthys is a work of its times. It was written when the Orléanists were in the political ascendancy in France. Followers of the house of Orléans believed in a constitutional rather than absolutist monarchy and came to power after the revolution of 1830. 18 Bearing in mind that Louis Philippe I was elected 'King of the French,' it is interesting to note Lainé's favourable treatment of succession by the Brehon law of 'tanistrie.' This contrasts with the view that it caused instability espoused by John Davies and Thomas Leland, both of whom Lainé quotes elsewhere. Indeed, in dwelling on a perceived golden age of civilisation, Lainé's work reflects the tendency to see the revolution of 1789 as a renewed source of instability and barbarism. 19

David Hume, the eighteenth-century Scottish empiricist, recommended comparing the language and customs of neighbouring countries. 20 There are several specific reasons to explain Lainé's interest in Ireland's past. France had offered a hospitable welcome to antiquarians from Ireland since Ware's sojourn in exile from 1649 to 1660. 21 A century later, the Catholic bishop of Cloyne, John O'Brien, owned the copy of the Chronicum Scotorum now preserved in Dublin, Trinity College Library, probably during his residence in France where he lived prior to his death in 1769. 22 Moreover, Irish troops were levied to serve in French armies for much of the early-modern era. 23 By the second half of the eighteenth century, descendants of the MacCarthys were ennobled in France and, as such, remained royalist in their outlook. As with many French writers, Louis Lainé took every opportunity to express sympathy for the Irish cause and regularly expounds upon their disdain for the English, especially from the twelfth to the seventeenth century. 24 In doing so, he overemphasises the idea of a united Irish effort, a concept of nationalism which would have been difficult to conceive in the medieval period. 25

From the earliest times, Lainé emphasises the consolidation of landholdings through strategic marriages. By his union with Cairea, daughter of Laoghaire, Cronan, third son of Corc, son of Lugh, obtained in east Meath the territory of Cuirone which today forms the barony of East Kilkenny, or Dillon's country. After explaining the Eóghanachta and Dál gCais descent from Oilioll Olum, third-century king of Munster, Lainé deals with the struggle of the MacCarthys and the O'Briens for supremacy over the two Munsters. To counteract this rivalry during the medieval period, several marriages were arranged: Sara MacCarthy with Dermod O'Brien, ruler of the two Munsters; and Sabia MacCarthy with Turlogh O'Brien, prince of Thomond, for instance. The subsequent concentration of the MacCarthys' political authority in Desmond is reflected in their alliances with the Fitzmaurice earls of Desmond and lords of Kerry. To retain control over their territories, intermarriage between branches of the MacCarthys also occurred. Other references here show that the MacCarthys entered into alliances with neighbouring dynasties such as the Butlers, Fitzgeralds, Barrys, O'Sullivans, O'Driscolls, O'Donovans and O'Callaghans. Later, the geographical distribution of MacCarthy marriages occasionally extended beyond these groups to England and France. From the closing quarter of the eighteenth century, alliances between the MacCarthys and the French nobility become more apparent. At the time Lainé was writing, the last named member of the family—the son of Robert, comte MacCarthy-Reagh, and Emilie-Marie de Bressac—was twenty-eight years of age.

Prior to its donation to the Library at University College Cork in 1931, the present volume of Lainé's work on the MacCarthys had three owners. The first was Robert Donovan who wrote his name and the year 1840 on the title page, appending his crest and initials on the inside board of the cover. Notes that he made in the book are included here. The magistrate and a Poor Law guardian, Richard Donovan of Lisheens House, Ballincollig, Co. Cork, wrote on genealogical matters to John O'Donovan from June to December 1842 and January 1847 until March 1848. 26 Offering evidence that works such as Lainé's were prized by readers, Richard Donovan's notes marvel at the translation of the Battle of Magh Rath by John O'Donovan with its genealogical tree. The O'Donovans were among the followers of the MacCarthys who traced their descent to the Eóghanachta. Further, in the eighteenth century, intermarriages occurred with the MacCarthys of Carbery and the O'Donovans. It is a mark of Lainé's accomplishment that he applied himself to publishing his findings more than a decade before others in Ireland. As such Lainé's work provides a bridge between Gaelic manuscript culture and the printed research of later scholars such as John O'Donovan, Eugene O'Curry, Whitley Stokes and W. M. Hennessy. That said, occasional shortcomings in Lainé's research are understandable, such as his claim that the McCartneys of Scotland were descended from the MacCarthys. 27

The second owner of this copy, John Paul Dalton, is identified in a letter dated 10 September 1893 and written at Bournemouth by Herbert Webb Gillman. 28 Dalton was instrumental in founding the Cork Municipal Museum and became first curator. Joint Honorary Secretary of the Cork Historical and Archaeological Society, he was elected a member of the Cork School of Music and Art, belonged to the Cork Literary and Scientific Society and addressed the Royal Society of Antiquaries of Ireland. From 1892 until 1909, he published essays, poems and review articles in the Journal of the Cork Historical and Archaeological Society and the New Ireland Review. He died at a comparatively young age in 1912. 29 Dalton's correspondent, Herbert Webb Gillman, was a founding member of Cork Historical and Archaeological Society. 30 He contributed many articles to the Journal of the Society in the 1890s concerning military matters, souterrains, castles and native enclosed settlements, marriage, clans and clan systems. These included: 'Sir Cormac McTeige MacCarthy and the sept lands of Muskerry, Co. Cork; with a historical pedigree' and 'Carrignamuck Castle, County Cork: a stronghold of the MacCarthys'. According to Gillman's letter to Dalton, most of the historical research compiled on the MacCarthys by the late nineteenth century related 'chiefly to the MacCarthys of Gleannacruim'. The work of Lainé 'is of larger interest' because it deals with other branches of the family. 31 A postscript to the letter states that Dalton was 'very fortunate' to have a copy of Lainé's book and asks for a loan of it. 32

A stamp on a verso leaf before the title page states that this copy was: 'Presented to Cork University Library by Senator J.C. Dowdall, L.L.D.' while the accompanying library stamps are dated 15 May 1931. This relates to James Dowdall, a businessman and a member of the governing body of University College Cork. Born 1874 in Chatham, England, he lived at Sunday's Well. Dowdall O'Mahony & Company exported butter products from its factory on Union Quay, Cork. 33 In 1903, James Dowdall was a founder member and president of the Cork Industrial Development Association. He was also a company director at Lucania Cycles, Cork Gas, and Hibernian Insurance. 34 In December 1922, the President of the Executive Council of the Irish Free State, W. T. Cosgrave, nominated Dowdall to Seanad Éireann for 12 years as an Independent candidate. Senator Dowdall received the honorary degree of Doctor of Laws from University College Cork in 1926. 35 In the Seanad election eight years later, he stood for Fianna Fáil and was re-elected for nine years. James Dowdall died on 28 June 1939 and is buried in St Finbarr's Cemetery, Cork. It is appropriate, therefore, that a present-day member of the governing body of University College Cork has sponsored this electronic edition. Dr Brian McCarthy of Fexco Financial Services has a long-standing interest in the history and heritage of the MacCarthy name. We are most grateful for his generous support.

Benjamin Hazard, July 2014.


P. Louis Lainé

Généalogie de la Maison de Mac-Carthy anciennement Souveraine des Deux Momonies ou de l'Irlande Méridionale

Généalogie de la Maison de Mac-Carthy anciennement Souveraine des Deux Momonies ou de l'Irlande Méridionale; dressée d'aprés les Chroniques, les Poèmes Nationaux, Les Cartulaires, les Actes Publics et Autres Monuments de l'Histoire d'Hibernie, et publiée dans le cinquième volume de les Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, par M. Lainé successeur de M. de Courcelles, Généalogiste des rois Louis XVIII et Charles X. Paris, Imprimerie de Béthune et Plon, 36 rue de Vaugirard, 1839.

 p.1

MAC-CARTHY

Observations sur les Armes des Mac-Carthy

Ancien rois des deux Momonies, de Desmond et de Cork, chefs et vicomtes de Muskery, princes et lords de Carbery, comtes de Clancare et de Clan-Carthy, vicomtes de Mountcashel, barons de Valentia, de Blarney, lords MaCartney, barons de Lissanoure, pairs d'Irlande, et depuis l'union pairs d'Angleterre.

Armes; d'argent, au cerf passant de gueles, ramé de 10 cors et onglé d'or. L'eacute;cu timbré de l'asion, ou couronne antique irlandaise. Tenants: deux anges de carnation,  p.2 allés et chevelés d'or, vêtus des tuniques d'argent, le manteau de pourpre, chacun se couvrant la poitrine d'un bouclier, celui de dextre aux armoiries de la province de Munster, celui de senestre aux armes de la ville de Cork. Cimier: un dextrochère tenant un lézard au naturel, avec le cri Lamh Laidir Abou! (Vive le bras fort!) Légende: Sinnsior Clanna Milead (atnés de tribu de Milesius). Devise des Mac-Carthy-Môr: Forti et Fideli Nihil Difficile. Devise des Mac-Carthy-Reagh: Fortis, Ferox et Celer

D'anciennes chroniques rapportent qu'Eanda Dearg (le Rouge), roi de Momonie, l'un des aïeux d'Eogan traversant un jour avec sa suite les montagnes de Desmond, aperçut venant à lui un cerf d'une grandeur extraordinaire; qu'alors saisissant un arc de la main d'un des siens, il abattit l'animal d'un coup de flèche. Des médailles furent frappées en commémoration de cet événement. Elles représentaient l'effigie du cerf, et devinrent un objet d'ornement pour les Momoniens, qui les portaient suspendues à leur cou. Lorsque les tournois eurent introduit l'usage des armoiries, les Mac-Carthy firent de ce même cerf la pièce intérieure de leur écu. Il est remarquable que le cimier national de l'Irlande est encore de nos jours un cerf de gueules, ramé et onglé d'or, s'élançant de l'entrée d'une tour. 36

La tradition du cimier des Mac-Carthy se rapporte à des temps où le merveilleux servait à expliquer les origines. Colgan, roi de Momonie, né à Thurles, dans le comté actuel de Tipperary, était venu au monde, suivant de vieilles légendes, tenant un lézard dans la main. De-la l'adoption par sa postérité du lézard avec la devise: Meum est Regnare abandonnée dans les temps modernes. (Keogh's Antiquities of Ireland. Dublin, 1748 p. 158). Un fait positif, c'est que toutes les familles milésiennes ont adopté le lézard pour cimier de leurs armes.

Aux époques ou, parmi les possessions des Mac-Carthy, plusieurs  p.3 furent érigées en pairies, les diverses branches alors existantes de cette maison ont dû surmonter leur écu de couronnes distinctives en rapport avec la dignité de leurs fiefs.

Le rameau de Macartney portait: d'or, au cerf de gueules, à la bordure du même. Pour cimier un dextrochère tenant une branche de rosier, avec cette devise: Stimulat sed Ornat. Celle de l'écusson était: Mens Conscia Recti. 37

Histoire de la Maison de Mac-Carthy

L'histoire de la maison de Mac-Carthy 38 a été pendant une suite de siècles si étroitement liée à celle  p.4 de la nation irlandaise, qu'il faut nécessairement monter jusqu'au berceau même de cette nation belliqueuse, si l'on veut se rendre compte de l'origine cette illustre famille, et du rang qu'on lui voit tenir parmi les dynasties royales qui ont gouverné les différentes contrées de ce pays jusqu'à l'invasion anglaise en 1169.

L'opinion des savants, soit irlandais, soit étrangers est très-divergente à l'égard de l'époque probable où l'Hibernie fut peuplée. Mais tous s'accordent sur les circonstances relatives à l'établissement dans ce pays de la puissance Scoto-Milésienne. 39 Trois fils de Milead (dont le nom a été latinisé par Milesius), roi de Gallice, en Espagne, nommés Heber, Heremon et Ir, accompagnés de Lugad, leur cousin-germain, fils d'Ith, leur oncle paternel, abordèrent en Irlande plusieurs siècles avant l'ère chrétienne, à la tête d'une nombreuse colonie. Après s'être mis en possession de l'île, eux ou leurs  p.5 descendants la divisèrent en royaumes provinciaux, 40 qui tous reconnurent comme lien fédéral un monarque suprême, sans toutefois s'astreindre envers ce pouvoir central et modérateur à aucun devoir de vassalité. 41 Ces souverainetés, d'une indépendance égale et absolue, furent réparties dans les quatre races des conquérants de l'Irlande, savoir: la race hébérienne, 42 dont est descendue en ligne directe la maison Mac-Carthy, d'après le témoignage unanime des historiens nationaux;  p.6 la race hérémonienne, 43 celle de Clanna-Rory on race d'Ir, 44 et celle d'Ib, Lugad on lugadienne, 45 issue de Lugad, fils d'Ith.

Une loi fondamentale, 46 qui par son esprit paraît remonter aux premiers temps de cette confédération, en fixant l'hérédité du pouvoir dans chaque race, l'avait en quelque sorte rendu électif quant aux individus. Cette loi, dite de tanistrie, ou de séniorat, appelait à la  p.7 couronne ou au gouvernement de chaque tribu, non pas le prince qui représentait la branche aînée de son sang, selon l'ordre de primogéniture, mais celui en qui se réunissaient l'âge et l'expérience nécessaires. Conformément à cette institution, le taniste ou successeur présomptif était solennellement déclaré et reconnu du vivant du souverain, et de ce moment investi du commandement des années et de l'administration suprême, de la justice. Cet usage explique comment les princes milésiens ont fourni tour à tour des monarques et des rois provinciaux, tantôt de la race hébérienne, tantôt de la race hérémonienne, quelquefois de celle des Clanna-Rory, et d'autres fois de la race des Lugadiens: loi dont la nécessité fut sans doute justifiée par la barbarie des temps qui la vit naîtré, mais d'où l'on vît sortir le germe des sanglantes divisions et de la funeste anarchie qui ont amené l'invasion de l'Irlande et l'anéantissement de sa nationalité.

La race hébérienne, et particulièrement la branche aînée de cette race, dite eugénienne, souche de la maison de Mac-Carthy, royale en Desmond et à Cork, comptait déjà, en 959, quarante-quatre rois provinciaux à partir d'Olioll-Flann-Môr, arrière petit fils d'Eogan-Môr (Eugène-le-Grand) surnommé Mogh-Nuadhad, qui régnait sur la Momonie et la moitié de l'Irlande vers la fin du 2e siècle, et périt à la bataille de Moylena en 192. Parmi cette longue suite de rois eugéniens, la plupart renommés par leurs qualités guerrières, Aongus ou Aeneas a laissé une mémoire vénérée des peuples de la Momonie par l'accueil généreux qu'il fit à saint Patrice, en 448, lors de son apostolat en Irlande, et par la ferveur qu'il mit à propager le christianisme dans son royaume et à fonder et doter richement les premier établissements  p.8 religieux. L'example de ce prince a servi de règle à nombre de ses descendants. 47 Par leur pieuse munificence et leurs libéralités, toute la partie de l'Irlande soumise à leur domination a vu s'élever successivement les temples où se célèbrent encore les saints mystères de la foi catholique, et leur zèle, éclairé et purifié par une constante pratique, n'a pas cessé de former le caractère distinctif des Mac-Carthy, soit aux époques de la puissance et de la splendeur de cette illustre famille, soit à travers les vicissitudes qui furent aussi son partage.

Une période remarquable dans l'histoire de cette maison fut celle de l'interruption pendant six siècles (315 à 959), au profit de la branche eugénienne, de la loi de tanistrie ou de succession alternative. 48 Un  p.9 prince de Thomond, Mahon, fils de Kinnedy, et chef de la branche des ô Brien, issus de Cormac-Cas, second fils de Mogh-Nuadhad, revendiqua ce droit et le remit on vigueur dans sa branche, à l'exclusion réciproque et presque continuelle des Mac-Carthy. Ce fut le sujet d'une fatale rivalité entre les deux branches. On les vit fréquemment les armes à la main disputer ou défendre ce droit de succession séniorale devenu équivoque par la longue prescription dont se prévalait la branche eugénienne. Celle-ci, après bien des efforts, parvint à ressaisir et à faire respecter le droit d'élection que lui assurait la loi des tanistes, invoquée en 959 par les ô Brien pour la déposséder. Cormac Muithamnagh Mac-Carthy, roi de Desmond ou de la Momonie méridionale, ne se borna pas à réclamer le bénéfice de cette loi: il précipita du trône Conor-na-Catharach ô Brien, et régna deux ans à sa place sur les deux Momnies. Tombé sous le fer d'un assassin en 1138, il eut pour successeur Turlogh ô Brien, frère de Conor, auquel furent associés, d'abord Taig Mac-Carthy, le plus jeune frère de Cormac, de 1151 à 1155, ensuite Dermod-Môr Mac-Carthy, fils du même Cormac, et roi de Desmond et de Cork. Ce dernier prince fut dans un état permanent d'hostilités avec Donall-Môr ô Brien, fils de Turlogh, pour le trône de toute la Momonie. La fureur des guerres privées qui déchiraient l'Irlande était alors à son comble. Toutes les souverainetés qui composaient la confédération hibernienne étaient aux prises et présentaient le tableau d'une combustion générale. Depuis  p.10 long-temps les Anglais méditaient la conquête de l'île et dès 1156 le saint-siège leur on avait accorde l'investiture. Cette affreuse anarchie était trop favorable à leur dessein pour qu'ils négligeassant d'en profiter. Ils abordèrent en Irlande en 1169, et par la constance de leurs efforts et l'habileté de leur politique, ils subjuguèrent tous les rois provinciaux et les forcèrent à rendre hommage à la puissance britannique. Ce fut en 1172 qu'il la suite de plusieurs défaites, Dermod Môr Mac-Carthy se soumit au serment fidélité qu'exigeait Henri II, roi d'Angleterre; faible lien dans l'origine, et trop impuissant pour contenir Dermod et ses successeurs dans les entreprises souvent heureuses qu'ils firent pendant près de deux siècles contre les Anglais de Momonie, soit avec le concours des autres princes confédérés, soit par la seule force de leurs armes.

Cependant les événements qui devaient changer les destinées de l'Irlande portaient un coup funeste à l'existence politique de Mac-Carthy. Le belliqueux Dermod et son fils, Donall-Môr na-Curra Mac-Carthy, célèbre par ses fréquentes victoires sur les Anglais, continuérent à se maintenir dans le titre de rois de Desmond. Mais leurs successeurs, affaiblis par leurs divisions, durent abdiquer cette dignité suprême que douze siècles avaient transmise avec plus ou moins d'éclat à plus de 60 chefs de leur race. Du reste, les Mac-Carthy conservèrent la plénitude de leur indépendance et de leur pouvoir sur leurs sujets, jusqu'aux règnes d'Elisabeth et de Jacques Ier; et quoique dans leurs rapports avec la nation conquérante, ils n'eussent plus que le titre de princes, leur caractère entreprenant et leur nombreux vasselage ont donné souvent de vives inquiétudes aux Anglais. On les vit, indomptés jusqu'à la fin du 17e siècle, tenter  p.11 plusieurs fois par le sort des armes et par le secours d'alliés puissants, de relever le trône des deux Momonies, antique patrimoine de leurs ancêtres. C'est ainsi que dans les trois grandes luttes nationales qui ont marqué l'agonie de la malheureuse Irlande, trois princes de cette maison parurent successivement à la tête de toutes les forces du Munster, savoir: Florence Mac-Carthy Reagh, dit Mac-Carthy-Môr, deuxième comte de Clancare sous le règne d'Elisabeth, Donogh Mac-Carthy-Muskery, comte de Clan-Carthy, à l'époque de Cromwell, et le général Justin Mac-Carthy, vicomte de Mountcashel, sous Jacques I. 49

Dans la terrible guerre de 1599, le seule tribu des Mac-Carthy présentait un effectif de 3000 vassaux sous les armes, 50 tribu formidable, disent les historiens, si elle n'eût été partagée par de funestes dissensions. (Histoire d'Irlande, par Leland, traduction française, t. IV, pag. 4, 26, 40, 58, 62, 366, 295, 311, 312).

Le titre de prince, conservé par les Mac-Carthy, et reconnu dans leurs traités avec le gouvernement britannique, était affecté aux héritiers des trois principales branches de cette maison, savoir: Celle de Mac-Carthy-Môr, souveraine dans le Desmond moderne et  p.12 en Kerry méridional, d'où les comtes de Clancare; celle de Muskery, d'où les comtes de Clan-Carthy, et celle de Carbery, ou de Mac-Carthy-Reagh. La contrée de Carbery, que la branche de Mac-Carthy-Reagh a possédée en fief absolu et indépendant jusqu'à la 12e année du règne de Henri VII (1496), était, au rapport de Smith, dans son Histoire du comté de Cork, la baronnie la plus considérable de toute l'Irlande. Elle contenait plusieurs territoires subdivisés en 39 paroisses, et habités par les Mac-Carthy-Reagh et leurs branches, ou par leurs feudataires, la plupart issus comme eux de la race eugénienne; savoir: Les ô Donovan, les ô Glavin, les ô Daly et les ô Mahony. Les autres tribus feudataires des princes de Carbery, mais point de race eugénienne, étaient les ô Driscoll, les ô Hea, les ô Coffey, les ô Crowley; et parmi les races anglaises; les Barry-Ogue et les de Courcy, connus sous le nom de Mac-Patrick. Toutes ces tribus rendaient foi et hommage aux Mac-Carthy-Reagh et les suivaient aux combats. 51

La richesse territoriale que conservèrent les Mac-Carthy a long-temps rappelé le souvenir de leur grandeur originaire et de leur longue prospérité. Aussi voit-on à toutes les époques les plus illustres et les plus puissantes familles rechercher leur alliance et souvent recourir à leur appui. Comblés de tous les honneurs aux-quels  p.13 les catholiques pussent aspirer sous la domination anglaise, ils furent créés comtes de Clancare et de Clan-Carthy, vicomtes de Muskery et de Mountcashel, barons de Valentia et de Blarney, pairs d'Irlande et d'Angleterre (l'un d'eux au titre de duc). Leurs descendants ont embrassé avec chaleur la cause des Stuarts et ont porté les armes avec une grande distinction dans toutes les contrées où cette légitimité a trouvé des secours et des bras pour la défendre.

Pendant une longue suite de générations, la maison de Mac-Carthy a compté parmi ses auteurs nombre de princes dont la mémoire est restée célèbre, soit par l'éclat de leurs qualités guerrières, soit par la sagesse de leur gouvernement, ou par l'étendue de leurs lumières et de leurs vues politiques. C'est à partir de celte période qu'on voit le sang des Mac-Carthy se transmettre par leurs alliances à la presque totalité des maisons souveraines de l'Europe. Dans les siècles postérieurs, cette maison a donné des officiers généraux, un ambassadeur de premier ordre en la personne de Georges, lord Macartney, et plusieurs saints personnages qui ont marqué dans l'église par leur éminente piété et leur zèle tout apostolique. On cite, entre autres, Dermod Mac-Carthy, évêque de Cork, qui, sous le règne d'Elisabeth, travailla pendant vingt ans à maintenir la foi dans son diocèse (Histoire d'Irlande, par l'abbé Mac-Geoghegan, t. III, p. 564); et, à la même époque, un autre Dermod Mac-Carthy, simple prêtre, qui parvint à la gloire du martyre. 52 Dans ces dernières  p.14 années, l'église a eu à regretter la perte d'un de ses plus vertueux et de ses plus illustres prédicateurs, feu M. l'abbé Mac-Carthy, dont la haute éloquence et le profond savoir ont été de nos jours le plus bel ornement de la chaire française.

Les annales historiques et les poèmes nationaux de l'Irlande sont remplis de faits qui retracent, ainsi qu'une foule de monuments que le temps a respectés, la grande existence de cette maison. Parmi les sources anciennes et certaines où il est fait mention des Mac-Carthy d'une manière plus spéciale, on cite le Psautier de Cashel, commencé par Cormac Mac-Cullinan, archevêque de Cashel et roi des deux Momonies en l'an 901, et continué par d'autres annalistes; le poème d'ô Duvegan, historiographe fameux du onzième siècle, qui rapporte la succession des rois et dynastes provinciaux depuis l'établissement de la monarchie irlandaise; le Liber Breac, écrit par Mac-Egan, justicier héréditaire de la maison de Mac-Carthy, dans le douzième siècle; la Chronique des Scoto-Hiberniens, les Annales d'Innisfallen 53 de  p.15 Clonmacnoise, 54 de Connacie et des Quatres-Maîtres, le Codex Momoniensis, et parmi les autorités plus modernes, les Histoires d'Irlande, de Keating, d'ô Flaherty et de l'abbé Mac-Geoghegan. Ces nombreux témoignages, recueillis par les rois d'armes Ralph Bigland (Clarenceux) et Isaac Heard (Norroy) et complétés par tout ce que le collège héraldique à Londres renferme de chartes et de monuments authentiques sur les Mac-Carthy, ont été transcrits dans un registre de famille, intitulé Généalogie de la royale et sérénissime maison de Mac-Carthy, en deux volumes in folio, parchemin-vélin; le premier volume consacré aux preuves historiques; le second, aux preuves généalogiques; paraphé à chaque page, attesté et signé par ces deux rois d'armes, et scellé du sceau de leur office à Londres, le 8 juin 1776. Ce travail, d'un haut intérêt pour l'histoire d'Irlande, et d'une beauté d'exécution parfaite, existe dans les archives de M. le comte Mac-Carthy-Reagh. Son aïeul, le comte Mac-Carthy-Reagh, s'était fixé à Toulouse avant la révolution de 1789, et avait été admis, aux honneurs de la cour en 1777, d'après les mêmes preuves historiques et généalogiques de son antique et royale origine, vérifiées par M. Chérin père, généalogiste des ordres du roi.

En donnant un article détaillé sur la maison de Mac-Carthy, à l'effet de constater l'état de ses diverses branches,  p.16 leur extinction successive et l'établissement en France de la branche aînée de Mac-Carthy-Reagh, nous nous conformerons à la division en deux parties, observée dans le travail des rois d'armes; la première consacrée à la chronologie des rois de Momonie, depuis Eogan-Môr, tué à la bataille de Moylena en 192, jusqu'à l'invasion des Anglais en 1169; la seconde, établissant la filiation à partir de Cairt'ac', Cairt'aig' ou Carthy, roi de Desmond, mort en 1098, jusqu'à nos jours.

1. Eogan-Môr (Eugène-le-Grand), surnommé Mogh-Nuadhad, descendant d'Héber (fils aîné de Milead, ou Milesius, roi de Gallîce, succéda à son père Mogh-Niad (le Fort) dans la souveraineté de Momonie. Prince guerrier, il aspira à la monarchie de toute l'Irlande, et la disputa à Conn-ked-Cathadh (ou Conn des cent combats), le héros de l'Hibernie au deuxième siècle, et dont Mogh-Nuadhad se montra long-temps le plus redoutable adversaire. Mais vaincu après une lutte terrible et renversé de son trône, le roi de Momonie dut chercher un refuge en Espagne, patrie de ses pères, où il séjourna neuf ans. Ayant épousé Beara, fille d'Heberus, roi de Castille, il se vit bientôt en état de reconquérir sa couronne à la tête d une nombreuse armée que lui fournit son beau-père. Il reparut donc en Irlande, accompagné du prince Frôechus, son beau-frère, attaqua et défit dans dix batailles rangées Conn (Constantin), et le força à partager avec lui la monarchie hibernienne. Ses victoires lui valurent l'adjonction à ses états de toute la partie méridionale de l'Irlande; 55 et  p.17 fut à partir de cette époque que le port de Dublin commença à jouir de grands avantages commerciaux. Cependant, entre deux princes également belliqueux la paix ne pouvait être durable. Conn-ked-Cathach supportait impatiemment le souvenir de ses défaites. Il prit les armes, attaqua à l'improviste le camp de Mogh-Nuadhad à Moylena, en 192, et mit son armée en pleine déroute. Le prince Eugénien, surpris dans le sommeil, fut étouffé dans son lit par Goll, fils de Morna, de la race de Sambus, roi de Connacie. Voici en quels termes ô Flaherty, dans son Ogygia (pag. 315 et 316) expose ces faits mémorables: 'Eugenius Magnus Mognuadus ex Heberi sanguine, rex Momoniae, matre Sidâ, filia Flanni, filii Fiachrii, de Ernais Momoniae satus, strenuissimum se antagonistam gessit adversùs Quintum regem, quousque à Quinto solum vertere coactus est. In Hispaniâ novem annos exul, tandem societatem iniit cum Froecho Heberi filio, Midnai nepote, Hispanico principe, cujus sororem Beram in uxorem duxit. Quo duce, magnas advenarum copias in Hiberniam intulit, et non tantù patria Momoniarum sceptra, sed et universam australem Hiberniam, quà Riedoea juga seu Eskir-rieda pereditiores Dublinii plateas ad Medrigiae peninsulae vadum prope Galviam  p.18 rectâ lineâ porriguntur, devicto decem proeliis Quinto pro pacis conditionibus excussit. Unde pars australis exin Leth-Mogha-i-e-Mognuadi medietas; et aquilonaris Leth-Quinn à Quinto denominatur. Annum non amplius unum illa bipartita divisio stetit, cùm Eugenius res novas moliretur. Aquilonarem Dublinii sinum, et portum ad Quintum spectantem navalium vectigalium, piscationum, et commerciorum commodis proecelluisse causatus sibi ex semisse vindicavit. Quapropter pristinae recrudescant simultates; ad Moylena campi in Ferakelliâ regii comitatus regione Ericetum fixis utrimque castris convenitur. Quintus, ut erat viribus longè inferior incautum hostern bene mane adortus est, et profligavit.'

“Dolus an virtus quis in hoste requirat?”

“Eugenium nimiùm securè lecto cubantem Gollus Mornoe filius, è Sambi 74 regis Connactiae semine, celebris pugil oppressit. Extant adhùc eo loco duo colles, quorum alter Eugenii, alter Froechi Hispani ibidem occisi, corpus sepultum traditur contexisse.” ô Flaherty ajoute que Conn, délivré de son compétiteur, conserva sans partage le titre de monarque, et régna 20 ans dans une paix profonde.

2. Olioll–Olom, fils unique de Mogh-Nuadhad et de Beara, fille d'Heberus, roi de Castille, succéda à son père dans la souveraineté de Momonie. En 237, secondé par les trois fils de Cairbre, roi d'Hibernie, il leva une armée contre Nemethus, prince de Momonie, et contre Lugad-Mac-Conn, de la race d'Ith, et beau-fils d'Olioll-Olom. Dans une grande bataille qui se donna  p.19 près de Kenfrebat, Eogan, fils d'Olioll, tua de sa main le druide Dader. À la suite de cette action, Lugad abandonna pour un temps l'Irlande, et à partir de cette époque, Olioll-Olom parait avoir joni sans partage de la souveraineté des deux Momonies, qui durent leur prospérité à la sagesse de son gouvernement. Ce prince avait épousé Saba, fille du monarque Conn-ked-Cathach, qui avait été le compétiteur de son père. Il en eut neuf fils, dont sept périrent, en 250, à la bataille de Moymacroimhe, près d'Athenry, en Connacie, en déscendant Art, leur oncle maternel, à qui Lugad-Mac-Conn, leur frère utérin, disputait la couronne. Eogan-Caom y l'aîné des neuf, fut la souche, par Fiacha-Mullethan, son fils posthume, de la race eugénienne, dont Mac-Carthy est le chef, et qui régna sur la Momonie méridionale, comprenant tout le Desmand. Les deux autres princes qui survécurent à cette fatale journée étaient: Cormac-Cas, dont descend la race dalcassienne (ou du Teste), régnante sur la Momonie septentrionale ou le Thomond, et dont ô Brien est le chef; et Cian (on prononce Kian), duquel sont issus les ô Carroll, près d'Ely, les ô Connor-Kinaghta, les ô Meagher, les ô Hara et les ô Gara. Voici en quels termes ô Flaherty (pag. 326 et 328) parle de cas événements et de la loi quoi établissait la succession alternative entre les descendants des deux fils d'Olioll-Olom, Eogan-Caom et Cormac-Cas: 'Olillus Olom rex Momoniae, Eugenii Mognuadi ex Berâ Hispanicâ filius, et Quinti regis Hiberniae, per Sabem filiam secundis nuptiis junctam, gener, cum filius suis, et tribus Carbreis Conarii secundi régis Hibernià filiis aciem instruunt anno 237 apud Kenfrebat, adversus Nemethum  p.20 Ernaorum Momoniae principem, qui Conario secundomortem intulit violentam, et adversùs Lugadium Mac-Con, patre Macniadae, avo Lugadio Laidio filio Darii, aposteris Lugadii filii Ithi prognatum. Olilli, Sabâ matre, privignum. In quo praelio Eugenius Olilli fiiius Daderam druidem interfecit. Ab hoc quoque praelio, Olillus, privigno oemulo ultrà mare amandato, Momoniae universae principatum a videtur auspicari, quem viginti tres annos primus ex Heberi sobole, suorum ipsius filiorum Eugenii, et Cormaci-Cas posteris alternatim gerendum, dum salva res stetit Hibernica, in perpetuam transmisit, cùm prias Lugadii illius partira majores, partim supervenientes Heremonis progenies Ernai vices suas obirent.—Lugadius hic (Mac-Con), postquam Kennfebratensi proelio à vitrico et sociis anno 237 fusus est, in transmarinis partibus exul, tandem cum immensâ alienigenarum manu in sinu Galviensi appulsus, infra septem post appulsum dies Arturum regem, feriâ quintâ (uti, Tigernachus signanter notat), ingenti clade, apud Moymucroimhe prope Athenriam octo millibus passuum Galviâ dissitam, praelio evertiti Forga rex Connactiae inter alios ab Arturi parte cecidit, ab eâdem quoque parte occubuerunt septem Arturi regis esc Sabâ sorore nepotes, filii Olilli-Olom regis Momoniae, et Lugadii ipsius fratres uterini, Viz: Eugenius, Dubmercon, Mogcorb, Lugadius, Achaius, Dicorb et Thadaeus, quibus, superstite patre Olillo, superfuerunt duo ex eodem toro germani Cormacus-Cas à patris morte rex Momoniae, et Kienus Kienactorum, sive Keniadûm, Eliorum, Lugniorum et Galengarum per Tadoeum filium sator. Eugenio fratrum seniori, à  p.21 Benco principe Britone hâc acie perempto, supererat ex Monicâ filiâ Dil Druidis filius post patris casum matris interitu natus. Fiachua-Latus-Vertex post Cormacum patruum rex Momoniae, cujus posteri Eugeniadae terras ab ipsia possessas, Eoganactas-i-e Eugenie tribum dixerunt. Hae sunt Eoganacta Aniae, Eoganacta Lacus Leni, Eoganacta Casiliae, Eoganacta Rath-Lennae. Eoganacta Glenndamnach vallis, Eoganacta Arannae in sina Galviensi insulae, et Eoganacta Rosargaid, praeter Eoganactam de Moy-Gerrgin, ubi Fordunum oppidum, in Marria (March) in Scotiâ Britannicâ. Extat poema pervestuslum Olilli regis nomine ad Fiachum nepotem, deplorans septem filiorum in Mucromio proelio, proesertim Eugenii casum et Fiachi pupilli miseriam patre, et matre orbati.'

3. Cormac-Cas, second fils d'Olioll-Olom, succéda à son père en 260, et fut souverain des deux Momonies et roi de Leath-Mogha ou de toute la partie méridionale de l'Irlande. Ce prince est cité comme l'un des trois champions les plus renommés qui aient existé en Irlande de son temps. Il obligea trente fois les îles britanniques lui donner des ôtages. La Momonie lui fut redevable d'un système de finances qui établit l'ordre le plus régulier dans les revenus de l'état, et garantit les peuples contre toutes malversations. Cormac épousa Samara, fille de Fion-Mac-Cumhall, célèbre général de la milice irlandaise, et forma l'illustre branche des Dal-Cais, souche des ô Brien, Mac-Mahon, Mac-Namara, ô Kennedy, etc. (Voyez le Livre de Momonie; le docteur Keating, pag. 234, 235; ô Flaherty, pag. 328, et Mac-Curtin, pag. 105.)

 p.22

4. Fiacha-Mullethan (Fiachus-Latus-Vertex), fils unique d'Eogan-Caom, succéda à son oncle Cormac-Cas dans la souveraineté des deux Momonies, en vertu de la loi qui réglait la succession alternative. Il lut aussi le 5e roi de Leath-Mogha. En 270, Cormac-Ulfada, alors monarque d'Irlande, étant entré à main armée dans la Momonie, avec le dessein de forcer le roi à lui payer un tribut additionnel, Fiacha assembla à la bâte toutes ses forces, et marcha au monarque, qu'il rencontra à Cnoc-Luingé. Sa présence jeta une telle terreur dans l'armée ennemie, qu'elle tourna le dos et s'enfuit dans la Lagénie. Fiacha la poursuivit avec tant d'acharnement qu'il força le monarque à demander une capitulation. Le roi de Momonie y consentit, mais il fit remettre entre ses mains les principaux seigneurs de la cour de Cormac-Ulfada, pour demeurer en otages jusqu'à ce que leur souverain eût amplement compensé les dommages que son incursion avait causés aux sujets de la Momonie. Peu de temps après cet evénement, Fiacha fut assassiné par un prince de son sang, Conla, descendu de Cian, 3e fils d'Olioll-Olom, lorsqu'il se baignait dans la rivière Suire, à un lieu nommé Aith-Uisjoil. (Voyez Keating, pag. 263, 264, 265; ô Flaherty, pag. 235, 236, et les Annales d'Innisfallen.) Il laissa deux fils, Olioll-Flann-Môr et Olioll-Flann-Beg, dont nous parlerons ci après.

5. Mogh-Corb, fils de Cormac-Cas, succéda à Fiacha-Mullethan dans la souveraineté des deux Momonies, ainsi qu'à la couronne de Leath-Mogha. En 291 il s'unit à son oncle maternel Oisin, fils de Fion, et se mit avec lui à la tête de la milice de l'Irlande, révoltée des persécutions que lui faisaient souffrir Cairbre-Liffeachair  p.23 et Aodh ou Aidus, roi de Connacie. Mogh-Corb et son allié entrèrent en Lagenie et livrèrent bataille au monarque près de son palais royal de Temora, en un lieu nommé Gabhra, que cette sanglante journée a rendu mémorable. Cairbre et 2800 hommes de son parti y furent tués. Mais la majeure partie de la célèbre milice irlandaise périt dans cette bataille. Moins heureux à celle de Spaltrack, dans la Momonie, où avait pénétré le même Aodh, roi de Connacie, Mogh-Corb fut défait et tué dans l'action. (Voyez le docteur Keating, pag. 286, et ô Flaherty, pag. 341, 342.)

6. Olioll-Flann-Môr, fils aîné de Fiacha-Mullethan, succéda il Mogh-Corb et régna 17 ans sur les deux Momonies; se voyant mourir sans postérité, il adopta son frère Olioll-Flann-Beg, auquel il légua, par son testament, en 313, et son royaume et sa fortune particulière (Keating, pag. 265; ô Flaherty, pag 381). C'est de cette époque que date la suspension pour un long laps de temps, au préjudice de la branche dalcassien, de la loi de tanistrie ou de succession alternative.

7. Olioll-Flann-Beg, successeur d'Olioll-Flann-Môr, régna trente ans sur les deux Momonies et fut le 7e roi de Leath-Mogha. Il mourut en 343, laissant quatre fils:

1. Eochy ou Achaius, dont nous allons parler;

2. Daire-Cearb, 9e roi de Leath-Mogha, père de Fidach, onzième prince appelé à la même couronne, celui-ci père de Criomthan-Môr, monarque d'Irlande, en 366. 56

 p.24

3. Luigh ou Lugadius, père de Corc, duquel descend la branche royale de Mac-Carthy; 57

4. Eogan, ancêtre de S. Evan, patron de la race eugénienne, lequel vivait au commencement du septième siècle. 58

Voici ce que ô Flaherty a consigné dans les fastes de son Ogygia (pag. 381, 382), sur la postérité des quatre fils d'Olioll-Flann-Beg:

Crimthanni regis abavus Fiachus-Latus-Vertex rex Momoniae duos Olillos genuit, Flann-Môr et Flann-Beg cognominibus distinctos, Ollius-Flann-Môr rex Momoniae, sobolis expers, Olillum-Flann-Beg fratrem adoptavit. Olillo-Flann-Beg regi Momoniae supererant Achaius rex Momoniae, Darius-Kearb (ex quo ô Duvegan) Lugadius, et Eugenius,  p.25 praeter Fidachum Crimthanni regis et Mongfinnae reginae Hiberniae patrem, genuit Fiachum-Figente et Achaium-Liathanach, ex quo Hy-Liathan in agro Corcagiensi. Fiaco-Figente nomen, et originem debet Hy-Figenta regio, olim variis principibus celebris, in mediâ Momoniae planicie usque ad medium montis Luachra in Kierrigiâ ad australem Sinanni fluminis ripam; licei hodiè hoc nomine vix nota, sed a Limericensis comitatus planicies appellata... ... ...Eugenio filio Olilli-Flann-Beg abnepos extitit alius a Eugenius seax sanctorum pater, qui ita in vitâ et post mortem signis et virtulibus claruerunt, ut singulis pia posteritas coelestes decreverit honores. Hi sunt S. Cormacus, S. Becanus de Kilbocan in Muscrigiâ, S. Culanus de Glenn-Caoin, in Hy-Lughaid in Momaniâ, S. Evinus de Rosm-Hic-Treoin, S. Dermetius de Kilmacneoguin in Carbriâ Sligoensi, et S. Boetanus de Kilboedan in Dalaradia.'

8. Eochy ou Achaius, fils aîné d'Olioll-Flann-Beg, monta sur le trône dés deux Momonies en 343. (L'Ogygia ne fait point ici mention du règne de Fercorb, fils de Mogh-Corb, descendant de Cormac-Cas, quoiqu'il se trouve inséré à cette époque dans le Catalogue des rois de Momonie, par Philippe ô Sullivan.)

9. Corc; fils de Luigh ou Lugadius par sa première femme, petit-fils d'Olioll-Flann-Beg, se vit obligé dans sa jeunesse de se retirer secrètement en Ecosse, pour se dérober aux suites funestes de la passion désordonnée quo Daéla, sa belle-mère, avait conçue pour lui. Il épousa dans cette contrée Mongfionn, fille de Feradach, roi des Pictes, après la mort de laquelle il  p.26 revint en Irlande, et se remaria avec Bebhionn, fille d'Aongus ou Aenas Bolg, roi de Corcaluighe. Depuis son retour en Hibernie, Corc fit paraître une sagesse si consommée et une si haute valeur, qu'il devint souverain des deux Motnônies au préjudice de Conall Eachluath, prince de la Branche dalcassienne, que Criomthan, monarque issu de la branche eugénienne, avait élevé sur le trôné des deux Momonies. Ce prince fut le premier qui fixa à Cashel la résidence des rois de Momonie. Il fut aussi le 14e roi de Leath-Mogha. Il moirut en 379; (Keating, pag. 295, 296; ô Flaherty, pag. 408, et ô Halloran.) Il avait eu:

De Mongfionn, première femme:

1. Maine — Leamhna ou Maine de Lenox, qui s'établit en Ecosse et fut la tige des Môr-Mhaor-Leamhnas, nom équivalent à celui de Grands Stewarts de Lenox, qui ont ensuite été successivement créés comtes et ducs de Lenox; et ainsi du côté maternel il devint la souche des rois d'Ecosse et d'Angleterre du nom de Stuart;

2. Cairbre-Luachra, appelé aussi Cairbre-Cruithneach ou le Picte, dont descendent les familles d'Eoganaght-Loc-Len ou ô Moriarty, dans la Momonie, et d'Eoganaght-Muighe-Gherbhin, dans le comté de March en Ecosse;

3. Cronan, qui repassa en Hibernie à l'âge de trente ans, et qui par son mariage avec Cairea, fille de Laogaire-Mac-Nial, monarque d'Irlande, obtint dans le Meath occidental le territoire que, du nom de sa femme, on appella Cuirone, et qui forme aujourd'hui la baronnie de Kilkenny occidental, ou pays de Dillon;

De Bebhionn, seconde femme:

4. Nadfraoch, roi des deux Momonies, dont nous parlerons plus bas;

5. Cas, duquel sont descendus les ô Mahony, du comté de  p.27 Cork, et les ô Donoughou, du comté de Kerry. (Voyez une notice sur la maison ô Mahony, t. III, p. 69 du Nobiliaire universel de France.)

ô Flaherty (pag. 382-385) parle en ces termes du roi Corc et de ses enfants: Corcus Olill-Flann-Beg ex Lugadio filio nepos rex Momoniae et regum Momoniae stirps, primus Casiliae regiam fixit in jam a Tiperariae comitatu. Corca-Eathrae dicitur regio in quâ sita est, quam Amergini fitii Milesii posteri olim tenebant à Tipraid-Farann, juxtà monasterium a Sanctae Crucis Huachter-Lamhann dictum ad Dunandreas, ad borealem partem de Knockgra-Fann in longum protensam. — Daela filia Fiachrii Muschrigiae domini Corcum noverca deperiit: sed ad patris torum violandum omnes irritae erant illecebrae; quamobrem illa privignum in thalamo suo comprehensum vim sibi intulisse inclamavit. Unde Corcus a patre ablegatus in Albaniam contendit, ibique ex Feradachi Pictorum regis filiâ Mongfinnâ, quam duxit, tres filios suscepit, vid. Manium-Leamhna seu Levinium, a quo genus traxerunt prisci Levinae comites in Scotiâ; Carbreum Pictum, qui et Carbreus-Luachra nuncupatus, apud Luacariam Kierrigiae montem in Momoniâ nutritus, a quo Eoganact seu Eugeniae de Loch-Len, unde ô Murchetty satus in Momoniâ, et Eoganact de Moygerrginn in Marriâ Scotiae comitatu oriundi; et Cronanum qui in Hibemiam adveniens tricenarium, ubi Bruighin-Da-Chocca jacet, cum Carchiâ uxore obtinuit Cuircniam ab eâ nominatum, quae hodiè Kilkenniae baronia in Vestmidia est. Corcus patriam repetens Achaio patruo successit rex Momoniae, et ex Aeneae-Bolg Corcalaidiae principis filiâ Natfraichum et Cassium  p.28 procreavit. Natfraichus, Momoniae itidem rex Aeneam primum Momoniae regem christianum et Olillum procreavit, de quitus suo loco. A Cassio (ô Donnochi et ô Mahoni originem duxerunt... ...Post Corcum e vivis sublatum, Crimthannus rex Hiberniae, Conallo Each-Luath, ut refert Ketingus, quem sibi filium adoptavit, Cormaci-Cas regis Momoniae adnepoti, 59 Momoniae principatum tradidit: verum in poemate regum Momoniae, inter eos non numeratur.

10. Nadfraoch, fils de Corc, a tenu pendant 20 ans le sceptre de Momonie et fat aussi le 16e roi de Leath-Mogha (ô Halloran). II fut père de 1re Aongus, qui lui succéda; 2e d'Olioll, bisaïeul de Cuan, et celui-ci aïeul d'Edirsgeol, dont on parlera plus bas.

11. Aongus ou Aeneas fut le 1er roi chrétien de la Momonie et le 18e du Leath-Mogha, Au commencement de la 5e année du règne de Laogaire, monarque d'Irlande, c'est-à-dire en l'année 432, S. Patrice entrant dans la carrière apostolique, commença à introduire l'évangile dans cette contrée. Aongus, roi de Momonie, informé des premiers succès de cet apôtre, se rendit solennellement à sa rencontre, et l'ayant joint à Magh-Feimhin, il engagea le saint à venir faire sa résidence dans son palais royal de Cashel (448). Ce fut dans ce palais que S. Patrice instruisit Aongus des principes de la religion chrétienne, et qu'il l'admit à la communion  p.29 de l'église en lui conférant le baptême, grâce à laquelle toute la noblesse de sa conr voulut participer.

Voici ce qu'en dit Colgan in vita tripartitâ Sancti Patricii: Dum vero Momoniam proficisceretur (D. Patricius), venit obviam ei rex Momoniae Aongus, filius Nadfraoch, in campo Feimhin in terrâ Deisi, eumque duxit in civitatem regalem nomine Caisil quae est in regione Eoganacht, ibique credidit Aongus et baptisatus est, etc. Le même auteur fait mention d'un accident grave arrivé à ce prince pendant qu'il était devant les fonts baptismaux. Saint Patrice voulant fixer en terre son bâton pastoral, dont le bout, à cet effet, était armé d'un fer aigu, l'appuya violemment, mais par inadvertance, sur le pied du roi qu'il perça d'outre en outre. L'embarras du prince est facile à comprendre; mais ce qui paraît surprenant, c'est que, malgré la douleur excessive que devait lui causer la blessure, et nonobstant l'abondance du sang qui en sortait, ce néophyte couronné avait l'âme si remplie du respect que méritait la religion qui l'adoptait par le baptême; qu'il ne fit aucun mouvement pour changer sa situation pénible, jusqu'à ce que la solennité eut été accomplie. Cùmque sanctus Patricius regem stando benedixisset, cuspis basculi sancti fixa est in pede regis, etc. Le premier acte du roi de Momonie, après sa conversion, fut la construction de l'église de Cashel, consacrée par saint Patrice avec une grande pompe, et qui fut érigée en métropole du Leath-Mogha. Pour assurer à l'apôtre d'Irlande et à son clergé les moyens de s'entretenir d'une manière convenable, Aongus statua que chaque habitant des deux Momonies qui serait admis au baptême, paierait 3 sous par an au profit de l'église; mais peu de temps après, ce prince jugeant  p.30 de l'incommodité qu'éprouvaient les ecclésiastique faire par eux-mêmes la collecte de ce droit, occupation qui les détournait des fonctions de leur ministère, il ordonna que le produit en serait perçu par ses officiers et versé dans son trésor royal. et en conséquence il s'engagea pour lui et ses successeurs à fournir chaque année 500 vaches, 500 moutons, 500 tonnes de fer, 500 manteaux et 500 chemises pour l'usage des couvent, et des autres maisons religieuses que S. Patrice établis, et cela fut régulièrement observé jusqu'au règne de Cormac-Mac-Cullinan, dout on parlera ci-après, (Voyez l'Histoire d'Irlande du docteur Keating, in-fol., pag. 332, 333, et Mac-Curtin, pag. 139). L'ouvrage intitulé Liber-Breac par Mac-Egan, rapport qu'Aongus, fils de Nadfraoch, roi de Momonie, était un prince pieux qui entretenait sa cour deux évêques, dix prêtres et soixante-douze personnes choisies dans différents ordres religieux. Ce clergé nombreux, charge de desservir sa chapelle royale, devait y célébrer messe et adresser sans cesse au ciel des prières, pour prospérité du souverain et du royaume. Aongus était dirigé dans son zèle par les conseils de S. Patrice, guide spirituel, et ce fut par ce moyen que l'esprit de dévotion se soutint à la cour de Momonie pendant la longue durée de son règne. Ce prince perdit la vie à la bataille de Kil-Osnach, ou Moy-Fea, près du vieux Loghlin, dans le comté de Carlow, l'an 489, selon les Annales des Quatre Maîtres, ou en 492, suivant celles d'Innisfallen, ou en 490, selon l'opinion la plus probable suivie par ô Flaherty. Les autorités sur lesquelle on a fondé le récit qui précède assurent qu'Aongus avait été marié deux fois, et que de ses deux femmes il avait en vingt-quatre princes et autant de princesses; et que  p.31 pour montrer le respect que lui inspiraient les pieuses institutions de S. Patrice, il en voua douze de chaque sexe au service de Dieu, en les consacrant à la vie monastique et religieuse. Ces auteurs ont conservé les noms des douze autres de ce premier roi chrétien de Momonie, les neuf premiers issus de son premier mariage les trois autres d'Eithne, sa seconde femme, fille de Criomthan, fils d'Eana-Cinsalach, roi de Lagenie:

  • Feidlim, dont l'article suit;
  • Eochy (Eochaid), troisième roi chrétien des deux Momonies dont sont descendus les Eoganaghts de Glann-Damnach ou ô Keeffe;
  • Dubh'Ghilcach;
  • Carrthan;
  • Nafireg, ou Nadfraoc;
  • Aodh ou Eanda, ancêtre des ô Daly;
  • Felim;
  • Loscan;
  • Dathy;
  • Breasal, de qui est descendu Cormac-Mac-Cullinan, célèbre par ses vêrtus chrétiennes et par sa science dans l'antiquité, prince qui fut le 40e roi des deux Momonies de la branche eugénienne et archevêque de Cashel (nous en parlerons plus loin).
  • Sinach;
  • Aodh-Caoach ou Aidus Caecus.

12. et 13. Feidlim ou Felim et Eochy, les deux premiers, fils d'Aongus succédèrent à leur père et gouvernèrent en commun la souveraineté des deux Momonies.

 p.32

14. Criomthan-Sreib, ou autrement Criomthan-Feimhin, fils d'Eochy et petit-fils d'Aongus, succéda à son père en 525, et fut le 4e roi chrétien des deux Momonies. Il fut tué l'an 551, dans la fameuse bataille de Feimhin, que, de concert avec son fils et successeur Cairbre-Crom, il avait livrée à Colman-Beg, fils de Dermod, monarque d'Irlande, dans laquelle Colman fut tué et vit massacrer la plus grande partie de son armée. (Voyez les Annales de Clonmacnoise et le docteur Keating, p. 568.)

15. Cairbre-Crom, qui reçut ce nom du lieu où il avait été élevé, et qu'on nommait Crom-Gluisse, recueillit avec la couronne tous les avantages de la victoire à Feimhin, dont on a parlé ci-dessus, et dans laquelle il fit briller une grande valeur. Ce prince fit don à S. Colman-Mac-Leinin et à son église du territoire de Clonuama (Cloyne), et mourut en 575, selon les Annales des Quatre Maîtres.

(Ici les Annales d'Innisfallen placent Aodh-Caom pour le premier prince chrétien de la branche dalcassienne qui soit monté sur le trône des deux Momonies, en ajoutant qu'il mourut en 601, fait qui n'est attesté par aucun historien ancien d'Irlande).

16. Aodh-Duff ou Aidos-Niger, fils de Criomthan, fils de Feidlim, fils d'Aongus, succéda à Cairbre-Crom et fut le 6e roi chrétien des deux Momonies. Il eut pour successeur:

17. Fergus-Scannal, 7e roi chrétien des deux Momonies, fils de Criomthan-Mac-Dearcon (surnom qui lui avait été donné en ajoutant à son nom celui de  p.33 sa mère), et ce dernier frère de Criomthan-Sreib. Fergus mourut en 580, selon les Annales des Quatre Maîtres.

18 et 19. Gabhban et Amalgad, tous deux fils du prince Eanda, fils d'Olioll, second fils de Nadfraoch, fils de Corc, ont tenu en commun le sceptre des deux Momonies.

20. Feidlim ou Felim y fils de Cairbre-Crom, devint, par la forme de succession établie, souverain des deux Momonies, et mourut en 590, suivant la Chronique des Scoto-Hiberniens.

21. Finghin, Fyneen ou Florence, 60 fils d'Aodh-Duff ou Aidus Niger, monta, par droit de succession légale sur le trône des deux Momonies et fut le 22e roi de Leath-Mogha. Dans la première année de son règne, c'est-à-dire en 590, il assista, de même que tous les autres princes et chefs de la nation, au concile de Drom-ceat, convoqué par Aodh ou Aidus, monarque d'Irlande, de la maison d'I-Nial, et auquel se trouvait saint Columb-Kill, abbé de Hy ou d'Iona, en Ecosse. Finghin mourut en 619, selon les Annales d'Innisfallen, qui ajoutent qu'il régna conjointement avec son beau-père Aodh-Beannan, décédé la même année. (Voyez aussi le docteur Keating, p. 373, et l'Histoire d'Irlande de l'abbé Mac-Geoghegan, t. I, p. 300.)

22. Aodh-Beannan, second fils de Cormac, frère de Fergus-Scannal, n'était roi que de la Momonie occidentale, selon les Annales des Quatre Maîtres, qui  p.34 mettent sa mort à 614. Mais les Annales d'Innisfallen ainsi qu'on l'a dit ci-dessus, et le docteur Keating, le comptent parmi les rois des deux Momonies. Ce dernier auteur ne diffère qu'à l'égard de l'époque du décès d'Aodh-Beannan, qu'il rapporte à l'an 622. Le poème d'ô Duvegan ne fait aucune mention de ce souverain.

23. Cathal, fils d'Aodh-Flann-Catrach, fils de Caibre-Crom, régna 8 ans sur les deux Momonies et mourut en 626, selon la Chronique des Scoto-Hiberniens, ou en 627, après les Annales d'Innisfallen. 61

24. Failbe-Flann (le Rouge), fils d'Aodh-Duff ou Aîdus Niger, et frère de Finghin, fut appelé à succession des deux Momonies et au trône de Leath-Mogha, dont il fut le 23e souverain. Ce prince mourut en 636, selon les Annales d'Innisfallen, ou en 637 suivant ô Flaherty (p. 424.)

25. Cuan, surnommé le Champion célèbre de Leath-Mogha, fils d'Amalgad, fut le 14e roi chrétien des deux Momonies et le 27e roi de Leath-Mogha. Keating (pp. 401, 406), le propose à tous les princes comme un modèle de magnificence et de charité, et dit qu'on le vit continuellement occupé à secourir les pauvres et les indigents, à répandre ses bienfaits sur les gens à talents de tous états et à exercer l'hospitalité envers les étrangers. En 648, à la tête des Eugéniens, il livra à Dermod, fils d'Aodh-Slaine, monarque d'Irlande, la mémorable bataille, de Carn-Conuill, dans  p.35 laquelle il périt, ainsi que Cuan-Conuill, roi de Hy-Fi-gente, et Talmonach, roi de Hy-Liathain. (Les Annales d'Innisfallen mettent cette action à l'an 643.)

26. Maolduin, fils d'Aodh-Beannan, succéda à la souveraineté et fut le 15e roi chrétien des deux Momonies. Il tua en champ clos le fameux Comusgach, roi de Faly, et mourut en 662. (Histoire d'Irlande par Keating, p. 415)

La Chronique des Scoto-Hiberiens et les Annales d'Innisfallen mettent Congal, fils de Maolduin, au nombre des rois de Momonie, fixant sa mort, la première en 689, et les dernières en 690; mais le poème d'ô Duvegan n'en fait aucune mention. Il parait néanmoins que ce Congal partagea la souveraineté avec Fionngaine, fils de Cugan-Mathair, au commencement du règne de ce prince.

27. Maonach, fils de Finghin, succéda et fut le 16e roi chrétien des deux Momonies. Le docteur Keating (p. 407) le met au rang des saints, et d'accord avec la Chronique des Scoto-Hiberniens, il fixe à l'année 662 sa mort que les Annales d'Innisfallen mettent en 657. Il paraît que ce prince n'a régné que peu de mois.

28. Cugan-Mathair, fils de Cathal, fils d'Aodh-Flann-Catrach, étant monté sur le trône en vertu de la succession constitutionnelle, fut le 17e roi chrétien des deux Momonies. Il mourut en 666, selon la Chronique des Scoto-Hiberniens, dont la version doit être préférée à celles des Annales des Quatre Maîtres et des Annales d'Innisfallên, qui placent sa mort, les prémières, en 660, les secondes, en 662

29. Colgan, fils de Failbe-Flann, fut le 18e roi  p.36 chrétien des deux Momonies et le 25e souverain de Leth Mogha, et mourut en 677. (Annales d'Innisfallen et ô Halloran.)

30. Fionngaine, fils de Cugan-Mathair, succéda fut le 19e roi chrétien des deux Momonies. Il mourut en 697 suivant la Chronique Scoto-Hiberniens. Les Annales d'Innisfallen dévancent sa mort d'une année et lui donnent pour successeur son frère Olioll, sans faire mention d'Eidirsgeol, contrairement au poème d'ô Duvegan, qui parle du premier sans même donner le nom du second, quoiqu'il paraisse que les deux frères ont gouverné le royaume conjointement pendant les six dernières années de règne de Fionngaine.

31. Eidirsgeol, fils de Maolduba, et petit-fils de Cuan, fils d'Amalgad, succéda à la souveraineté et fut le 20e roi chrétien des deux Momonies, et le 29e roi de Leath-Mogha.

32. Cormac, fils d'Olioll, fils de Cugan-Mathair. 21e roi chrétien des deux Momonies, fut tué dans une bataille que lui avaient livrée les habitants de Desies, événement placé à l'année 712 par la Chronique des Scoto Hiberniens et les Annales d'Innisfallen et à l'année 710 par les Annales des Quatre Maîtres.

Les Annales de Tigernach ou de Clonmacnoise et la Chronique des Scoto-Hiberniens lui donnent pour collègue dans le gouvernement Cormac, fils de Maonach, dont elles rapportent la mort à l'année 711, quoiqu'ô Duvegan n'en fasse aucune mention.

33. Cathal-Gionach, fils de Fionugaine, et petit fils de Cugan-Mathair, succéda et fut le 22e roi  p.37 chrétien des deux Momonies. L'histoire fait mention d'une sanglante bataille qu'il livra en 735, à Belleach Feilé, au roi de Lagénie. Ce ne fut qu'après un horrible carnage et des pertes presque égales des deux côtés que une victoire se fixa enfin sous les drapeaux de Cathal. Ceallach, fils de Faobair, roi d'Ossory, périt dans cette bataille. Dans des conférences tenues en 757, à Tirda Glass, dans le comté d'Ormond entre Cathal, roi de Momonie, ou Hugh-Olland, monarque d'Irlande, on délibéra sur les moyens d'augmenter les revenus des établissements religieux fondés par S. Patrice, dans toute l'étendue de l'île, et une loi particulière fut faite à ce sujet. Dans cette assemblée les deux princes formèrent une étroite alliance et se jurèrent une amitié réciproque ot constante. Dès l'année suivante, pour remplir cette convention, Cathal unit ses forces à celles du monarque contre les Lagéniens. Ces derniers, attaqués à Athseanuigh, se défendirent avec le courage du désespoir, Hugh, fils de Colgan, roi de Lagénie, qui commandait l'armée de son père, périt dans cette action mémorable avec la principale noblesse lagénienne et 9,000 de ses guerriers. Le monarque Hugh-Ollan y fut dangereusement blessé, et Hugh, fils de Mortogh, qui partageait avec lui la souveraineté de l'île, mourut des blessures qu'il y avait reçues. Quant à Cathal, roi de Momonie, il survécut quatre ans à cette victoire et finit ses jours eu 742. (Voyez les Annales Innisfallen et l'Histoire d'Irlande du docteur Keating, p. 413.)

34. Tuathal, successeur de Cathal en 742, fut le 23e roi chrétien des deux Momonies.

35. Airtre, fils de Cathal-Gionach, succéda et  p.38 fut le 24e roi chrétien des deux Momonies, et le 30e souverain du Leath-Mogha (d'ô Halloran). Son règne fut spécialement remarquable par l'apparition hostile des Danois en Irlande. Avant cette époque jamais ces peuples n'avaient songé à pénétrer dans cette île. Ce fut en 815 qu'ils y prirent terre, à un lieu nommé Caomh Inis-Obhrathadh, à l'occident de la Momonie, avec une armée nombreuse qu'avaient transportée 60 voiles. Leur premier soin fut de saccager les côtes, de piller Inis-Labhraine et Dair-Inis; et de réduire en cendres villes, bourgs, monastères et tout ce qui se trouvait sur leur passage. Informé de ces brigandages et de ces cruautés, Airtre lève à la bâte un corps de troupes eugéniennes et va présenter bataille aux barbares qu'il met dans une déroute complète après leur avoir tué 416 hommes. Les fuyards durent leur salut à l'obscurité de la nuit. Cet échec les fit rembarquer précipitamment et regagner leur patrie. (Keating, pp. 316, 317, 318.)

36. Feidlim, fils de Criomthan, fut légalement appelé à la couronne des deux Momonies en 820, selon les Annales d'Innisfallen. Il réunit à cette couronné celle de Leath-Mogha, dont il fut le 31e roi. Les Danois et les Normands, échappés à la défaite qu'Airtre leur fit essuyer, avaient emporté dans leur pays le souvenir de la richesse et de la fertilité du sol de l'Irlande. Ils ne tardèrent pas à faire de nouveaux préparatifs pour envahir ce pays. Ce fuit en 822 qu'une puissante flotte de ces barbares, partie des côtes de la Norwège, aborda sur celle de la Momonie. Leur présence fut aussitôt signalée par toutes les calamités que le fer et le feu peuvent commettre dans les mains d'une horde impitoyable, guidée moins par l'ambition de conquérir, que par  p.39 le désir du pillage et de la destruction. Feidlim touché des malheurs de ses sujets et de la dévastation des églises et des maisons religieuses, leva en diligence une armée, marcha aux Normands, dont il fit un grand carnage et força le surplus de ces pirates à abandonner à toute hâte le royaume. Débarrassé de ces terribles ennemis, Feidlim, tourna ses armes, en 823, contre Cathal, fils d'Olioll, roi d'Hy-Maine. Ce dernier soutint vigoureusement le choc du roi de Momonie à Moy-ai, en Connacie. Feidlim, irrité de cet échec, attendit qu'une conjoncture favorable lui permît d'en tirer vengeance. Elle se présenta en 832. Ce prince, à la tête de son armée, attaqua les Connaciens près d'Easroid, et leur fit éprouver une défaite complète. De là il marcha contre les Hy-Nial, dévasta tout le pays ainsi que le terriritoire de Breifné, et força tous les lieux par où il passait à reconnaître son autorité. Poursuivant avec opiniâtreté cette longue guerre, il traversa le Meath, portant partout laterreur de ses armes, et après avoir saccagé tout ce qui s'offrit sur sa route depuis Birr jusqu'à Tara, il livra dans ce dernier lieu, au monarque Nial-Caille, une sanglante bataille dans laquelle fut tué Inrachtach, fils de Malduin. Victorieux, Feidlim assembla les états de la nation à Clonmacnoise, en 840, y reçut l'hommage du monarque et fut proclamé roi suprême de toute l'île, (Annales d'Innisfallen; Keating, pp. 417 à 426.) Les historiens disent que sur la fin de ses jours ce conquérant déplorant les ravages que son armée avait causés sur tant de pays et de domaines ecclésiastiques qu'elle avait traversés, abdiqua les grandeurs pour prendre l'habit religieux. Il reçut les ordres sacrés, devint archevêque de Leath-Mogha, et mourut en 845, honoré par sa piété et sa sagesse  p.40 Optimus et sapiens anachoreta Scotorum quievit disent les auteurs contemporains, en parlant de sa mort. (Voyex l'Histoire d'Irlande, par l'abbé Mac-Geoghegan, p. 330.)

37. Otcobar, fils de Cionnfhadith, fils de Congal, fils de Maolduin, qui était fils d'Aodh-Beannan, quoique abbé et évêque de Jubhar ou Emly, sut par son caractère ambitieux et guerrier, fixer le choix des états de la nation pour succéder à Feidlim au trône des deux Momonies et à celui de Leath-Mogha. Sous son règne, Turgesius, prince de Norwège, qui pendant plusieurs années avait répandu la terreur par le funeste succès de ses expéditions, fit une nouvelle descente à la tête d'une armée formidable. Tous les corps partiels de Danois et de Normands qui se trouvaient dans l'île accoururent sous ses bannières et le saluèrent comme leur généralissime et leur roi. Les chefs et les princes d'Irlande durent songer à unir leurs forces contre leurs ennemis communs. Otcobar, impatient de réprimer les dévastations de ces barbares, en attaqua un corps nombreux près de Cashel, et le mit en fuite après lui avoir tué 500 hommes. De là voulant poursuivre sa victoire, il se pressa de joindre son armée à celle de Lorcan, fils de Ceallagh, roi de Lagénie, attaqua en 849 à Skiathne-Achtair, dans le Desies, une armée de Danois commandée par Tomar, prince héréditaire de Danemark, et la mit dans une déroute complète avec perte de 1200 hommes restés sur le champ de bataille, ainsi que leur chef, le prince Tomar. Otcobar lui-même périt dans le fort de cette glorieuse action, lorsqu'il passait de rang en rang pour soutenir, par son exemple, le courage des Eugéniens. (Annales d'Innisfallen; Keating, p. 431;  p.41 Jacques Ware, Annales d'Irlande, 848; Catalogue des évêques d'Emly, par le même auteur; Mac-Geoghegan, p. 330.)

38. Algenan, fils de Dungaile, fils de Daolgus, fils de Nadfraoch, fils de Colgan, fils de Failbe-Flann, succéda au trône de Momonie dont il fut le 27e roi chrétien et mourut en 851, suivant les Annales des Quatre Maîtres.

39. Maolguala, fils de Dungaile, et frère d'Algenan, lai succéda, et fut le 28e roi chrétien deux Momonies. Sous le règne de ce prince, Maolseachlain, monarque d'Irlande, touché de la situation malheureuse dans laquelle se trouvait ce pays sous l'oppression tyrannique des Normands, convoqua une assemblée générale de la nation irlandaise à Rath-Aoda-Mac-Bric. Les princes, la noblesse et le peuple s'y rendirent de tous les points de l'île, pour délibérer sur les intérêts communs. Entre les résolutions qui furent arrêtées, on cite celle qui détermina Moalguala, roi de Momonie, et Carrol, roi d'Ossory, à faire la paix avec les princes de Leath-Cuinn, ou de la moitié septentrionale de l'Irlande, afin de s'unir à la cause nationale contre les barbares. Mais ces derniers, poussé parle désespoir, attaquèrent inopinément le roi de Momonie, et l'ayant fait prisonnier ils le lapidèrent impitoyablement. (Voyez Keating, p. 443; les Annales des Quatre Maîtres rapportent à l'année 857 cet événement que les Annales d'Innisfallen placent en 859.)

40. Ceanfaola ô Maolguala, fils de Mochtighernan, fut le roi chrétien des deux Momonies, et le 33e souverain de Leath-Mogha. En 860 il assembla  p.42 toutes les forces de ses états pour marcher contre I–Nial et en confia le commandement à son cousin Cearbhall, fils de Dungaile. Ce général dévasta tout le territoire ennemi jusqu'à Sleivefnaid, et en reçut l'hommage. Le roi de Momonie mourut en 872, après un règne de 15 ans. (Annales d'Innisfallen; Keating, p. 445.) Le chevalier Jacques Ware, qui place aussi la mort de Ceanfaola à l'année 872, a compris ce prince dans le catalogue des abbés ou évêques d'Emly.

41. Donchad ou Donogh, fils de Dubhdabhorean, parvint à la couronne des deux Momonies immédiatement après la mort de Ceanfaola; et par le secours de Cearbhall, à la tête des troupes d'Ossory, il envahit la Connacie, en réduisit les peuples à l'obéissance, et revint dans ses états avec un butin considérable. Il mourut en 888 après un règne de 16 ans. (Annales d'Innisfallen.)

42. Dublachtna, fils de Maolguala, succéda à la souveraineté des deux Momonies, dont il fut le 31e roi chrétien, et fut aussi le 35e roi de Leath-Mogha. (Annales d'Innisfallen.)

43. Fionngaine, surnommé Cinegan, fils de Gorman, fut le 32e roi chrétien des deux Momonies et le 36e roi de Leath Mogha. Les Annales des Quatres-Maîtres disent qu'il fut assassiné par Ceilliochair, son frère, en 897. Celles d'Innisfallen attribuent sa mort à une sédition de ses propres sujets en 902. Enfin une troisième version qui parait plus accréditée porte qu'il fut déposé en 901.

44. Cormac-Mac-Cullinan, archevêque de Cashel et roi des deux Momonies, naquit en 837, sous  p.43 le règne de Feidlim III. Elevé dans l'abbaye de Dysart-Diarmada appelé de nos jours Castle-Dermod, dans la Lagénie, il montra dès sa plus tendre jeunesse un pendant décidé pour l'étude. Les connaissances profondes qu'il s'acquit dans les sciences ecclésiastiques et humaines ne contribuèrent pas moins que se haut piété à son élévation sur le siège archiépiscopal de Cashel. Ce fut ce prélat qui mu par la vénération que lui inspiraient les nobles antiquités de son pays, les recueillit et en forma un corps d'ouvrage intitulé le Psautier de Cashel, contenant les annales de son temps et des siècles antérieurs. Ce monument précieux pour l'histoire d'Irlande a conservé dans l'opinion des savants une si haute estime, qu'aucun historien national ne s'est dispensé d'y recourir comme à une source digne de la plus entière confiance. Ce prince, de toutes les qualités de l'esprit, ne possédait pas à un degré moins éminent celles qui constituent le sage législateur et le grand guerrier. Aussi les peuples de la Momomie l'appelèrent ils tous d'une commune voix à la couronne en 901. Il consacra les cinq premières années de son règne préparer les maux qu'avaient causés les guerres domestiques et les invasions étrangères. Tout prît une face nouvelle sous la sagesse de son gouvernement. La police intérieure fut rétablie; un ordre régulier fut apporté dans l'administration des revenus publics; une paix profonde, une securité parfaite firent refleurir le commerce agriculture, et sortir de leurs ruines une foule de monuments sacrés ou nationaux tombés sous le ravage sacrilège des barbares. Cormac-Mac-Cullinan ne se horna point à jouir du bonheur présent de ses sujets; il songea à créer des institutions qui le leur garantissent dans l'avenir. Ce fut à cette sage prévoyance que l'en dut l'établissement  p.44 de ces écoles publiques et de ces académies où la jeunesse trouva les secours et les guides nécessaires pour s'instruire dans les sciences et les arts libéraux. Tel était l'état florissant de la Momonie lorsque Flann-Sionna, fils de Maolseachlain, monarque d'Irlande, inquiet de la puissance progressive de son voisin, parut tout-à-coup en Momonie, sans aucune déclaration de guerre, et à tête d'une puissante armée, dévasta le pays jusqu'à Limerick. Cormac, plus occupé du soin de rendre ses peuples heureux que préparé à repousser une agression aussi imprévue, crut devoir mos mentanément céder le terrain à son ennemi. Cette apparente timidité n'était de sa part que le prélude d'une satisfaction éclatante. Dès qu'il a rassemblé toutes ses forces il appelle à son conseil Flahertach-Mac-Ionmhuinen, abbé d'Innis-Catha, et marche aussitôt dans le Meath à la rencontre de Flann. Celui-ci, attaqué à Moylena, dispute la victoire en désespéré, mais à la fin elle fut complète pour le roi de Momonie. Flann, après avoir vu périr à ses côtés presque toute sa noblesse et sa vaillante armée de Leath-Cuinn, fut contraint d'envoyer des ôtages à Cormac pour garantie des conditions que ce dernier lui avait imposées. Cormac, résolu de poursuivre l'avantage qu'il venait d'obtenir, marcha contre les Connaciens et les I-Nial, qu'il força aussi, après une suite de succès, à lui envoyer des ôtages à Moy-na-Curadh. Dès que ce grand prince eut conquis une paix glorieuse sur ses voisins jaloux, il revint dans sa résidence de Cashel pour se livrer avec un nouveau zèle aux soins intérieurs de son gouvernement et au bonheur de son peuple. Mais l'ambition de son premier ministre, Flahertach-Mac-Ionmhuinen, abbé d'Innis-Catha, et prince du sang royal, n'était point satisfaite.

 p.45

Il prétendait que la Lagénie, comme partie intégrante de Leath-Mogha, devait être soumise à un tribut ou rente dominiale, droit, disait-il, qui résultait de la division le tout le royaume, laite entre Mogh-Nuadhad et Conn. Le prélat voyant que son immense crédit sur l'esprit du roi allait échouer contre l'injustice de cette prétention, appela à l'opinion de tous les princes et grands du royaume dont il se disait l'organe, et qui s'étaient ralliés à son avis. Malgré son extrême répugnance, Cormac voyant toute sa cour convaincue de l'équité de cette révendication, leva une nombreuse armée composée de l'élite des troupes provinciales et fit tous les préparatifs nécessaires pour assurer le succès de ce projet. Dès qu'il eut reçu de sa noblesse et de son armée l'assurance de vaincre ou de mourir pour soutenir le droit de la nation, ce prince, préoccupé, sans en être alarmé, de l'idée qu'il ne reviendrait pas de cette expédition, envoya à Comgol, son confesseur, personnage de beaucoup de jugement et d'une dévotion exemplaire, l'ordre de se rendre auprès de lui pour le reconcilier avec Dieu. Ensuite ayant fait son testament, dans lequel on trouva plusieurs riches donations en faveur des maisons religieuses, au commencement d'août 908, toujours accompagné de l'abbé d'Innis-Gatha, il s'avança avec son armée vers les frontières de la Lagénie. Avant de les franchir, il envoya à Carrol, fils de Muiregan, roi de cette province, un héraut chargé de lui faire part du motif de sa présence et de réclamer le tribut annuel qu'il regardait comme un droit attaché à sa couronne, la Lagénie faisant partie du Leath-Mogha. Carrol, informé du projet des Eugéniens, s'était ligué secrètement avec Flann-Sionna, monarque d'Irlande, le roi de Connacie et la tribu d'I-Nial, qui, tous brûlaient du désir de se  p.46 venger des revers qu'ils avaient essuyés l'année précédente. Pour donner le temps à ses alliés de joindre leurs forces aux siennes. Carrol entre en négociations avec le roi de Momonie. Il faut croire que ses intentions la paix étaient réelles, puisqu'indépendamment de riches présents qu'il fit porter à Cormac et à son ministre par ses ambassadeurs, il fit offrir pour ôtages son propre fils et celui du souverain de Hy-Cion-Salach. Ces dispositions satisfaisaient Cormac ainsi que son armée. Mais l'inflexible Flahertach persistait dans une agression qui n'avait plus d'antre prétexte que la soif du sang et l'avidité des conquêtes. L'opposition de plusieurs chefs qui menaçaient de se retirer et qui effectuèrent cette menace ne fit qu'accroître l'opiniâtre aveuglement du ministre eugénien. Il osa même pousser l'insolence dans le conseil jusqu'à imputer à la faiblesse et à la crainte les sentiments de justice et d'humanité qui disposaient Cormac à la paix. Ce prince, que la piété armait d'une patience héroïque; crut devoir dissimuler cet outrage, et n'ayant pu prévenir l'événement qu'il pressentait, donna ordre de lever le camp et de se mettre en marche. L'armée eugénienne se dirigea vers l'Orient en traversant Ib-Mhairce ou Hy-Margy (aujourd'hui baronnie de Slew-Margy), et fit à halte au pont de Loghlin pour attendre la jonction de ses divers corps. Cette jonction effectuée, Cormac alla camper dans les plaines de Moy-Ailbe, dans le bas Ib-Mhairce, s'appuyant d'un coté à un bois. Flahertach et le roi d'Ossory prirent en commun le commandement de l'aile droite; celui de la gauche fut confié à Cormac-Mac-Mothlaig, souverain de Desies, général expérimenté: le roi de Momonie se réserva la direction da centre. Ce fut en cette position que le 16 août 908, l'armée de la  p.47 Lagénie, supérieure en nombre de cinq à un, composée des troupes les mieux choisies et les mieux disciplinées qui fussent dans toute l'Irlande, se montra avec cette contenance que donné l'espoir certain de la victoire. Le premier choc fut terrible. Au moment où la terreur commençait à mettre le désordre dans l'armée momoienne, un prince du sang royal, Ceilliochair, frère de Cingegan, prédécesseur de Cormac, qui dès l'origine s'était constamment opposé à cette guerre, parcourut les rangs et s'adressant avec vivacité aux soldats, il les conjura de chercher leur salut dans une honteuse fuite, s'ils ne voulaient pas être taillés en pièces, leur persuadant que tout l'odieux de cette lâche conduite retomberait sur imprudent ministre qui avait voulu cette guerre. À peine eut-il achevé cette harangue qu'il s'éloigna au galop du champ de bataille. Ce fut le signal d'une déroute générale. Les soldats, ne songeant plus qu'à sauver leur vie, jettent leurs armes et sortent pêle-mêle de leurs rangs. Ceallach-Mac-Carrol, roi d'Ossory, désespéré du massacre affreux que l'ennemi faisait de ses troupes, abandonna également le champ de bataille. C'est en vain que Cormac s'efforce de rallier ses soldats par l'exemple d'un courage téméraire. Entraîné dans le tumulte et la confusion universelle, il fut précipité par son cheval dans un trou d'où quelques fuyards le tirèrent avec peine, et dans le plus triste état. Dès que ce prince fut placé sur une nouvelle monture, il se porta au sommet d'une montagne à l'effet de reconnaître la situation de l'armée; mais il trouvé le terrain cocivert du sang des malheureux massacrés dans le combat si glissant, que son cheval, ayant fait an faux pas, roula avec lui jusqu'au pied de la montagrie. Quelques soldats ennemis; sans égârd pour la majesté de sa personne,  p.48 séparèrent la tête de son corps et la portèrent au monarque d'Irlande. Flann-Sionna, loin d'applaudir à cette action barbare, prit entre ses mains cette tête vénérable la baisa, et fit voir par ses regrets généreux, qu'il était moins préoccupé des avantages de sa victoire que pénétré du grand et douloureux exemple d'instabilité de la gloire terrestre qu'il avait sous les yeux. Il donna ordre de chercher le corps de Cormac, et après qu'on l'eut trouvé il voulut qu'on suivît religieusement pour ses obsèques ce qui se trouvait prescrit dans son testament. Maonach, confesseur de Comgol, recueillit les dépouilles du prince eugénien. Elles furent transportées en grande pompe à Dysart-Diarmuda (aujourd'hui Castle-Dermod), où elles furent inhumées avec tous les honneurs dus à son rang. On a suivi dans ce qui précède l'Histoire d'Irlande du docteur Keating (pp. 447 à 459). Mais on croit devoir faire observer que le chevalier Jacques Ware, dans son catalogue des prélats de Cashel, et l'abbé Mac-Geoghegan (pp. 397, 398) assurent que le roi Cormac a été enterré à Cashel, malgré les dispositions contraires contenues dans son testament. Telle fut, après un règne de 7 ans, la fin déplorable d'un prince également éclairé, humain, bienfaisant et sage. Avec lui périrent dans cette fatale journée, qu'on appelle aussi Bealach-Mughna, Fogartach, fils de Suibhne, seigneur suzerain de Kerry-Cuirke; Ceallagh, fils de Carrol, souverain d'Ossory; Ailliol, fils d'Eogan, abbé de Cork; Maolgorm, prince de Rathlinn; Maol-morha, chef de Kerry-Luachra; Colman, seigneur suzerain et abbé de Cinneity, ainsi que premier brehon ou chef justicier de la Momonie: Cormac-Mac-Mothly, chef de Desies; Dubhagan, souverain de Fermoy; Ceann-faola, prince d'Ib-Conuill; Aod, chef d'Ib-Liatan;  p.49 Daniel, qui régnait à Dun-Cearmna; cum multis aliis è nobilibus non numeratis et 6000 hommes de troupes provinciales. L'ambitieux abbé d'Innis-Catha fut fait prisonnier avec nombre de personnages considérables. On verra plus loin quelle a été la destinée de ce prélat. (Annales d'Ultonie et d'Innisfallen.)

45. Lorcan, fils de Conlegan, succéda, en 908, à Cormac, fils de Cullinan, et fut le 34e roi chrétien des deux Momonies, qu'il gouverna pendant six ans. Les écrivains qui ont traité de la race dalcassienne assurent que ce Lorcan en descendait, comme fils de Lachtna. Mais ô Duvegan, dans son Catalogue des souverains, le fait membre de la branche eugénienne, et fils de Conlegan. Il est vrai que le docteur Keating (p. 452), avance que Cormac, présageant que la bataille de Bealach-Mughna lui serait fatale, fit divers réglements pour assurer la tranquillité intérieure de la Momonie, et entre autres fixa l'ordre de succession à suivre après sa mort: qu'à cet effet il envoya un exprès à Lorcan, fils de Lachtna, roi de Thomond ou de la Momonie septentrionale, pour l'inviter à se rendre à son camp, avant qu'il sortît des frontières de ses états pour conduire ses troupes à l'ennemi; que de prince ayant consenti à se rendre à cette invitation, Cormac, aussitôt son arrivée, assembla le conseil des grands de la nation et des chefs de l'armée, tous de la race eugénienne, et leur déclara, en leur présentant le prince de Thomond, que pour prévenir toute dissension funeste à sa mort, il appelait è recueillir le sceptre de Momonie Lorcan, à qui ce droit appartenait incontestablement, selon la loi de succession alternative établie anciennement par Olioll-Olom, en faveur de la postérité de ses deux fils, Eogan-Caom  p.50 et Cormac-Cas, et qu'il se flattait que personne ne serait difficulté de ratifier cette nomination, et de reconnaître ce prince pour leur roi futur, ce qui entraîna un consentement unanime de toute la nation. Un récit aussi positif dans toutes ses circonstances eût été d'un grand poids pour donner du crédit à l'opinion des auteurs qui ont écrit l'histoire de la maison dalcassienne, si ce même, Keating n'ajoutait que toutes les précautions prises dans cette occasion par Cormac devinrent inutiles, attendu qu'à sa mort les chefs de la branche eugénienne refusèrent absolument de reconnaître ce Lorcan, fils de Lachtna, et élevèrent un autre prince sur le trône des deux Momonies. Le même historien ajoute (p. 449), que les annales authentiques d'Irlande assurent, en termes exprès, que depuis le règne d'Aongus, fils de Nadfraoch, roi chrétien de Momonie (il eut dû dire depuis le temps d'Olioll-Flann-Môr, pour se conformer à la liste des rois de la branche eugénienne), jusqu'à l'élévation de Mahon, fils de Kinnedy, prince dalcassien, il y avait eu 44 souverains pris dans la postérité directe d'Eogan-Caom, fils d'Olioll-Olom, et que pendant tout ce temps la tribu Dalcassienne n'avait eu d'autres terres en possession que celles du royaume de Thomond. 62 On doit donc conclure que le successeur immédiat de Cormac a été Lorcan, fils de Conlegan, prince eugénien.

46. Flaithertach, fils d'Ionmhuinen, abbé et évêque d'Innis-Catha, succéda à la couronne des deux Momonies en 914 selon la Chronique des Scoto-Hiberniens.  p.51 On a vu plus haut que ce prince avait été fait prisonnier à la sanglante bataille de Bealach-Mughna. Conduit en triomphe à Kildare, il demeura au nombre les captifs du roi de Lagénie. Le clergé de celte derrière province, indigné de tous les maux que l'ambition force née de ce prélat avait causés, le confina dans une étroite prison, où il eut à souffrir les plus sévères traitements tant que vécut Carrol, roi de Lagénie. Un an environ après la mort de ce roi, Flahertach obtint sa liberté. Mais pour le soustraire au ressentiment du peuple, il fallut qu'une pieuse abbesse de Ste. Brigitte, nommée Murioan, intercédât auprès des ecclésiastiques les plus influents, à l'effet d'obtenir une garde pour la sûreté et conduite du prélat jusqu'à Moy-Nairb, sur les frontières de la province. Instruit par le malheur, Flahertach se retira dans son abbaye d'Innis-Gatha, où il passa ses jours dans les exercices de la piété la plus exemplaire.

A la mort de Lorcan, il fut tiré de sa retraite et placé sur le trône. Il n'y démentit point l'heureux retour qui s'était opéré en lui-même, et sut se concilier l'affection de ses sujets, tant par ses qualités privées que par celles qui constituent les grands rois. Les actions de sa vie sont détaillées dans un très-ancien traité de Cluain-Aidnach-Fiontan en Leix, dans lequel toutes les particularités de la bataille de Bealach-Mughna sont rapportées de la manière la plus circonstanciée par le célèbre Dallan, historiographe de Carrol, roi de Lagénie. On ajoutera à ces faits tirés du docteur Keating (pp. 461, 462), que Flahertach mourut en 944, selon les Annales des Scoto-Hiberniens et celles d'Innisfallen.

47. Ceallachan, fils de Buadachan, plus communément connu dans l'histoire sous le nom de Callaghan-Cashel  p.52 monta sur le trône des deux Momonies, en 944, immédiatement après la mort de Flahertach qui plusieurs années auparavant l'avait fait déclarer taniste, c'est-à-dire son successeur, et lui avait confié le commandement des troupes provinciales. Ce général avait rendu d'importants services à son pays. En 936, il avait emparé Clonmacnoise, dans le Meath; puis en Cluain-Iraird, de Cluain-Aineach et de Cill-Aice. d'où il remporta de riches dépouilles. Dans cette dernière expédition il fait assister d'un corps de Danois: mais dès 941 il tourna ses armes contra ces étrangers établis dans la province de Desies et dans Derkeferna en Ossory, et leur tua 2000 hommes. Tant de prospérités successives semblaient lui présager une gloire sans nuage, lorsqu'immédiatement après cette dernière expédition, Mortogh, fils de Nial-Glunduff, en son vivant monarque d'Irlande, voulant venger les dépredations que ce général avait commises sur le territoire de Meath, quelques années suparavant, se jeta à l'improviste sur le pays de Cashel, surprit et assiégea Callaghan, le fit prisonnier et le livra à Donogh, fils de Flann-Sionna, alors monarque d'Irlande; mais cet illustre captif négocia bientôt liberté et l'obtint à des conditions sur lesquelles les annalistes gardent également le silence. Dès que Callaghan eut succédé au trône de Momonie et à la couronne de Leath-Mogha, dont il fut le 58e roi; il vit s'elever un compétiteur puissant dans la personne de Kennedy, père de Brian-Boruma, roi de Thomond ou de la Momonie septentrionale.

Les deux partis en vinrent aux mains à Magh-Duiné. La victoire, long-temps incertaine, se décida après une action des plus sanglantes, en faveur de Callaghan. Celui ci, rafermi sur son trône, tourna ses armes contre les Danois  p.53 dont, en 945, il dévasta tous les établissements qu'ils avaient formés sur son territoire. Ce prince mourut en 954, selon la Chronique Scoto-Hiberniens et les Annales d'Innisfallen, quoique les Annales des Quatres-Maîtres veuillent qu'il soit mort en 952. Il porte de signaler les deux anecdotes supposées, relatives à Callaghan, rapportées par Keating, et reproduites dans Histoire d'Irlande de l'abbé Mac-Geoghegan.

En premier lieu, Keating prétend que Kinnedy, fils de Lorcan, prince d'un crédit puissant dans le pays, no fut pas plutôt informé de la mort de Flathertach, qu'il convoqua les états de toute la province à Gleannamhuin (aujourd'hui Glanworth), dans le comté de Cork, pour y déclarer et faire reconnaître son droits ou trône des deux Momonies. La mère de Callaghan, sans se laisser intimider, entra dans cette auguste assemblée et fit, en présence de Kinnody, un exposé si clair et si pathétique de la justice de l'élévation de son fils à la couronne de Cashel, fondée incontestablement sur l'ordre de succession alternative, anciennement établi par Olioll-Olom que le prince de Thomond, ajoute Keating, eut la générosité de se soumettre à ces raisons et de renoncer à ses prétentions par déférence pour cette princesse, respectable par son grand âge.

Voici le second fait avancé par Keating: Callaghan ayant reçu de Sitric, fils de de Turgesius, tyran danois, l'invitation perfide de se rendre à Dublin, sous la promesse de lui donner en mariage Bevionne, sa soeur, ne fut pas plutôt arrivé au rendez-vous, accompagné de Donchuan, fils de Kinnedy, que le traître Sitric les fit charger de chaines et les envoya à Ardmagh pour en disposer selon ses vues sanguinaires. L'historien ajoute que Kinnedy, aux soins duquel Callaghan avait confié  p.54 l'administration de ses états pendant son absence, formé de la captivité des princes, rassembla toutes le forces de terre et de mer de la Momonie, et les fit partir en diligence sous la conduite de Donogh ô Keeffe, prince de Fermoy, général accrédité par ses talents et valeur, et de Failbe-Fionn, prince de Corcaguinny, dans le Kerry occidental, amiral de Munster, renommé par son expérience. Ces généraux unirent leurs farces respectives, et ayant atteint la flotte danoise à la hauteur de Dundalk, sur la côte du comté actuel de Louth, ils la battirent à immolèrent à leur vengeance le perfide Sitric et ses deux frères Tor et Magnus, et ramenèrent triomphants les deux illustres captifs.

Tel est le précis des anecdotes rapportées par Keating, et dont les invraisemblances ont été signalées par Vallencey, et par le docteur ô Brien, en 1770. La plus frappante est la légèreté avec laquelle on suppose que Callaghan aurait quitté ses états pour se rendre à Dublin sur une simple promesse de mariage avec la soeur de Sitric, laquelle devait être âgée de près d'un siècle à l'époque où l'on place cet événement, puisque Turgesius, son père, avait péri dès 845. 63 Néanmoins ô Halloran, historien estimé, qui a écrit postérieurement au docteur ô Brien, et qui par conséquent pouvait profiter de sa critique, a remis ces anecdotes au jour, en en rectifiant les détails d'après d'anciens manuscrits.

48. Maolfoghartaigh, successeur de Callaghan au trône des deux Momonies en fut le roi chrétien et mourut en 957. (Voyez les Annales d'Innisfallen.)

 p.55

49. Dubhdabhoireann, fils de Donall 38e roi chrétien des deux Momonies, remporte une grande victoire sur les Danois aux bains de Mone-Môr, et fut tué par les habitants d'Hy-Liathan, sujets de la branche eugénienne, et par conséquent vassaux de sa couronne. Les Annales d'Innisfallen datent cet événement de l'année 959, version préférable à celle des Annales des Quatre-Maîtres qui le rapportent à l'an 957.

50. Feargradh, Fils d'Algenan, monta sur le trône et fut le 39e roi chrétien des deux Momonies et en même temps le 39e roi de Leath-Mogha. Il est expressément dit dans le catalogue des rois de Cashel, inséré dans l'ouvrage connu sous le titre de Livre de Momoniè, que ce souverain fut tué, en 960, par Maolmuadh, prince eugénien, fils de Broin, chef des ô Mahony.

51. Mahon, fils de Kinnedy, roi de Thomond, fut le 1er prince de la maison Dal-Cais, qui en succédant à la couronne des deux Momonies, interrompit la longue succession des princes de la branche eugénienne qui sans discontinuité avait fourni 44 rois. Mahon réunit aussi sur sa tête la couronne de Leath-Mogha, dont il fut le 40e roi. Ce prince fut assassiné de sang-froid par le même Maolmuadh, en 915, après un règne glorieux de 16 ans, auquel se rapporte l'entière expulsion des Danois du Leath-Mogha. (Chronique des Scoto-Hiberniens et Annales d'Innisfallen.)

52. Maolmuadh, fils de Broin, était le prince de la branche eugénienne le plus puissant et le plus ambitieux. Parvenu au comble de ses voeux par l'assassinat  p.56 de Mahon pas plutôt assis sur le trône des deux Momonies, auquel il joignit aussi la couronne de Leath Mogha, qu'il vit s'élever dans Brian-Boruma, frère de Mahon, un compétiteur redoutable. Ce dernier, à tête des Dalcassiens, remporta, en 978, une victoire décisive à Bealagh-Loachta, sur Maolmuadh. Les Annales d'Innisfallen, Tigernach et la Chronique des Scoto-Hiberniens disent que Morogh, fils aîné de Brian, qui combattait pour la première fois, ayant obtenu le consentement de son père, alla à la rencontre de Maolmuadh, l'attaqua avec fureur, le vainquit et le sacrifia aux mânes de son oncle Mahon.

53. Brian Boruma ou des Tributs, troisième fils de Kinnedy, roi de Thomond, monta sur la trône des deux Momonies en 978, et devint monarque d'Irlande. L'histoire le rappelle comme l'un des plus grands hommes qui aient gouverné l'Hibernie. Ce furent les glorieux travaux de ce prince qui assurèrent à sa postérité le sceptre des deux Momonies, dont elle a joui par exclusion presqu'entière de la branche eugénienne, représentée par la maison de Mac-Carthy, jusqu'à l'invasion anglaise. Brian-Boruma, âgé de 89 ans, fut tué au sein de la plus mémorable victoire qui eut été gagnée sur toutes les forces des Danois unies, dans la plaine de Clontarf, près de Dublin, le vendredi saint, 23 avril de l'an 1014. Les dépouilles de ce roi aussi vénéré par ses vertus qu'admiré par ses qualités guerrières, furent transportées avec grande pompe à Ardmagh, et solennellement enterrées au côté septentrional de l'église cathédrale, dans un monument de marbre orné de sculptures. (Annales d'Innisfallen et toutes les histoires d'Irlande.) Moréri, édition de 1759, t. VIII, pp. 8, 9,  p.57 10 et 11, a consacré à ce prince une notice historique-étendue.

54. et 55. Taig et Donogh ô Brien, fils de Brian-Boruma, succédèrent à leur père, sous le titre de co-regents des deux Momonies. Mais Taig ayant été trahi et tué en 1023, par les perfides insinuations de son frère, celui-ci se trouva seul roi du Leath-Mogha. Il y joignit bientôt le titre de monarque de toute l'Irlande. Cette prospérité ont un terme. Turlogh ô Brien, son neveu, prit les armes contre lui et vengea la mort de son père on détrônant Donogh, en 1o64, selon les Annales d'Innisfallen, de Tigernach et la Chronique des Scoto-Hiberniens. Donogh, humilié dans son orgueil et troublé dans sa conscience, alla solliciter à Rome l'absolution de ses crimes. Il fit présent au pape de sa couronne d'or massif et des autres ornements précieux de sa royauté, présent que les souverains pontifes regardèrent plus tard comme une donation qu'il leur avait faite de son royaume. C'est sur ce fondement qu'un siècle plus tard, Nicolas Brakspear, Angluis de naissance, qui tenait le siège de Rome sous le nom d'Adrien IV, se crut en droit de conférer l'Irlande à Henri II, roi d'Angleterre.

56. Turlogh ô Brien I, fils de Taig et petit-fils de Brian-Boruma, fut proclamé roi des deux Momonies en 1064. Peu après il fut élu monarque de toute l'Irlande. Il mourut dans son palais de Ceann-Cora, en 1086, et fut enterré en grande pompe dans l'église de Killaloe (Annales d'Innisfallen, de Tigernach et Chronique des Scoto-Hiberniens.) Ce monarque avait toujours été lié d'une étroite amitié avec Guillaume-le-Roux, roi d'Angleterre, auquel il avait fait présent  p.58 d'autant d'arbres de chêne d'Irlande qu'en avait exigé la charpente du toit de l'abbaye de Westminster. S. Lanfrank, archevêque de Cantorbèry, dans une de ses lettres, écrivait à Turlogh dans les termes suivants: Magnam misericordiam populis Hiberniae tunc divintus collatam, quando omnipotens Deus Terdelacho magnifico Hiberniae regi jus regiae potestatis super illam terram concessit.

57. Muireartach ou Mortogh-Môr ô Brien, successeur de Turlogh, son père, fut le 50e roi chrétien des deux Momonies et le dernier monarque d'Irlande de la famille hébérienne. Après un règne glorieux, s'apercevant que son corps et son esprit s'allaiblissaient également, résolu de consacrer le reste de ses jours à la vie religieuse, il abdiqua la couronne de Moinonie, en 1116, en faveur de Dermod ô Brien son plus jeune frère, et mourut à Lismore, en 1119, dans les exercices d'une profonde piété. Son corps fut inhumé dans l'église de Kilialoe. La mémoire de ce prince ne fut pas moins honorée pour son courage et la sagesse de sa politique. Saint Anselme, archevêque de Cantorbery, lui écrivait ainsi; Muredaco glorioso et magnifico Hiberniae régi salutem cum orationibus, etc. Il fut la souche illustre des Mac-Mahon, princes de Corcabaskin dans la province de Thomond.

58. Dermod ô Brien, troisième fils de Turlogh, fut proclamé roi des deux Momonies immédiatement après l'abdication de son frère Mortogh. Il mourut en 1120 après quatre ans de règne. (Voyez les Annales d'Innisfallen, le Continuateur des Annales de Tigernach et la Chronique de Scoto-Hiberniens.)

 p.59

59. Connor-Na-Catharach ô Brien, connu également sous le nom de Slaparsalach (robe souillée), fils de Dermod et son successeur, jouit paisiblement de la couronne des deux Momonies jusqu'en 1134. À cette époque, Cormac Muithamnagh Mac-Carthy, roi de Desmond ou de la Momonie méridionale, se prévalut du droit que lui donnait la loi de succession alternative, prit les armes contre Connor, et se fit reconnaître, en 1136, roi des deux Momonies. Mais après deux ans de règne, ce prince eugénien fut assassiné par Dermod-Sugach ô Connor-Kerry, poussé à cette action barbare par Turlogh ô Brien, frère cadet de Connor-na-Catharach. Ce dernier, remis en possession du trône des deux Momonies, en jouit jusqu'à sa mort arrivée en 1142. Ce fut ce prince qui fonda l'abbaye irlandaise de Saint-Pierre de Ratisbonne, en Allemagne.

60. Cormac Muithamnagh Mac-Carthy, dont on a parlé dans l'article qui précède, fut le 53e roi chrétien des deux Momonies.

61, 62. Turlogh ô Brien II, second fils de Dermod, succéda à son frère Connor et jouit pendant neuf ans, sans rivalité, de la souveraineté des deux Momonies. Mais à partir de l'année 1151, Taig Mac-Carthy fut admis à partager le gouvernement et à exercer la royauté en commun avec loi. Cette société dura l'espace de quatre ans. Taig étant mort on 1155, l'administration suprême demeura sans partage à Turlogh ô Brien. Cependant bientôt après, ce dernier, cédant aux instances de Turlogh ô Conor, roi de Connacie, et de Dermod Mac Morogh, roi de Lagénie, partagea de nouveau la royauté avec Dermod-Môr Mac Carthy, roi  p.60 de Desmond. Ces deux princes gouvernèrent avec une égale autorité jusqu'à la mort de Turlogh, arrivée en 1167.

63. Dermod-Môr Mac-Carthy, resté seul roi des deux Momonies, eut constamment les armes à la main contre Donall-Môr ô Brien, fils de Turlogh, qui lui putait cette couronne. Ce fut à la laveur de ces funestes dissensions, qui durèrent jusqu'à la mort de Dermod, en 1185, que les Anglais parvinrent à subjuguer, partie de l'Irlande. Nous reviendrons plus bas avec plus de détails sur Dermod-Môr, chef de l'illustre maison de Mac-Carthy.

64. Donall-Môr ô Brien, fils de Turlogh, jouit pair siblement, à partir de l'année 1185, de la petite portion de puissance qu'il lui était possible d'exercer sur toute la Momonie, et mourut en 1194. Ce prince fut le dernier roi des deux Momonies, dont les Anglais achevèrent successivement la conquête. Son corps fut solennellement enterré dans l'église de Killaloe.

Princes Souverains de Desmond et de Cork

 p.61

1. Cairt'ac' ou vulgairement Cairthagh, 64 roi de Desmond ou du Munster méridional et de Cork, fils de Saorbreatach (Justin), qui avait pour père Doncha (Donogh), fils de Callaghan-Cashel, roi des deux Momonies, mort en 954, était frère aîné de Muireadhac ou Morogh (Maurice), ancétre des ô Callaghan, lords Lismore, pairs d'Irlande. Cairthach soutint contre Logan, prince dalcassien, et neveu de Brian Boruma, une guerre qui lui fut personnellement funeste, car Lonorgan l'ayant cerné dans une maison où il s'était retiré avec plusieurs chefs de la province de Munster, livra cette maison aux flammes, et tous ceux qui s'y étaient refugiés périrent. Cet événement eut lieu en 1098. Coirthach laissa deux fils:

  • Morogh, vulgairement Muiready, qui suit;
  • Taig (Thadeus) Mac-Carthy, roi de Desmond, mort à Cashel en 1125. Il eut une fille nommée;

Saba ou Sara Mac-Carthy, qui par son mariage avec Dermod ô Brien, roi de Munster ou des deux Momonies, décédé à Cork en 1120, a transmis le sang des Mac-Carthy à la plupart des maisons souveraines de l'Europe. (The Peerage of Ireland, par Lodge, t. I, p. 250). Cet auteur place la mort de Dermod en 1118. 65 Elle épousa en secondes noces Cormac-Muithamnagh Mac-Carthy, roi des deux Momonies, son cousin-germain.

II. Morogh ou Muîready Mac-Carthy, roi de Desmond, fut un prince guerrier redoutable à la maison ô Brien, sur laquelle il conquît divers territoires dont la perte a long-temps restreint la souveraineté de cette maison. (Histoire d'Irlande, par J. Gordon, traduite  p.62 de Anglais par Lamontagne, t. I, p. 104.) Morogh mourut vers l'an 1110, laissant deux fils:

  • Cormac Multhamnagh, dont l'article suit;
  • Donagh Mac-Carthy, qui fut inauguré roi de Desmond à la place de son frère. Détrôné plus tard par Dermod ô Brien, il se réfugié chez les ô Conor de Connacie. 66

III. Cormac Mac-Carthy, surnommé Muithamnagh (le Méridional), 53e roi chrétien des deux Momonies, est rappelé comme le prince le plus pieux, le plus vaillant et le plus généreux de son siècle. Ce témoignage, transmis par l'histoire, eut fondé sur la charité inépuisable de ce prince envers les pauvres, sur les exploits qui l'élevèrent au trône des deux Momonies, et sa munificence envers la cathédrale de Cashel, où il fonda la chapelle dite de Cormac, et envers deux autres églises bâties à Lismore. Il fut auasi le restaurateur du monastre de Saint-Finbar, à Cork, qu'il dédia à St Jean-Baptiste. (Voyez Keating, édition de 1809, in-octavo, t. II. 331; et Mac-Geoghegan, t.I, p. 432.) La perfidie de Turlogh ô Brien, beau-fils et filleul de Cormac, qui était aussi son tuteur, prévalut sur l'esprit de Dermod Sugach ô Connor Kerry, et ce dernier le tua par trahison. (Annales d'Innisfallen, année 1158.) Cormac laissa de son mariage avec Sara ou Saba Mac-Carthy, sa cousine-germaine, veuve de Dermod ô Brien, roi de Munster, trois fils:

  • Taig (Thadeus) Mac-Carthy, roi de Munster ou des deux Momonies, mort sans postérité, en 1155;
  • Dermod Môr (ou le Grand), qui suit;
  • Fighnin, (Fyneen ou Florence) de Licke-Lachtna Mac-Carthy, qui, en 1205, fut appelé par la loi de tanistrie à succéder à son neveu Donall dans la souveraineté de Desmond. Mais l'année qui suivit son élévation, il fut deposé par Dermod-Dana-Dronan Mac-Carthy, son petit neveu, fils du même Donall, et fut assassiné par les ô Sullivan en 1209. (Annales d'Innisfallen.)

 p.63

IV. Dermod-Môr MacCarthy, roi de Desmond, fils Cormac Muithnmnagh Mac-Carthy, descendait, selon chroniques d'Irlande. Keating et les autres historiens nationaux, par une longue suite de rois, d'Olioll de Mogh-Nuadhad, roi de Momonie, tué à la bataille de Moylena, en 192. À peine Dermod fut-il assis sur le trône des deux Momonies, en 1167, qu'il obligé de défendre cette couronne contre Donall-Môr ô Brien, et les princes que ce dernier intéressa à sa cause. Cette lutte durait depuis trois ans avec des succès divers, lorsqu'à l'instigation de Dermod, roi détroné de Leinster, et sous la conduite de Fitz-Stephen de Fitz-Gérald, les Anglais commencèrent, en 1169, leur expédition d'Irlande. Dermod Mac-Carthy soutint plusieurs combats contre ces nouveaux ennemis; mais aussitôt que Henri II, roi d'Angleterre, parut en personne à la tête d'une nombreuse armée pour poursuivre la conquête de l'île, soit que le roi de Desmond, affaibli par cette guerre et privé par la désunion des chefs de tout espoir de secours, se trouvât dans l'impuissance de tenir tête à l'orage qui allait fondre sur lui, soit qu'en cette extrémité, il entrât dans sa politique de faire d'un ennemi auquel seul il ne pouvait plus désormais résister, un allié puissant, nécessaire à sa conservation et utile à sa haine contre les ô Brien, Dermod Mac-Carthy, le lendemain de l'arrivée du monarque anglais, fut le 1er prince hibernien qui reconnut sa souveraineté et s'obligea de lui payer un tribut. (Histoire d'Irlande, par Thomas Leland, t.I, pp. 130, 131.) Ce fut en 1172 que Dermod, accompagné et imité par toute sa cour, prêta serment de fidélité à Henri II. Cette soumission, dans l'origine plus apparente que réelle, ne changeait rien à l'autorité absolue de Dermod sur ses vassaux, ni ne portait aucune atteinte aux coutumes et aux lois du pays. Cependant il ne tarda pas à prendre les armes pour s'en affranchir. La guerre que Henri II soutenait en Normandie, lui avait fait une nécessité de retirer les garnisons anglaises qui occuraient en son nom les principales places maritimes de Irlande. Dermod profita de cette circonstance pour  p.64 rétablir à Cork son authorité militaire (1174). Les habitants de cette ville voulurent lui donner une marque éclatante de leur dévouement. Informés que Raymond-le-Gros, fameux général anglais, avair transporté sur une petite flotte au mouillage non loin de Waterford, un butin considerable, ils marchent avec trente voiles pour enlever cette flottille. Ils l'attaquent en effet avec la plus grande reséolution, mais ils perdent 8 chaloupes dans ce combat, et Dermod, qui accourait pour les seconder avec ses forces avec ses forces de terre, après un choc terrible, fut obligé de ceder le terrain à Raymond-le-Gros qui du reste échoua dans tous les efforts qu'il fit pour lui couper la retraite (Leland, t.I, pp. 179, 180; Gordon t.I, p. 168.) Un événement plus fumeste pour Dermod, et plus favorable aux progrès des armes anglaises, fut la conspiration de Cormac, fils de Desmond (1176). Soit que l'orgueil de ce prince eut été profondément blessé de l'acte de soumission de son père envers Henri II, soit qu'il cédat à l'impatience de son ambition personnelle, il gagna les grands et le peuple, fit déposer Dermod et se fit reconnaître souverain de Desmond et de Cork à sa place. Mais il ne jouit pas long-temps du fruit de cette criminelle enterprise. Dermond, de son étroite prison, avait fait parvernir ses plaintes à ce même Raymond-le-Gros, contre lequel il combattait naguère, et comme vassal de Henri II, il réclama son appui. Le général anglais saisit avec empressement cette occasion de s'affirmer dans le Munster. Il battit et fit prisonnier Cormac, et rétablit Dermod. 67  p.65 dans sa souveraineté. Cependant le prince de Desmond souffrait impatiemment le joug devenu plus pesant pour lui de la anglaise. Donall ô Brien, roi de Limerick, Donall, roi d'Ossory; Malchias on Malachia ô Felan, roi de Desies, Roderick ô Conor, roi de Connacie, qui se qualifiait alors monarque d'Irlande; avaient imité l'exemple de Dermod, en soumettant à Henri II leurs personnes et leurs territoires. Tous ces princes unis par un ressentiment commun, et par l'espoir de s'affranchir du joug britannique, formèrent une puissante confédération, à laquelle prirent part nombre de chefs du pays. Dès l'année 1182, Dermod tenta de surprendre Fits-Stephen dans Cork. Repoussé par Raymond-le-Gros, il reparut plus formidable devant cette place; en 1185; mais il périt de la main de Théobald Fitz-Walter et d'autres conjurés, dans une conférence tenue non loin de cette ville. (Annales d'Irlande, par la chevalier Ware, pp. 7 et 94; Leland, pp. 259, 273; Gordon, p. 185.) Dermod-Môr Mac-Carthy avait fondé, en 1172, l'abbaye de Saint-Maur (appelée aussi Carrigiliky), située sur le bord de la mer, dans la baronnie de Carbery, 68 et dédiée à la Vierge. (Mac-Geoghegan, t.I, p. 464 et Monasticon Hibernicum, p. 60.) Il avait épousé Pétronilla de Bleete, dame issue d'une noble famille d'Angleterre. (Voir les Archives de Thurland, 1re année de Henri III.) Il eut pour fils:

  • Cormac-Liathanagh (le Pâle) Mac-Carthy, qui, vaincu par Raymond-le-Gros, après sa révolte contre son père, décapité en 1177. (Giraldus Cambrensis);
  • Murchiortach ou Mortogh Mac-Carthy, tué en trahison à Ross Oilithre par ô Driscoll en 1179. (Annales d'Innisfallen);
  • Donall ou Daniel-Môr na-Currad, dont l'article suit;
  • Tadg-roe-na-Sgairt, dont la postérite prit le nom de Clan-Taig-Roe (race de Thadeus-Le-Rouge).

 p.66

V. Donall-Môr na-Currad Mac-Carthy, souverain de Desmond et de Cork, hérita de la haine de son père contre les Anglais, et s'acquit beaucoup de célébrité par les fréquentes victoires qu'il remporta sur eux et sur ses autres ennemis. Il battit complètement l'armée du maréchal d'Angleterre, le comte William de Pembroke, dans le comté de Limerick, d'où à la suite de trois batailles il expulsa les Anglais. Uni aux princes confédérés, il en gagna une décisive qui fit rentrer pour un temps la ville de Cork sous sa domination. (Leland, t. I, pp. 303, 304, 305; Gordon, t.I, p. 199.) En 1196, Donall rasa le château d'Imacalle ou d'Imokilly, pilla celui de Kilfeakle, et en détruisit plusieurs autres où les garnisons bretonnes furent passées au fil de l'épée. Après un règne glorieux de 20 ans, ce prince mourut à Currad en 1205. La loi de tanistrie fit passer la souveraineté à son oncle Fighnin, frère de Dermod-Môr Mac-Carthy. (Annales d'Innisfallen; Giraldus Cambrensis et le chevalier Ware.) Donall eut trois fils:

  • Dermod Mac-Carthy-Môr, surnommé Duna-Droignan (de Mont-Epineux), qui déposa son grand oncle Fighnin en 1206 et prit les rênes de la souveraineté en 1210. Mais deux ans après il fut arrêté dans le comté de Cork et fait prisonnier par les Anglais dont; plus tard il racheta, sa liberté. En 1214, il fonda à Cork un monastère de Franciscains, dit le monastère gris, qu'il dédia à la Vierge. La régularité des religieux de ce couvent lui fit donner le surnom de Miroir de l'Irlande. (Smith, Histoire de Cork, t.I, p. 382; Archdall, Monasticon Hibernicum, p. 66). Dermod Duna-Droignan mourut sans postérité en 1217;
  • Cormac-Finn (le Blond), dont l'article suit;
  • Donall-Got-Ogue (le Droit et le Jeune), auteur de la branche de Mac-Carthy-Reagh, princes de Carbery, rapportée ci-après.

VI. Cormac-Finn Mac-Carthy-Môr, prince de Desmond, s'était emparé de cette principauté sur son frère, en 1212. Dermod, sorti de captivité prit les armes pour expulser Cormac. Tout le pays intervint dans cette fatalle querelle. Les deux frères eurent recours aux Anglais. Ceux-ci se partageant des deux côtés, entrèrent de toutes parts dans le Desmond, et s'y emparèrent de  p.67 vastes territoires, sur lesquels ils construiairent des forts pour s'assurer ces conquêtes voudrait par tenter de les en expulser. (Leland, t.II, p.9) En 1224, Cormac-Finn fonda l'abbaye de Tracton dans la baronnie de Kinelea. 69 Ce prince mourut en 1242, dans sa résidence ou palais royal, situé dans les plaines de Sean-Eaglais, sous l'habit d'un moine gris, attirant les Annales d'Innisfallen, qui lui donnent le titre de Chef de Desmond. C'est sous ce titre que lui écrivît Henri II, roi d'Angleterre, dans la 28e de son règne, c'est-à-dire en 1243 ou 1244, ce qui prouve Cormac a vécu jusqu'à cette dernière époque. Cette lettre était une invitation à Cormac de se rendre avec toutes ses forces sous les drapeaux de Henri III, pour l'assister contre le roi d'Ecosse. (Rymer, t.I, p. 426.) Cormac eut quatre fils:

1. Dermod Mac-Carthy, qui eut en apanage la partie sud-ouest de la baronnie de Du-Alla. Sa postérité a pria d'un de ses descendants le nom distintif du Mac-Donough et de du Alla. Is relevaient de Mac-Carthy-Môr et avaient pour feudataires les Mac-Auliff, ô Callaghan, ô Keeffe, etc. Leurs chefs-lieux de résidence étaient les châteaux de Kanturk (tête de Sanglier) et Castle Mac-Donongh. Sous le régné de Jacques II, cette branche était representée par MacDonough, nommé par ce prince, gouverence du comté de Cork en 1690.

2. Donall Finn Mac-Carthy. Il fut tué en 1242 par Jean de Callan, fils de Thomas-Fitz-Gerald, auquel il avait été livré par Donall-Got Mac-Carthy, son oncle;

3. Donall-Roe (le Rouge), dont l'article suit;

4. Donough-Cairthannach (le Charitable) on Doncha-Cairthin Mac-Carthy-Môr, roi de Desmond, qui vivait en 1255, et fit déposé en âgé de plus cent ans, il laissa deux fils;

A. Donall Mac-Carthy, qui joignit Edouard Bruce lors de son invasion en Irlande en 1315; Après la mort de ce prince il se rendit auprès de son frère Robert, 1er roi d'Ecosse. Il le servit dans ses guerres contre l'Angleterre,  p.68 et en obtint des possessions dans le comté de'Argyle. Les descendants de Donall Mac-Carthy s'établirent dans le comté de Galloway. De lui est issue la maison de Macartney, 70 en Ecosse, dont une branche établie dans le comté d'Antrim, en Irlande, sa première partie, fut promue à la pairie dans la personne de Georges Macartney, créé Lord Macartney baron de Lissanoure en 1776. Il fut successivement ambassadeur du roi de la Grande-Bretagne vers la cour de Russie, secrétaire de la vice-royauté d'Irlande, capitaine général de la Grenade et des îles adjacentes, puis gouverneur du Bengale et en dernier lieu ambassadeur extraordinaire vers l'empereur de la Chine en 1792. Il est mort sans postérité dans le comté de Surrey, le 31 mars 1806. La relation de son ambassade en Chine a été traduite dans toutes les langues. (Voyez une notice détaillée sur cet homme d'état célèbre dans le tome 26, p. 19 de la Biographie universelle);

B. Taig Mac-Carthy. Lui et son frère Donall ayant brûlé le château de Dun-Mac-Toghman, furent faits prisonniers par Dermod Tralée Mac-Carthy en 1310, puis délivrés par Donall Maol. (Annales d'Innisfallen). Taig n'eut qu'une fille nommée

Sabia Mac-Carthy, mariée à Turlogh ô Brien, prince de Thomond (Lodge, t.I, p. 12).

VII. Donall Roe Mac-Carthy-Môr, prince de Desmond, qualifié roi dans les Annales de Conacie, eut de fâcheux démêlés avec son cousin-germain Fighin-Ranna-Rain Mac-Carthy, contre lequel, en 1260, il fournit des secours à Guillaume Denn et aux Fitz-Gerald. Ces dissensions domestiques cessèrent l'année suivante, après la mort de Fighnin. La haine implacable des Mac-Carthy contre les Anglais unit bientôt après les diverses branches de cette tribu dans un intérêt commun. En 1280, ils s'assemblèrent, élurent pour chef, d'un commun accord, Donall-Roe, et sous les drapeaux dece prince ils s'emparèrent de plusieurs châteaux occupés par les Anglais, et les chassèrent de quelques-uns de leurs établissements. Les exploits de Donall lui ont acquis une grande renommée parmi les historiens irlandais, qui, sous le rapport des vues politiques et sous celui des qualités personnelles, le représentent comme un prince accompli. (Leland, t.II, p. 88.) Il mourut dans de grands sentiments de piété, en 1302, parvenu  p.69 à un âge très-avancé. Il avait épousé Marguerite Fitz-Maurice, 71 fille de Nicolas Fitz-Maurice, 3e lord de Kerry, et de Slanna ô Brien. (Lodge, Peerage of Ireland, 2e édition, t.II, p. 187.) Donall eut deux fils:

  • Donall-Ogue, dont l'article suit;
  • Dermod-Ogue Mac-Carthy dit de Tralee. Avant eu un différend avec Maurice Fitz-Maurice, quatrième lord de Kerry, il fut assassiné par ce baron sur le banc des assises de Tralee devant le juge royal, en 1325. (Lodge, 2e édition, t. II, p. 104). De lui sont issus les Mac-Fineen de Glaneraught, au comté de Kerry. Les Annales d'Innisfallen font mention de Dermod sous l'année 1319.

VIII. Donall-Ogue Mac-Carthy-Môr, qualifié roi de Desmond, fut en guerre avec Donall-Maol Mac-Carthy Carbreagh, son cousin. Ce dernier le fit prisonnier 1306. Chargé de chaînes, Donall-Ogue fut enfermé dans une étroite prison. Mais l'année suivante les deux princes firent la paix et unirent leurs forces contré les Anglais. Donall-Ogue mourut dans le courant de cette même année 1307. (Annales de Connacie et d'Innsfallen.) Il laissa:

  • Cormac-Môr, dont nous allons parler;
  • Orlia (Fleur d'or) dite Aurina Mac-Carthy, femme de Turlogh ô Brien, prince de Thomond. (Collectanea De Rebus Hibernicis, par Vallencey, t.I, p. 616; Lodge, t.I, p. 12; Moréri, t. VIII, p. 14).

IX. Cormac-Môr Mac-Carthy-Môr, prince de Desmond, succéda à Donall-Ogue, son père, en 1307. Il épousa Honoria Fitz-Maurice, 72 fille de Maurice, 6e lord de Kerry, et d'Elisabeth de Cantow. (Lodge, t. II, p. 188.) De ce mariage sont issus:

  • Taig Mac-Carthy-Môr, prince de Desmond, qui ne laissa qu'une fille nommée Catherine Mac-Carthy;
  • Fignin ou Florence Mac-Carthy-Môr, prince de Desmond, qui fut défait à Ringroame, en 1350, par Miles de Courcy, baron de Kinsale, et se noya avec une partie des siens dans  p.70 la rivière de Bandon. (Smith, Histoire de Cork, t.II; Lodge, ancienne édition, t. IV, p. 34). Ce fut ce prince qui fit bâtir dans la cimetière de Clonmacnoise la tour dite des Mac-Carthy, ainsi qu'une chapelle appelée Chapelle de Florence Mac-Carthy ou Chapelle de Mac-Carthy-Môr. (Archdall, Monasticon Hibernicum, p. 392);
  • Donall, dont l'article suit;
  • Dermod-Môr, auteur de la branche des chefs et vicomtes de Muskery, comtes de Clan-Carthy, rapportée ci-après;
  • Owen Mac-Carthy, auteur de la branche de Cois-Maing;
  • Donogh Mac-Carthy, tige de la ligne Ardcanata.

X. Donall Mac-Carthy-Môr succéda à son frère Florence, dans la principauté de Desmond, en 1350. Il épousa Jeanne Fitz-Gerald, 73 fille de Maurice-Ogue, comte de Kildare, mort en 1371. (Lodge, t.I, p. 65.) Il laissa:

  • Donall Mac-Carthy-Môr, décédé en 1409, sans postérité;
  • Taig-na-Mainstriac (du Monastère), dont l'article suit.

XI. Taig-na-Mainstriac Mac-Carthy-Môr, successeur de Donall, son frère aîné, dans la principauté de Desmond, en 1409, enterré en 1413, à Cork, au monastère des Franciscains. Il eut pour fils:

XII. Donall-an-Dana (l'Intrépide) Mac-Carthy-Môr, prince de Desmond, qui, en 1440, fonda sur les bords du lac Lean, appelé aujourd'hui lac de Killarney, l'abbaye d'Irelagh ou, de Mucrus, dédiée à la sainte Trinité, et dans laquelle il plaça des franciscains, abbaye qui devint la sépulture des Mac-Carthy-Môr. (Archdall, Monasticon Hibernicum, p. 303.) Donall Mac-Carthy fit une guerre très-active aux Anglais, et une consentit à mettre bas les armes que lorsqu'on lui eut assuré, en 1460, le paiement d'un tribut annuel. (Leland, t.III, p. 83.) Il vécut jusqu'en 1468, et laissa:

  • Taig-Liat, qui suit;
  • Ellinor ou Eléonore Mac-Carthy, femme de Geoffroi ô Donoghou, lord de Clanfesk.

 p.71

XIII. Taig Liat Mac-Carthy-Môr, fils de Donall et son successeur dans la principauté de Desmond, fut tué en 1490, dans une bataille qu'il livra à Fitz-Gerald, comte de Desmond. (Leland, t.III, p. 168.) Il eut pour fils:

XIV. Cormac-Laigriac Mac-Carthy-Môr, prince de Desmond, marié, vers 1500, avec Ellinor ou Eléonore Fitz-Maurice, fille d'Edmond Fitz-Maurice, 9e lord de Kerry, et de Mora ô Connor-Kerry. 74

XV. Donall Mac-Carthy-Môr, surnommé Dromain (le Dromadaire), à cause de sa taille imposable, fils et successeur de Cormac-Laignac, conclut, en 1536, un traité de paix avec le lord député en Irlande (Léonard Grey), traité dont se rendirent garànts Taig et Dermod ô Mahony, ses cousins. Donall-Dromin a laissé deux fils et deux filles:

  • Taig Mac-Carthy-Môr, prince de Desmond, dont la fille unique, Catherine Mac-Carthy, fut la seconde femme de Thomas Fitz-Maurice, 16e lord de Kerry. Elle mourut de la petite vérole peu de temps après son mariage, dans une île du lac de Killarney. (Lodge, t.II, p. 195.)
  • Donall, dont l'article suit;
  • Catherine Mac-Carthy, mariée à Fyneen ou Florence Mac-Carthy-Reagh, lord de Carbery;
  • Honoris Mac-Carthy, qui fut la 4e femme de Jacques Fitz-Gerald, 15e comte de Desmond.

XVI. Donall Mac-Carthy-Môr, prince de Desmond, 1er comte de Glancare, imitant l'exemple d'ô Nial, se rendit à Londres en 1566, et fit sa soumission à la reine Elisabeth, en personne, qui lui rendit tous ses biens confisqués et le créa comte de Glancare, 75 baron de Valentia et membre du parlement. Ce prince ne fut pas plutôt en possession des territoires qui lui avaient  p.72 été restitués, qu'il s'occupa avec activité de l'armement d'une armée, à la tête de laquelle il révendiqua la souveraineté des deux Momonies. Les Geraldins et d'autres puissants chefs se firent ses alliés. Mais cette guerre ne fut point heureuse: Donall fut obligé de se soumettre en 1571, et de donner au conseil d'Irlande son fils naturel, pour garant de sa fidélité (Leland, t. IV, pp. 40, 41, 58, 62.) Il avait épousé Honorîa Fitz-Gerald, 76 fille de Jacques Fitz-Gerald, 15e comte de Desmond, de laquelle il eut pour fille unique:

Ellen ou Hélène Mac-Carthy, femme de Florence Mac-Carthy-Reagh, lequel devint par son mariage 2e comte de Clancare et Mac-Carthy-Môr par élection.

Fils naturel de Donall Mac-Carthy, 1er comte de Clancare:

Donall, que le gouvernement anglais reconnut Mac-Carthy-Môr en 1599, en opposition à Florence Mac-Carthy, comte de Clancare.

Chefs et Vicomtes de Muskery

Comtes de Clan-Carthy

X. Dermod-Môr Mac-Carthy, fils aîné de Cormac-Môr Mac-Carthy-Môr, prince de Desmond, et d'Honoria Fitz-Maurice, eut en apanage la baronnie de Muskery, dont il fut le 1er chef, et qu'il gouverna pendant 14 ans. Il fut tué en 1367, par les ô Mahony. Il eut trois fils:

  • Cormac, dont l'article suit;
  • Felim Mac-Carthy, auteur de la branche de Tuath-na-Dromain;
  • Donogh Mac-Carthy, chef de la branche de Cloinfada.

XI. Cormac Mac-Carthy, chef de Muskery, fut assassiné à Cork, en 1374, par les Barry, et enterré en l'abbaye de Gill. Il laissa deux fils:

  • Taig, dont l'article suit;
  • Daniel Mac-Carthy, dont est sorti le rameau de Shanakil.

 p.73

XII. Taig ou Thadeas Mac-Carthy, chef de Muskery, vécut jusqu en 1448, et laissa deux fils et une fille:

  • Cormac Laidir (le Fort), qui suit;
  • Dermod Mac-Carthy, qui fit bâtir le château de Carickafuky, et fut auteur de la branche de Drishane:
  • Ellen ou Hélène Mac-Carthy, femme de Dermod na-Ogue Mac-Carthy-Reagh, prince de Carbery.

XIII. Cormac-Laidir Mac-Carthy, chef de Muskery, fit bâtir les châteaux de Kilcrea, Carrignamuc et Blarney. Il fonda le couvent des franciscains de Kilcrea, dédié à Ste Brigitte, et celui des augustins de Ballivacadane. Il fit encore bâtir cinq églises en divers lieux. Il mourut en 1494, et fut inhumé à Kilcrea, lieu de sépulture des princes de sa branche. (Smith, Histoire de Cork, t.I, p. 166; Archdall, Monasticon Hibernicum, p. 72.) Il avait épousé Marie Fitz-Maurice, 77 fille d'Edmond, 9e lord de Kerry. (Lodge, t. II, p. 189.) Il laissa:

  • Cormac Laidir-Ogue, qui suit,
  • N... Mac-Carthy, épouse de Donall Mac-Carthy-Reagh.

XIV. Cormac-Laidir Ogue Mac-Carthy, fils de Cormac-Laidir, et son successeur dans la principauté de Muskery, remporta sur le comte de Desmond (Fitzgerald), la célèbre bataille de l'abbaye de Mourne, en 1521. Il mourut en 1536, laissant de son mariage avec Catherine Barry: 78

  • Taig, dont l'article suit;
  • Shely ou Julia Mac-Carthy, mariée (1er) à Gerald Fitz-Maurice, 15e lord de Kerry (Lodge, t.II, p. 190): 2e avec Cormac Mac-Carthy-Reagh, seigneur de Kilbritton; 3e avec Edmond Butler, lord Dunboyne (Lodge).

XV. Taig ou Thadeus Mac-Carthy, chef de Muskery, mort en 1566, avait épousé Catherine Mac-Carthy-Reagh, 79 fille de Donall Mac-Carthy-Reagh.

Il eu eut trois fils:

1. Dermod, dont l'article suit;

2. Cormac Mac-Carthy de Castlemore Courtbreac et Cloughroe,  p.74 vicomte ou grand sheriff du comté de Cork. Il eut deux fils:

A. Cormac Mac-Carthy, marié avec Grany Mac-Carthy-Reagh, fille du chevalier Owen;

B. Taig Mac-Carthy;

3. Donall Mac-Carthy.

XVI. Dermod Mac-Carthy, chef de Muskery, ne survécut que deux ans à son père et laissa de son maraige avec Hélène Fitz-Gerald, 80 fille de Maurice Atotan, frère de Jacques Fitz-Gerald, 15e comte de Desmond.

  • Cormac, dont l'article suit;
  • Taig Mac-Carthy d'Inshirahill;
  • Julia Mac-Carthy, épouse de Jean Barry de Lissaroll (Lodge, t.I, p. 292.)
  • Grany Mac-Carthy, femme de Donogh-Ogue Mac-Carthy, lord de Carbery.

XVII. Cormac Mac-Carthy, chef de Muskery, se soumit à la reine Elisabeth, et se fit protestant. Sur quelques soupçons il fut arrêté et jeté en prison avec sa femme et ses enfants; mais ils furent délivrés par un stratagème audacieux d'Owen Mac-Sweeny. Cormac mourut en 1616, ayant eu de son mariage avec Marie Butler, 81 trois fils et une fillé:

  • Cormac-Ogue, qui suit;
  • Taig Mac-Carthy-d'Aglish, qui fut père de Dermod Mac-Carthy. (Lodge, t. VI, p. 155);
  • Donall Mac-Carthy de Carrignavar, dont le fils: Donall Mac-Carthy de Carrignavar, mort en 1704, fut pére de Charles Mac-Carthy;
  • Julia Mac-Carthy, mariée (1er) à David Barry de Buttevent; 2e Dermod ô Shaughnessy.

XVIII. Cormac Ogue Mac-Carthy, créé baron de Blarney et vicomte de Muskery, le 15 novembre 1628,  p.75 décédé à Londres en 1640 82 avait épousé Marguerite ô Brien,  83fille de Donogh ô Brien, 4e comte de Thomond et d'Hélène Roche de Fermoy. De ce mariage sont provenus:

  • Donogh, dont l'article suit;
  • Marie Mac-Carthy, épouse de sir Valentin Brown;
  • Ellen ou Hélène Mac-Carthy, femme de colonel Edmond Fitz-Maurice, fils aîné de Thomas, lord de Kerry. (Lodge, t.II, p. 197).
  • Elinor Mac-Carthy, mariée en 1636, avec Cormac ou Charles Mac-Carthy-Reagh.

XIX. Donogh Mac-Carthy, 1er comte de Clan-Carthy et vicomte de Muskery, général de l'armée catholique de la province de Munster, en 1641, (et le dernier chef qui posa les armes dans la lutte contre Cromwell, en 1652. À cette dernière époque, traduit devant la haute cour de justice instituée par le protecteur, il fut absout, et put s'embarquer pour l'Espagne. Le roi Charles II le créa comte de Clan-Carthy, en 1658. Il courut en 1665, cinq ans après le rétablissement de ce prince sur le trône d'Angleterre. Donogh Mac-Carthy, vicomte de Muskery, fut un des personnages les plus influents de son époque, et celui dans le crédit duquel la reine Henriette-Marie de France, veuve de l'infortuné Charles Ier, mit le plus de confiance lors de son ambassade, en 1647, près de cette princesse à Saint Germain-en-Laye. (Voyez Leland, t. V, 411, 468; VI, 50, 74, 75, 126, 127, 191, 193, 195, 321, 330.) Il avait épousé Marie Butler, soeur du duc d'Ormond, laquelle le rendit père:

1. Charles Mac-Carthy, vicomte de Muskery, qui servit avec distinction sous le duc d'York (depuis Jacques II), dont il était premier gentilhomme de la chambre, et fut tué sous les yeux  p.76 de ce prince, dans un combat naval livré aux Hollandais, le 13 juin 1665, à l'àge de trente-un ans. C'était un officier général de la “plus haute espérance”. Son corps ramené en Angleterre, fut enterré avec pompe dans l'abbaye royale de Westminster. 84 Il avait épousé Marguerite de Burgh, fille et seule  p.77 héritière d'Ulick de Burgh, marquis et comte de Clanricard Irlande, comte de Saint-Alban en Angleterre, de laquelle laissa:

A. Charles-Jacques Mac-Carthy, né en 1663, vicomte de Muskery, puis le comte de Clan-Carthy, mort en minorité;

B. Françoise Mac-Carthy, née en 1662, morte le 24 décembre 1675. (Lodge, t.I, p. 137);

2. Callaghan, dont l'article viendra;

3. Justin Mac-Carthy, créé vicomte de Mountcashel, puis duc et pair par le roi Jacques II à la suite d'une éclatante victoire qu'il remporta à la tête des troupes de Munster, en 1689, sur un corps considérable de protestants commandé par Guillaume ô Brien, second comte d'Inchiquin, auquel il fit mettre bas les armes. (Lodge, t.II, p. 37; Leland, t.VII, p. 143). Justin Mac-Carthy commandait alors l'armée catholique d'Irlande comme major-général, opposé avec Sarsfield et Fitz-James, depuis duc de Berwick, aux protestants, partisans de Guillaume de Nassau, stathouder de Hollande, compétiteur du roi Jacques II au trône d'Angleterre. Le 13 juillet de la même année, attaqué près de Newtown-Butler et de Lisnaskea, par l'armée de Wolsey, général des Ennis-Killers, il perdit 2000 hommes sur le champ de bataille, outre 500 qui se noyèrent dans le lac Erne, et fut fait prisonnier après s'être fait cribler de blessures en combattant en ésespéré pour donner à ses soldats l'exemple d'une mort glorieuse. 85 (Gordon, t. II, p. 415, 416). Mais l'espoir de Justin Mac-Carthy fut trompé; ses blessures n'étaient point mortelles. Rétabli et échangé, il rejoignit Jacques II son souverain légitime, que la perte de la bataille de la Boyne força de se réfugier en France. Justin Mac-Carthy entra au service de cette puissance, devint lieutenant-général, et mourut en 1700, à Barèges, d'une blessure à la poitrine qu'il avait reçue 5 ans  p.78 auparavant à la bataille de la Marsaille. Il n'eut pas d'enfants de son mariage avec Arabella Wentworth, fille de fameux comte de Strafford;

4. Marguerite Mac-Carthy, femme de Luc, 3e comte de Fingall, morte en 1690;

5. Ellen on Hélène MacCarthy, seconde femme de Guillaume de Burgh, 6e comte de Clanricard, qu elle rendit père de:

Honorée de Burgh, mariée mariée (1) à Patrice Sarsfield, comte de Lucan, tué à la bataille de Nërwinde en 1693; 2e le 26 de mars 1695, à Jacques Fitz-James, duc de Berwick, pair et maréchal de France, chevalier de la Jarretière, de l'ordre du Saint-Esprit et de la Toison d'Or grand d'Espagne de 1e classe, etc., fils naturel de Jacques II, roi de Angleterre.

XX. Callaghan Mac-Carthy, 3e comte de Clan-Carthy, s'était destiné à l'état ecclésiastique en France. à la mort de son neveu Charles-Jacques Mac-Carthy, il sortit de son couvent et embrassa le protestantisme. De son mariage avec Elisabeth Fitz-Gerald, sont issus:

  • Donogh, qui suit;
  • Catherine Mac-Carthy, mariée à Paul Davis, crée vicomte de Mountcashel.

XXI. Donogh Mac-Carthy, 4e comte de Clan-Carthy, fut élevé à Oxford. Depuis il se fit catholique. Lors de la révolution de 1688, ses biens furent confisqués. Il se retira à Hambourg, où il mourut en 1734. Il avait épousé Elisabeth Spencer, fille de Robert Spencer, comte de Sunderland. Il en eut deux fils et une fille:

  • Robert, dont l'article suit;
  • Justin Mac-Carthy, marié avec N... Davis, sa cousine germaine, fille de Paul Davis, vicomte de Mountcashel, mort sans postérité;
  • Charlotte Mac-Carthy, femme de Jean West, lord de Delamare.

XXII. Robert Mac-Carthy, 5e comte de Clan-Carthy, rentra dans une partie des possessions de sa branche, et devint chef d'escadre au service de S.M. britannique. Il est mort sans postérité. Le comté-pairie de  p.79 Clan-Carthy est actuellement possédé par la famille Power, 86 descendue de Jean Power, écuyer, marié avec Hélène Mac-Carthy, fille de Cormac, lord Muskery, (The Peerage of the United Kingdom Great Britain of Ireland, par John Debrett, 1825, t. II, p. 1063.)

Branche de Mac-Carthy-Reagh

Princes et Lords de Carbery

VI. Donall-Got-Ogue Mac-Carthy-Môr, 3e fils de Donall-Môr-na-Currad Mac-Carthy, souverain de Desmond, eut en apanage la principauté de Carbery. En 1233 il leva une armée pour détrôner Dermod ô Mahony. Trois fils de ce dernier périrent dans cette guerre, ainsi qu'ô Coffey de Coillsealvy. Moins, heureux dans la guerre qu'il commença contre les Fitz-Gerald, en 1248, Donall fut tué, en 1251, par Jean de Callan, fils de Thomas Fitz-Gerald. Il laissa cinq fils:

  • Dermod Donn (le Brun) Mac-Carthy-Môr, qui fut après son père le dernier prince souyerain de Desmond de la branche de Carbery. Il monrut à Miguisy en 1275, et fut inhumé au monastère de Cregan, d'où on le transféra plus tard à Timoleague. Sa postérité fut connue sous la dénomination de Clan-Dermod. L'apanage territorial de cette branché était situé sur la côte sud-ouest de la baronnie de Carbery. Les lieux de résidence du chef étaient les châteaux de Cloghane et de Kilcoe, nommé vulgairement Kilcoha;
  • Taig-Dall (l'Aveugle) Mac-Carthy, dont la postérité fut: connue sous le nom de Clan-Taig-Dallain. Cette branche s'est établie en France, province de Saintonge dans le dernier siècle. Lors de la révolution de 1789, elle était représentée par N... Mac-Carthy-Mac-Taig, major-général de la marine et chef de division au département de Rochefort, dont la famille s'est fixée depuis à la Nouvelle-Orléans;
  • Fighnin-Ranna-Rain Mac-Carthy, qui pendant les années 1258, 1259 et 1260, fit une guerre acharnée aux Anglais dans la province de Desmond, et remporta sur eux de grands avantages. À la dernière époque (1260), Guillaume Denn, chef de justice en Irlande, secondé par Les Fitz-Gerald, fit d'immenses préparatifs contre Fighnin, et vint lui livrer bataille à Callan-Glinn-Ruachtan. Dans cette action sanglante les Mac-Carthy firent tomber sous leurs coups Jean de Callan, fils de  p.80 Thomas Fitz-Gerald, sénéchal de Momonie et fondateur du monastère de Tralee, Maurice, son fils, 18 barons, 15 chevaliers on 25 de ces derniers, selon les Annales d'Innisfallen, outre un grand nombre de combattants anglais. (Lodge, 1re édit. t.I, p. 7; Leland, t.I, p. 54 et 55; Gordon, t.I, p. 227). Pour tirer de cette victoire tous les avantages possibles, les Mac-Carthy détruisirent et rasèrent les châteaux de Dun-Mac-Tomon, Dun-Innse Dun, Cuan-Dor, Dun-Agall, Dun-Doide, Dun-ur long, Mochrama, Uirgeoll, Dun-na-Mharc, Dun-Agoill, Dun-Loe, Cill-Forgla et tous les autres qui ne trouvaient dans le district de Conall-Gabhra, passant au fil de l'épée la plupart des garnicons anglaises qui s'y trouvaient. Encouragés par un succès aussi marquant, Fighnin (Florence) Mac-Carthy, lève, en 1261, une grande armée de Desmoniens, et marche pour brûler Rann-Ron, territoire possédé par Jean de Courcy. Le refus qu'il fit au capitaine Cogan d'accepter ses services lui devint funeste, car celui-ci et ses alliés s'étant joints à l'armée de Jean de Courcy, firent pencher en sa faveur la victoire décisive qu'il remporta sur les Desmoniens, le jeudi après la fête de Saint-Michel, 1261. Fighnin y périt avec nombre de chefs du Munster. (Annales d'Innisfallen et le chevalier Ware). Il n'eut pas de postérité;
  • Cormac-na-Mangartan Mac-Carthy (ainsi surnommé de la fameuse motagne de ce nom, la plus élevée de l'Irlande). Il contribua aux ravages exercés par son fiére sur les Anglais. Pour en tirer vengeance Mac-William de Burgh leva une nombreuse armée, livra bataille au prince desmonien en 1261, et après l'avoir vaincu et tué dans l'action, il fit un grand carnage de ses sujets (Annales d'Innisfallen);
  • Donall-Carbreagh (le Naval), dont nous allons parler.

VII. Donall-Maol Mac-Carthy, prince de Carbery, est fréquemment cité dans les Annales d'Irlande, à raison de ses hostilités continuelles contre les Anglais du Munster. Il remporta sur eux de nombreux avantages, en 1261, 1262, 1295, 1300, 1305, et 1307, leur tua un grand nombre de chevaliers, et entre autres, dans l'île d'Inisdonny, en 1300, Jean de Courcy, baron de Kinsale, et son frère Patrice, et détruisit de fond en comble la plupart des châteaux que les Anglais occupaient dans la Momonie. L'activité infatigable qu'il déploya dans toutes ses entreprises jusques dans un âge très-avancé, avait inspiré une telle terreur aux ennemis de sa nation, que pendant douze ans ils n'osèrent passer la charrue dansleurs terres usurpées. Ce prince se trouva aussi engagé dans des guerres intestines relatives à la succession au titre de Mac-Carthy-Môr. (Voyez les Annales  p.81 d'Innisfallen et le degré de Donall-Ogue Mac-Carthy-Môr, roi de Desmond, p. 69.) Le dernier trait que l'histoire cite de Donall-Maol, se rapporte à l'année 1310. À cette époque, il délivra Donall et Taig Mac-Carthy, fils de Donogh-Cairthannach, que Demod Tralée Mac-Carthy avait fait prisonniers. La valeur et politique de Donall-Maol relevèrent et soutinrent pendant long-temps le courage des Irlandais. Presque toujours choisi pour arbitre dans les querelles qui s'élevaient entre les chefs, il savait les apaiser en les animant de sa haine contre les Anglais, et en leur présentant la ruine de ces ennemis implacables et la délivrance de l'Irlande, comme l'unique but digne de leurs efforts. (Leland, t.II, pp. 85, 84; Gordon, t.I, p. 231.)

VIII. Donall-Caom, (le Doux) Mac-Carthy, prince de Carbery, fils de Donall-Maol, lui succéda vers l'an 1311. (Annales d'Innisfallen). Il fut père de Donall-Glas (le Vert), qui suit.

IX. Donall-Glas Mac-Carthy, prince de Carbery, est énoncé dans les mêmes annales fils de Donall-Caom et petit-fils de Donall-Maol. Vers l'an 1320 il fit bâtir l'abbaye de Timoleague, sur les ruines de l'ancienne abbaye de ce nom, 87 et y appela des franciscains. Depuis lors ce couvent est devenu le lieu de sépulture des Mac-Carthy-Reagh. Le tombeau de Donall-Glas était placé dans le choeur. (Archdall, Monasticon Hibernicum, p. 77.) Ce dernier eut trois fils légitimes et deux fils naturels:

  • Cormac-na-Coilla Mac-Carthy, tué au siège de Carrig-Ruactha en 1320. (Annales d'Innisfallen);
  • Eogan Mac-Carthy, qui fut père de: Cormac Mac-Carthy, vivant en 1320. (Annales d'Innisfallen);
  • Donall-Carbreagh (le Naval), dont nous allons parler.

 p.82

Fils naturels de Donell-Glas:

  • Cormac-Donn (le Brun) Mac-Carthy d'Inganaurae, terre qu'il reçut pour apanage, située dans la partie de la paroisse de Dunmanway;
  • Dermod Mac-Crimmin Mac-Carthy, apanagé du territoire de Glennacrime, dans la partie occidentale de la paroisse de Dunmanway. Cette branche, qui possédait les châteaux de Ballinorohor et de Togher, était renommée par une hospitalité poussée jusquà l'extrême (Histoire de la ville de Cork).

X. Donall-Carbreagh Mac-Carthy; prince lord de Carbery, prit les armes contre les troupes anglaises de la Momonie. Pour arrêter ses progrès, Edouard III (VI), roi d'Angleterre, expédia des lettres-patentes, le 24 août 1334, 88 à Jean de la Balaille, trésorier de ce prince, pour qu'il eût à payer les hommes d'armes qui sous Jean Darcy, justicier d'Irlande, marchaient en Momonie contre ledit Donall-Carbreagh Mac-Carthy et Mac-Dermod, en insurrection contre le roi dans le comté de Cork. David Barry, qui avait voulu s'opposer à cette levée de boucliers avait été fait prisonnier après avoir perdu 100 des siens. (Lodge, 1re édition, t.I, p. 197.) Il paraît par d'autres lettres du même monarque, du 2 avril 1355, 89 que Donall-Carbreagh fut fréquemment en état de révolte contre l'Angleterre. Ces lettres ordonnent qu'il soit mis en liberté, ainsi que son frère (naturel) Dermod, ayant tous deux été retenus en otages pour la paix. Le premier eut pour fils:

XI. Donall-Reagh 90 Mac-Carthy, prince lord de  p.83 Carbery, vivant vers 1400. Sa filiation à son père et sa descendance jusqu'à Fyneen, son petit-fils, sont établies par un acte du 20 novembre 1496, 91 et par une enquête du 20 décembre 1614. Il avait épousé Jeanne Fitz-Maurice, 92 dont il laissa:

XII. Dermod-na-Ona Mac-Carthy-Reagh, prince de Carbery. À l'exemple de beaucoup d'autres chefs et anciens dynastes irlandais, Dermod avait profité du départ des généraux et principaux seigneurs anglais, lors de la guerre entre les maisons d'York et de Lancastre, pour rentrer les armes à la main dans plusieurs des possessions séquestrées sur sa famille, et notamment dans le château de Kilbritton, qu'il reprit, en 1449, sur Jean de Courcy, baron de Kinsale. (Lodge, 1re édition, t.IV, p. 35.) Ce château fut repris sur Dermod, mais il revint ensuite à Donall, son petit-fils. 93 Dermod est qualifié prince de Carbery dans un acte daté de Kilbritton, le 12 juin 1461 par lequel Donall, fils et héritier de Donall-Ogue Mac-Carthy, lui concéda divers territoires qui avaient appartenu à son père. Dermod eut pour femme Elen ou Hélène Mac-Carthy, 94 fille de Taig Mac-Carthy, lord de Muskery, de laquelle sont provenus:

  • Donall Mac-Carthy, mort onze ans avant son père;
  • Fighnin, Fyneen ou Florence, quia continué la postérité;
  • Dermod-Bodivieg Mac-Carthy, qui succéda à son frère Fyneen dans le titre de Mac-Carthy-Reagh, du consentement
 p.84 de son neveu Donall, titre que la mort ne lui permit pas de garder une année. Il laissa un fils:

Florence Mac-Carthy, qui après la mort de Donall, son cousin-germain, réclama l'héritage en vertu de la loi de tanistrie. L'assemblée du pays ayant débattu cette question, il fut décidé que cette succession appartenait à Cormac en vertu de la concession faite par le roi à son aïeul Fyneen, fils de Dermod-na-Ona. (Histoire manuscrite de lu famille).

XIII. Fighnin, Fyneen ou Florence Mac-Carthy-Reagh, prince lord de Carbery, qu'il tint en fief pendant 27 ans, épousa Catherine Fitz-Gerald, 95 fille de Thomas Fitz-Gerald, 8e comte de Desmond, décapité à Drogheda le 15 février 1467, et d'Elisabeth ou Lilice Barry, fille de Jean, lord Barry, vicomte de Buttevant. Henri VII, roi d'Angleterre, par lettres datées de la 3e année de son règne, 21 mai 1484, donna pouvoir à Florence Mac-Carthy et à Cormac Mac-Taig, de recevoir, au nom de ce monarque, les hommages et serments de fidélité des seigneurs d'Irlande. Par un acte daté de Kinsale, le 2 août 1493 Geoffroy Galwy, fils et héritier de Patrice Galwy, céda à Florence Mac-Carthy et à Catherine, fille du comte de Desmond, sa femme, tout ce qu'il possédait au lieu de Balinglany, vulgairement appelé Balincandelany. En retour et par acte du 8 du même mois d'août 1493 le lord de Carbery le prit sous sa protection dans toute l'étendue de sa terre et lui accorda l'usage dans sa forêt de Ghobis, située à Balincandelany, pour son entretien et celui de sa fabrique. Le même Fyneen ou Florence Mac-Carthy et ses deux fils Donall et Cormac, voulant abolir dans leur maison la loi de succession alternative ou de tanistrie, soumirent la principauté de Carbery à la couronne d'Angleterre, et en obtinrent l'investiture, par acte du 20 novembre 1496, pour la posséder en fief héréditaire, dans toute son étendue et avec toutes les libertés et franchises, ainsi que généralement toute autre chose qui avait pu appartenir à ce territoire. Le traité qui fut passé à cette occasion entre Gerald Fitz-Gerald, 8e comte de Kildare, chevalier de l'ordre de la Jarretière,  p.85 lord chef de justice en Irlande, et Fyneen Mac-Carthy-Reagh ses fils, oblige les Mac-Carthy, lords de Carbery, à fournir à l'armée du roi, 20 chevaliers et 40 hommes de pied, à toute réquisition, mais pour un temps prescrit. Voici l'acte de foi et hommage rendu Fyneen Mac-Carthy, au roi d'Angleterre, immédiatement après cette investiture:

Haec indentura facta, vicesimo die mensis novembris anno millesimo quadringentesimo nonagesino sexto, inter honorabilem et praepotentem dominum Geraldum Fitz-Gerald Comitem de Kildare locumtenentem domini regis in regno Hiberniae, caeterosque de consilio regali, quorum nomina inferius scribuntur ex unà parte; et Fyneen Mac-Carthy Reagh, Mac Diarmod, Mac Donnell Reagh, Donnell Carbreagh Mac Carthy 96 dominum de Carbery, è principali Mac Cartheorum gente oriundum, pro se filiis suis Donaldo et Cormarco et conjunctim cum eis ex alterâ parte. Testâtur quo et praedictus Fyneen Mac Carthy Reagh cum suis filiis praedictis concessit, promisit et per praesentes obligavit tenere et firmiter perimplere dicto domino regi, haeredibus et successoribus suis tenorem et formam articulorum sequentium. Imprimis quod non solùm catholicam fidem et religionem quantum in se est promovebit et defendet sed omnes etiam contradicentes aut renitentes pro suo posse corrigi, in judicium vocari et debito modo per omnia puniri faciet. Item acceptabit et recognoscet praedicrum dominum regem legitimum esse sibi principem, illiqae redibus et succcssoribus suis adhaerebit contrà omnes homines, sicut fidelis subditus et sicut caeteri ligei o praedicti regni Hiberniae serviunt et obediunt aut servire et obedire debent. Item quod praedictus Fyneen Mac Carthy Reagh nec filii sui praedicti non adhaerebit nec confederabit cum inimicis aut rebellibus dicti domini regis aut successorum quorum, sed illos pro viribus suis de tempore in tempus castigabit et  p.86 prosequetur. Item dictus Fyyneen Mac Carthy Reagh et dicti filii obligantur per prassentes quod dictus dominus rex habebit omnes terras et possesiones suas proprias ac caetera omnia et singula debita ad suam celsitudinem spectantia, tàm ea quae modo jacent et existunt sub tutelâ et gubernatione praedicti Fyneen Mac Carthy Reagh, quám quae quovismodo post hàc crescere et legitimè provenire poterint ad usum ejusdem domini regis, infrà limites et jurisdictionem patriae de Carbery praedictae.

Item similiter praefatus Fyneen Mac Carthy Reagh et filii praedicti prompti et parati erunt in propriis suis personis ad serviendum dicto dominio regis haeredibus et successoribus suis ad mandatum locumtenentis, deputati seu justiciarii Hiberniae pro tempore existent eum viginti equestribus et quadraginta turbariis bene armatis in omni suo magno progressu beilico, vulgariter nuncupatis hostings, eum victualibus pro se et suis, ad expensas patriae suae, quandocunque et quotiescunque hujusmodi locumtenenti, deputato seu justiciaro placebit ad hoc assignare et demandare et in quolibet alio viago et progressu subito contingenti servient cum toto numero et potestate suâ cum victualibus similiter pro duobus vel tribus diebus; pro quolibet equestre faciente defectum ut praedicitur forisfacient et solvent pro quolibet die tres solidos et quatuor denarios et pro quolibet turbario pro simili defectu denarios vigenti. Item praedicius Fyneen Mac Carthy Reagh cum filiis praedictis concessit et promisit, pro recognitione obedientiae suae et quia tenet dictam patriam de dicto domino rege, reddere et solvere singulis annis eidem domino regi haeredibus et successoribus suis viginti libras legalis monetae Hiberniae, solvendas et tradendas officiaris suis annuatim in hoc regno ad festum sancti Michaelis tantum et praefatus Fyneen cum filiis suis praedictis alterius concessit et promisit se daturum quolibet anno Bonnagium centum scoticis, vulgariter nuncupatis Galloglasses, pro uno quarterio anni et quod indilati dabit et solvet praefato domino, locumtenenti  p.87 aut assignatis suis centum viginti mortos pingues (ut moris est) pro nominatione et admissione suâ ad locum capitanei suae nationis et patriae de Carbery praedictae. Item praefatas Fyneen Mac Carthy Reagh et filli praedicti non solùm juramentum corporale praestiterunt super sacra sancta Dei evangelia pro bono complemento promissorum, sed finaliter concesserunt etiam et promiserunt pro majori securitale fidelitatis suae ergà dictum dominum regem haeredes et successores suos ponere obsides suos et inter alios filium suum primogenitum praefatum Donaldum (dicti domini locumtenentis generum) penes praefatum dominum locumtenentem vel alibi prout melius eidem domino locumtenenti videbitur. In cujus rei et omnium praemissorum fidem et testimonium, tàm praedictus dominus locumtenens et alii deconsilio regali subscripti, quàm praefatus Fyneen et praefati filii hisce scriptis manus suas et sigilla alternatim apposuerunt. Datum apud Dubiin die et anno Domini suprascriptis anno vero serenissimi domini Henrici septimi, Dei grati Anglice et Francice regis et Hibernice, duodceimo.

G. Kildare. Gualterius Fitzsimons, archiepiscopus Dublin. Cancellarius;

Fygnen Mac Carthy Reagh. Hugo Conway, arch. Thesaur.;

Donnell Mac Carthy. Guilielmus Radcliffe, arc. Thes.;

Coromac Mac Carthy. Guilielmus Rokeby, L. L. D.;

Gerald Fitz Gerald Offaly.

Fyneen Mac-Carthy Reagh avait eu quatre fils:

  • Donall, dont l'article suit:
  • Cormac Mac-Carthy, vivant le 20 novembre 1496;
  • Donogh Mac-Carthy, mort sans postérité;
  • Dermod Mac-Carthy, mort sans postérité.

XIV. Donall Mac-Carthy-Reagh, est qualifié prince de Carbery, dans un traité de tréve passé entre lui et Pierre Boller, chevalier, à Drwmenche, le 24 janvier 1512.

 p.88

Il posséda en fief les château, ville et territoire de Kilgobane, et fut lord de Carbery pendant 26 ans, suivant l'histoire manuscrite de la famille. Il redevint possesseur du château de Kilbritton; et assista Cormac-Laidir-Ogue Mac-Carthy, lord de Muskery dans le gain de la bataille de l'abbaye de Mourne; en 1521; II avait épousé 1re N... Mac-Carthy, 97 soeur du même lord de Muskery (Lodge, t. VI, p. 223); 2e Ellinor Fitz-Gerald, 98 veuve de Calwagh ô Donnell, lord de Tirconnel et tout le pays de Donegall, et fille de Gerald Fitz-Gerald, 8e comte de Kildare, chevalier de la Jarretière, lord chef de justice en Irlande, et d'Alison, fille du chevalier Rowland–Eustace de Harristown, dans le comté de Kildare, baron de Portlester. (Lodge, 1re édition, t.I, p. 30.) Ses enfants furent: 99

Du premier lit:

1. Dermod Mac-Carthy, qui fut tué par Walter Fitz-Gerald, fils du comte de Kildare;

2. Donall Mac-Carthy, mort sans postérité;

3. Ellen ou Hélène, mariée á Taig-Môr ô Driscoll;

Du second lit:

4. Cormac, qui a continué la descendance;

5. Florence Mac-Carthy-Reagh, qui par la loi de tanistrie (remise par lui eu vigueur nonobstant l'acte de 1496), devint lord de Carbery aprés la mort de son frère le chevalier Cormac. Il épousa Catherine Mac-Carthy, soeur de Donall Mac-Carthy-Môr, premier comte de Clancare. Il mourut sans postérité;

6. Donogh Mac-Carthy-Reagh, chevalier doré il succéda á son frère Florence comme lord de Carbery. Il épousa 1re Jeanne Fitz-Gerald, fille de Maurice-Atotan, frère de Jacques Fitz-Gerald, 15e comte de Desmond; 2e N... Power, fille de Jean, lord Power. Donogh a eu pour enfants:

 p.89

Du premier lit:

A. Florence Mac-Carthy-Môr, 2e comte de Clancare, par sa femme Ellen ou Hélène Mac-Carthy, fille et héritiére de Donall Mac-Carthy-Môr, prince de Desmond et premier comte de Clancare. Florence, avant son mariage, était connu sous le titre de lord de Kinsale, au comté de Cork. Ce mariage ayant eu lieu sans autorisation du gouvernement britannique, Florence fut arrété en 1597, et enfermé pendant un an dans la tour de Londres, comme prisonnier d'état. En 1598, on lui rendit la liberté dans des vues politiques; mais il ne tarda pas á se railler à la cause nationale, dont il devait se montrer un des plus illustres défenseurs. Une taille gigantesque et des formes herculéennes unies à la beauté et à la majesté des traits; aux jours de combats, le courage du lion et le coup-d'oeil de l'aigle; dans le commandement, une bien-veillance et une urbanité naturelles qui ne se démentirent jamais et qui le firent chérir de tous ceux qui servaient sous ses drapeaux, tel est le portrait que l'histoire a tracé de Florence Mac-Carthy. Ses talents militaires et le riche patrimoine que lui avait apporté l'héritiére du premier comte de Clancare lui donnaient une puissante influence. Les tribus de sa race, dans une assemblée générale, l'inaugurérent Mac-Carthy-Môr, et sous ce titre et celui de prince de Carbery, il se rendit formidable au gouvernement d'Elisabeth. Investi du commandement en chef de toutes les forces catholiques de Momonie, il remporta une suite d'avantages sur les Anglais de cette province. Parmi les faits d'armes les plus marquants de cette guerre nationale, on cite la défáite du capitaine-général sir Georges Flower, que Florence Mac-Carthy battit au mois de mai 1600. L'Angleterre ne pouvant le vaincre par la force, eut recours d'abord aux négociations, ensuite à la perfidie. Le refus fait par le gouvernement de lui assurer une garde de 300 hommes, ayant rendu impossible tout accommodement, chaque parti reprit les armes; mais arrété par trahison au mois de août 1601, il fut conduit pour la seconde fois dans cette tour de Londres, fatale à tant d'illustres irlandais, et y termina ses jours dans la plus étroite captivité (Smith, Histoire de Cork, t.1, p. 28). Il eut pour fils:

Donall Mac-Carthy-Môr, 3e comte de Clancare. Arrêté avec son père dans son enfance, il demeura 40 ans prisonnier d'état à la tour de Londres. La révolution de 1641 lui rendit la liberté. II revint alors en Irlande épousa Sara Mac-Donnell, fille de Randal Mac-Donnell, le comte d'Antrim, et veuve de Neill Ogue ô Neill de Killelagh et de sir Charles ô Conor Sligo. (Smith, Histoire de Cork, t. II, p. 156; Lodge, t.I, p. 107). Ses descendants qualifiés successivement Mac-Carthy-Môr et comtes de  p.90 Clancare, ont combattu pour la cause national en 1688. Dépossedés de tout, hors l'honneur et leurs antique souvenirs de gloire, ils se sont éteints dana la dernière infortune;

B. Dermod Moel (le Chauve) Mac-Carthy, qui fut tué dans les dernières guerres contre Elisabeth. Ses possessions, ainsi que celles de son frère Florence, furent données aux Barry. Lodge, (t.I, p. 293,) cite les lettres de donation du 10 mai 1604, lesquelles rappellent Dermod-Moel comme ayant été tué. Il n'eut pas des enfants de son mariage avec Hélène ô Donogh de Glanflisk;

C. Shely ou Julia Mac-Carthy, epouse d'Owen ô Sullivan-Môr.

Du second lit:

D. Donogh-Ogue (le Jeune) Mac-Carthy-Reagh, lord de Carbery, marié avec Grany Mac-Carthy, fille de Dermod Mac-Carthy, chef de Muskery, et d'Hélène Fitz-Gerald. Il n'eut point de postérité;

Owen Mac-Carthy-Reagh, chevalier doré. II succéda ` son frère Donogh dans le titre de lord de Carbery avant l'année 1583. Le 10 juillet de cette année, le même Owen, qualifié Mac-Carthy-Reagh, se rendit pleigé avec Callaghan Mac-Taig-Mac-Carthy, frère de Cormac, Donogh (peut-être Donall) Mac-Carthy-Môr et plusieurs autres des principaux seigneurs du pays, d'un acte de soumission fait entre les mains du comte d'Ormond (History of the life of James duke of Ormonde, par Thomas Carte, in-folio, t.I, Introduction, p. LV, LVI). Owen avait épousé Ellen ou Hélène ô Callaghan, fille de Dermod ô Callaghan, et mourut après l'année 1590, laissant de son mariage deux fils et six filles:

A. Florence Mac-Carthy d'Iniskean (ou Inyskyne), marié avec Elinor ou Eléonore Fitz-Gibbon, fille d'Edmond Fitz-Gibbon, dit le chevalier Blanc, laquelle se remaria à Cormac Mac-Carthy-Reagh. Florence fut tué le 1er mai 1599, à Lis-Mac-Patrick, dans le Kinalmeaky. C'est de lui qu'est descendue la branche de Timoleague, dépouillée de ses possessions en 1690, passée en France et etablie à la Rochelle, où elle s'est récemment éteinte. Elle était représentée avant la révolution par Charles-Denis-Jean-Marie Mac-Carthy, seigneur de la Martière, capitaine au régiment du roi, dragons, admis aux honneurs de la cour, sous le titre de vicomte Mac-Carthy, le 26 février 1786;

B. Donogh Mac-Cartby, marié avec N... Fitz-Gerald de Desmond, soeur de Marguerite Fitz-Gerald, femme du chevalier Donall Mac-Carthy-Reagh, sans postérité;

C. Ellen ou Hélène Mac-Carthy, épouse du chevalier Florence ô Driscoll, qui vivait en 1614;

 p.91

D. Shely ou Julia Mac-Carthy, mariée à Dermod ô Sullivan, fils de d'Owen ô Sullivan-Môr;

E. Elinor Mac-Carthy, femme de Florence Mac–Owen Carragh, seigneur de Kilbrittain et taniste d'Inskey, en Carbery;

F. Jeanne Mac-Carthy, mariée à N... ô Donovan;

G. Honorin Mac-Carthy, épouse d'Edmond Fitz-Gerald, chevalier de la Vallée, qui vivait en 1615. (Lodge, 1re édit., t.I, p. 18);

H. Grany Mac-Carthy, mariée (1er) à N... Barry, le Jeune; 2e avec Cormac ou Charles Mac-Carthy, fils du chevalier Cormac Mac-Taig Mac-Carthy de Muskery;

8. Catherine Mac-Carthy, mariée à Taig Mac-Carthy, chef de Muskery;

9. Shely ou Julia Mac-Carthy, femme de Dermod ô Sullivan, lord de Bear et de Bantry;

10. Elinor ou Eléonore Mac-Carthy, épouse de Connor-Finn ô Meagher.

XV. Cormac Mac-Carthy-Reagh, lord de la principauté de Carbery, n'avait que 15 ans lorsqu'il succéda à son père, suivant l'histoire manuscrite de la famille, et vivait vers 1550, à Kilbritton. Il est rappelé comme défunt dans une enquéte du 20 décembre 1614. Il avait épousé Shely ou Julia Mac-Carthy, 100 veuve de Gerald-Fitz-Maurice, 15e lord de Kerry, tué dans le Desmond un mois aprés son mariage, et enterré à Ardfort le 1er août 1550. Elle était fille de Cormac-Laidir-Ogue Mac-Carthy, chef de Muskery, et de Catherine Barry. (Lodge, édition, t.II, p. 107; Leland, t.III, p. 328.) Cormac en eut un fils et quatre filles:

1. Donall-ni-Pipo, 101 dont l'article suit;

2. Catherine Mac-Carthy, mariée (1er) avec Jean Butler de Killcash, fils puîné de Jacques Butler, 9e comte d'Ormond, décedé  p.92 le 10 mai 1572. (Lodge, 1re édit., t.II, p. 20; History of the Life of James duke of Ormonde, t.I, p. 111); 2e à Théobald Butler de Skian. Elle eut de son premier mari:

Walter Butler de Killeash, qui par la mort sans posterité, le 22 novembre 1614 de son oncle Thomas Butler, 10e comte d'Ormond, devint onziéme comte d'Ormond. Il mourut à Carrick le 24 février 1632, laissant de son mariage avec Elinor Butler, fille d'Edmond Butler, vicomte de Mountgarret, laquelle était morte le 28 janvier 1631, un fille;

Thomas Butler, lord vicomte de Thurles, qui périt dans une tempête en passant en Angleterre, le 15 décembre 1619. Il laissa de son mariage avec Elisabeth Pointz, fille du chevalier Jean Pointz, d'Iron-Acton, dans le comté de Glocester:

I. Jacques Butler, chevalier de la Jarretière, vice-roi d'Irlande, créé duc d'Ormond le 9 novembre 1682, décedé en 1688. II avait été marié, en 1619, avec Elisabeth Preston, fille unique et héritiére de Richard Preston, comte de Desmond, dont postérité éteinte en 1745;

II. Richard Butler de Killeash, marié avec Françoise de Castlevahen, dont descend la branche ainée actuelle de la maison de Butler;

III. Marie Butler, femme de Georges Hamilton, baronet;

IV. Ellen ou Hélène Butler, mariée avec Donogh Mac-Carthy, vicomte de Muskery et premier comte de Clan-Carthy, en 1658, morte au mois d'avril 1682, et inhumée le 24 du même mois dans le sanctuaire de l'église de Saint-Michel. (History of the Life of James, duke of Ormonde; Introduction, p. LVII);

3. Honoria Mac-Carthy, mariée à Owen-Mac-Donogh Mac-Carthy, lord de Duhallow;

4. Elinor ou Eléonore Mac-Carthy, épouse de Dermod Mac-Carthy d'Inyshyne;

5. Ellen ou Hélène Mac-Carthy, mariée, en 1572, à Jacques Fitz-Gerald, chevalier, lord de Decies.

XVI. Donall-ni-Pipo Mac-Carthy-Reagh, chevalier doré, d'abord seigneur de Kilbritton, fut en procés avec son oncle, le chevalier Owen Mac-Carthy-Reagh, relativement à la possession de divers territoires, châteaux  p.93 et villes de sa maison. Le lord député chef de justice en Irlande, par sentence du 9 avril 1590 adjugea à Donall et ses héritiers et représentants, la ville de Downoven, sauf à payer une somme au chevalier Owen, au même Donall, les villes et territoires de Clonkallie, Ardgohane, Fahowry et les deux Rahines (qu'il du céder franches de toutes redevances au chevalier Owen, pour sa vie); les châteaux de Gortnacloighy, de Donn-Daniel et autres dénommés dans l'acte; enfin la ville de Ballenvointine, pour en jouir sa vie jurant sous les droits de kinfineaghis. Le chevalier Owen dut posséder seulement à vie et sous l'obligation de tous droits seigneuriaux les châteaux et territoire de Banduff. Après la mort du même Owen, Donall devint lord de la principauté de Carbery. Le 4 mars 1608 reçut une commission de capitaine d'infanterie dans le régiment commandé par le capitaine Valentin Brown, et mourut le 10 octobre 1612. Une enquéte faite au vieux chateau royal, prés de Cork, le 20 décembre 1614, porte que Donall Mac-Carthy-Reagh possédait au temps de sa mort, en fief absolu, les manoirs et châteaux de Kilbritton et de Dunmanway, l'entier pobull de Glennacrime, les châteaux, villes et territoires de Banduff, Donn Daniel, Skeaghvanighis, Coillnapishy, Clonkallie, Gortnacloighy, Cloghderry, Ardgohane, Seanvogh, Carrewneure, Ballyanvorry et Downaven en Ibawne, ainsi que Kilgobane qu'il tint pendant 41 ans. II avait épousé Marguerite Fitz-Gerald de Desmond, 102 fille du chevalier Thomas de Desmond, fils aîné de Jacques Fitz Gerald, 15e comte de Desmond, par sa 1re femme Jeanne Roche, fille de David, lord Roche, vicomte de Fermoy. (Lodge, 1re édition, t.I, p. 20.) Donall a eu de ce mariage, selon l'enquéte de 1614, six fils et deux filles:

1. Cormac Mac-Carthy, décedé avant son père, laissant de son mariage avec Elinor ou Eléonore Fitz-Gibbon, veuve de Florence Mac-Carthy d'Iniskean, et fille d'Edmond Fitz-Gibbon, dit le chevalier Blanc, un fils:

Donall ou Daniel Mac-Carthy-Reagh de Kilbritton, héritier de son aïeul Donall-ni-Pipo, à la mort duquel il était  p.94 mineur. Il épousa Ellen ou Hélène Roche, fille de David lord Roche, vicomte de Fermoy. Elle était veuve lorsque le roi Charles Ier, par lettres patentes du 15 mars 1636, lui assigna pour son douaire un liers des biens-fonds de Donall, son mari, et lui laissa la liberté de contracter un nouveau mariage. Elle épousa en secondes nuces Thomas Fitz-Maurice, qui n'en eut pas d'enfants. Elle avait eu de son premier mari:

Cormac ou Charles Mac-Carthy-Reagh, marié avant le 30 septembre, 103 avec Elinor ou Eléonor Mac-Carthy, fille de Cormac Mac-Carthy, vicomte de Muskery, baron de Blarney, etc., et de Marguerite ô Brien de Thomond, et soeur de Donogh, premier comte de Clan-Carthy. Cormac Mac-Carthy-Reagh fut nominé en 1657, colonel commandant une compagnie au régiment de Jacques, duc d'York. Depuis il fut colonel du régiment de Mac-Carthy-Reagh, successivement au service de France et d'Espagne. Il a laissé de son mariage deux fils et deux filles:

I. Donall ou Daniel Mac-Carthy-Reagh. En 1688, il leva pour le service de Jacques II un régiment d'infanterie de son nom. Il mourut bientôt aprés, et fut inhumé dans le tombeau de sa famille, au monastére de Timoleague. II avait épousé Marie Owen, alias Townsend, fille aînée du colonel Richard Townsend de Castletown, dans le comté de Cork, de laquelle il n'eut que deux filles, mortes sans avoir été mariées;

II. Donogh ou Denis Mac-Carthy, qui mourut avant son frère Daniel, et laissa de son mariage avec Marguerite Courcy;

AA. Alexandré, qui succéda au titre de Mac-Carthy-Reagh, par la mort de son oncle Daniel. Accusé de haute trahison en 1691, pour avoir embrassé la cause de Jacques II, il passa d'abord en Espagne, puis au service de France à la tête d'un régiment de son nom. (Voyez le Mercure de France, janvier et février 1731, pp. 178 et 403). Il mourut sans postérité; son titre passa à son cousin Florence, fils de Donall;

BB. N... Mac-Carthy, tué au service de France; 104

 p.95

CC. Eléonore-Susanne Mac-Carthy, épouse du baron de Hook, maréchal-de-camp, au service de France, mort en 1731;

III. Ellen Mac-Carthy, mariée à Jean de Courcy, baron de Kinsale, mort de la petits vérole le 19 mai 1667;

IV. Catherine Mac-Carthy, mariée, avant le 15 janvier 1673, à Pierre Saint-Jean de Macromp;

2. Fyneen ou Florence Mac-Carthy de Banduff, dans le comté de Cork, ville et territoire à la possession desquels lui et ses héritiers mâles furent appelés par acte de Donall Mac-Carthy-Reagh, son père, du 10 juillet 1611. Florence avait combattu pour la cause nationale avec son frère Donogh en 1601. Il eut pour fils:

Donall ou Daniel Mac-Carthy de Banduff, vivant en 1608.

Il eut de son mariage avec Honoria ô Sullivan, fille d'Owen ô Sullivan-Bear:

Florence Mac-Carthy de Banduff, qui fut lieutenant-colonel du régiment d'infanterie que commandait Daniel Mac-Carthy-Reagh, au service de Jacques II.

Il succéda à Alexandre dans le titre de Mac-Carthy-Reagh, Florence mourut en 1754, à âge de 96 ans, et fut inhumé dans l'église de Caharagh en Carbery, paroisse où il était allé habiter après que Guillaume III eut confisqué ses biens. Il avait épousé Ellen ô Donovan, fille de Daniel ô Donovan, et de Julienne ô Shagnassy, fille du chevalier Dermod ô Shagnassy de Goitinshogouragh, au comté de Galway. Ses enfants furent:

I. Donall ou Daniel Mac-Carthy-Reagh, Lieutenant-Colonel d'un régiment irlandais au service d'Espagne, mort à Carthagène sans postérité;

II. Donogh ou Denis Mac Carthy-Reagh, capitaine de grenadiers dans un régiment irlandais, tué à Velletri. Il n'eut pas de posterité;

III. Florence Mac-Carthy-Reagh, capitaine dans régiment irlandais. Il mourut sans postérité des blessures qu'il avait reçues au siège de Melazzo;

IV. Cormac ou Charles Mac-Carthy-Reagh, 105 né en 1697, marié Eléonore ô Sullivan-Bear, née en 1699, fille de Dermod ô Sullivan. Ils vivaient à Timoleague en 1776, et avait eu trois fils:

A.A. Daniel Mac-Carthy, mort de la petite vérole à Barcelone, en 1765, laissant de  p.96 son mariage avec Hélène ô Donovan, fille du Richard ô Donovan de Kilmacabea en Carbery, et d'Hélène, fille de Jérémie ô Donovan de Rinagehagh en Carbery, deux filles:

aa. Hélène Mac-Carthy;

bb. Anne Mac-Carthy;

BB. Donogh ou Denis Mac-Carthy, né dans la paroisse de Caharagh, dans le Carbery occidental, en 1731, vivant à Timoleague en 1776, ayant de son mariage avec Eléonore ô Brien, fille de Jean ô Brien de Clash, dans le comté de Cork:

aa. Cormac ou Charles Mac-Carthy, né en 1757, mort sans postérité;

bb. Trois filles;

cc. Alexandre Mac-Carthy, qui s'établit à Porto. Il eut de son mariage avec Marie ô Brien;

aa. Cormac ou Charles Mac-Carthy, né à Porto eu 1770, mort sans postérité;

bb. Hélène Mac-Carthy;

3. Donogh Mac-Carthy, seigneur de Kilbritton, mort sans postérité;

4. Owen, dont l'article suit;

5. Taig Mac-Carthy, seigneur de Kilgobane, en 1610, mort sans postérité;

6. Donall Mac-Carthy, mort sans postérité;

7. Shely ou Julia Mac-Carthy, seconde femme d'Edmond, lord Barry, fils de Jean, lord Barry, et d'Ellen, fille du chevalier Blanc;

8. Ellen Mac-Carthy, femme de Taig Mac-Carthy, seigneur de Ballikay, dans le comté de Cork, qui transigea avec Donall Mac-Carthy-Reagh, son beau-père, le 15 février 1607. Par cet acte il fut stipulé que si Ellen venait à mourir sans laisser de postérité, partie des biens de son mari et la moitié de l'hypothèque y comprise reviendraient à Florence Mac-Carthy, frère de cette dame, pour en jouir, ainsi que ses héritiers, en toute propriété.

XVII. Owen Mac-Carthy de Kilbritton, le 4e des  p.97 fils de Donall Mac-Carthy-Reagh, mentionné dans l'enquête du 20 décembre 1614, épousa Honoria Mac-Carthy, fille de Taig Mac-Carthy, seigneur de Glenacrime en Carbery. Owen vivait en 1641, et laissa de son mariage:

XVIII. Daniel Mac-Carthy, seigneur de Knocnahinshy et de plusieurs autres terres dans le Carbery, mort le 16 décembre 1666, laissant Honoria, son épouse, fille de Jean ô Hea de Corably, dans le comté de Cork, et de Marie Mac-Sweeny:

XIX. Donogh ou Denis Mac-Carthy, seigneur de Springhouse, dans le comté de Tipperary, où il s'établit par suite de son mariage, décedé le 19 avril 1712, et inhumé à Bansha, baronnie de Clan William, dans le même comté. Il avait épousé, le 27 juillet 1660, Elisabeth Hackett, 106 qui lui survécut et fut enterrée comme lui à Bansha. Elle était fille d'Edmond Hackett de Ballyskilan, dans le comté de Tipperary. Il en eut cinq fils et sept filles:

  • Jacques Mac-Carthy, mort célibataire;
  • Justin, dont l'article suit;
  • Charles Mac-Carthy de Laganstown, dans le comté de Tipperary, marié avec Clara ô Farrell, mort sans postérité;
  • Denis Mac-Carthy, marié avec N... Herringman, mort à Londres sans postérité;
  • Alexandre Mac-Carthy de Bartletts-Buildings à Londres, mort célibataire;
  • Elisabeth Mac-Carthy, mariée (1er) à Michel Kearney, seigneur de Fetherd et Kilbrogan, au comté de Tipperary, 2e à Redmond Purcell. Elle mourut le 29 juillet;
  • Honoria Mac-Carthy, mariée à Jacques Fox de Kilmalady, dans le comté du Roi, morte au mois de mars 1756;
  • Jeanne Mac-Carthy, femme de Jean Therry, seigneur du Château-Therry, dans le comté de Cork;
  • Marguerite Mac-Carthy, mineure en 1712;
  •  p.98
  • Catherine Mac-Carthy, épouse de François Kearney, seigneur de Knockinglass, dans le comté de Tipperary, morte le 1er 1764;
  • Elénore Mac-Carthy, mariée à Jérémie ô Donovan, seigneur de Kinogreny, au comté de Cork, morte en mars 1756;
  • Marie Mac-Carthy, femme de Daniel ô Mahony, seigneur de Dunloe dans le comté de Kerry, morte le septembre 1739.

XX. Justin Mac-Carthy, seigneur de Springhouse, dans le comté de Tipperary, né le 28 février 1685, mourut au mois d'avril 1756, et fut enterré à Bansha. Il avait épousé, à Raure, le 24 février 1709, Marie Shee, 107 fille de Jean Shee de Ballylogue, dans le comté de Tipperary, morte le 15 novembre 1744, et inhumée à Bansha. De ce mariage sont issus:

1. Denis dont l'article suit;

2. Jean Mac-Carthy, né le 6 avril 1720, marié avec Anne Wyse, fille de Thomas Wyse de Wateford, et d'Anne ô Byrne. Ils vivaient en 1776, ayant quatre fils et quatre filles:

A. Justin Mac-Carthy, mort célibataire avant l'année 1776;

B. Thomas Mac-Carthy, mort sans postérité après l'année 1776;

C. Denis Mac-Carthy, mort sans postérité après l'année 1776;

D. Charles Mac Carthy, mort sans postérité après l'année 1776.

E. Marie Mac-Carthy, épouse d'Edouard Dalton, colonel, au service de l'impératrice d'Allemagne en 1776;

F. Marguerite Mac-Carthy, non mariée en 1776;

G. Elisabeth Mac-Carthy, non mariée en 1776;

H. Catherine Mac-Carthy, non mariée en 1776.

3. Marie Mac-Carthy, née le 1er septembre 1714, mariée, le 27 octobre 1725, à Jacques Mandeville, seigneur de Ballydine, dans le comté de Tipperary. Elle mourut sans enfants, en juillet 1734, et fut enterrée à Burnchurch, dans le même comté;

4. Elisabeth Mac-Carthy, née le 14 mars 1716, mariée, le 2 février 1757, à Daniel Ryan d'Inch, au comté de Tipperary, morte le 3 octobre 1768, et inhumée à Holy-Cross;

5. Marguerite Mac-Carthy, née le 13 novembre 1724, morte sans alliance après l'année 1776;

 p.99

XXI. Denis Mac-Carthy de Springhouse, né le 21 juin 1718 fut élevé dans les sentiments d'une haute piété. L'Angleterre, victorieuse de tous les efforts de la malheureuse Irlande, faisait peser sur elle tout le poids de son despotisme politique et religieux. Nombre de familles, pour s'affranchir de l'ilotisme dont étaient frappés les catholiques, et relever leur fortune en participant aux avantages des sujets anglais, avaient embrassé la réforme. Ce moyen de prosélytisme avait rendu le gouvernement britannique plus intolérant envers ceux qui ne s'y soumettaient pas. Profondément affecté de ce système persécuteur et de ces apostasies. Denis Mac-Carthy résolut d'y soustraire sa famille, et dès lors il vint chercher sur le continent une terre où sa postérité pût librement et sans crainte pour l'avenir exercer le culte de ses pères. L'inébranlable attachement de la France à sa patrie, et les services récents rendus à cette puissance par sa famille, en retour de l'hospitalité que les Stuarts en avaient reçue, le déterminèrent, après un long voyage dans les pays catholiques de l'Europe, à se fixer dans ce royaume. Il mourut à Argentan en Berry, environné de la vénération publique, le septembre 1761. Il avait épousé, le 29 septembre Christine French, 108 fille de Robert French de Rahasane, dans le comté de Gallway. Il eut pour fils unique:

XXII. Justin, comte Mac-Carthy-Reagh, né à Springhouse le 18 août 1744. Son père, avant de mourir, lui avait fait promettre de quitter l'Irlande et de n'y plus revenir, à moins que la paix et la liberté n'y fussent rendues à la loi catholique et au peuple courbé sous le joug de l'Angleterre. Fidèle à cette promesse, le comte Mac-Carthy ne songea plus pour l'accomplir qu'a réaliser tout ce qu'il avait pu conserver des débris d'une, immense fortune, et fut s'établir à Toulouse, attiré par la douceur du climat favorable à la délicatesse de sa santé. 109 Il fut reconnu dans son illustre extraction de  p.100 la royale maison de Mac-Carthy, et naturalisé français au mois de septembre 1776 par lettres du roi Louis XVI, qui lui donna le titre de comte. Le février de l'année suivante, il fut admis aux honneurs de la cour, d'après le certificat de ses preuves vérifiées par M. Chérin père, généalogiste des ordres du roi, et la production de l'histoire généalogique de sa maison, faite par les rois d'armes d'Angleterre. À cette époque, le comte Justin Mac-Carthy se trouvait réunir sur sa tête, par alliance, extinctions successives et droit héréditaire, le double titre de Mac-Carthy-Môr et Mac-Carthy-Reagh, qui distinguaient les aînés de sa maison. Il est décedé en 1812. De son mariage contracté à Twickenham près de Londres, le 16 septembre 1765, avec Marie-Winifride Tuite, 110 fille du chambellan Nicholas Tuite de Tuitestown, dans le comté de West-Meath, sont issus:

1. Denis-Joseph, comte Mac-Carthy, né le 18 juillet 1766, non marié;

2. Nicholas-Tuite, abbé Mac-Carthy, né à Dublin le 19 mai 1769. Il fut envoyé à Paris avec ses frères, sous la conduite d'un gouverneur chargé d'y surveiller leurs études. Celles du jeune Nicholas Mac-Carthy furent brillantes, et commentèrent à fixer l'attention sur l'une des plus hautes intelligences et des plus rares organisations du siècle. Ses succès et sa science précoce dans l'étude des langues savantes, avaient vivement flatté M. de Dillon, archevêque de Narbonne. Le prélat se fit une sorte de gloire de le présenter à l'assemblée du clergé de France qu'il présidait, comme un parent qui lui ferait honneur et comme un sujet de la plus belle espérance. Il voulut même lui faire donner un bénéfice, mais le jeune Mac-Carthy refusa par délicatesse, n'étant pas encore dans les ordres sacrés. Il poursuivait avec le plus, grand succès les cours de théologie en Sorbonne, lorsque la révolution de 1789 vint le surprendre. Forcé d'abandonner les études  p.101 publiques retira dans sa famille à Toulouse. Un rettissement affreux le suivit de près dans la solitude. La plus noble et la plus antique des monarchies européennes s'écroulait dans le sang, au milieu des échafauds. C'était le drame des Stuarts sur une plus vaste scène. L'âme du jeune abbé Mac-Carthy reçut une impression profonde de ces grands et douloureux événements qui frappaient sa nouvelle patrie. Ses deux frères étaient allés sur la terre d'exil payer le tribut de l'honneur et de la fidélité. Lui devait le sien à la religion en deuil, qui sur les ruines de ses temples appelait aussi ses défenseurs et de nouveaux ministres. Mais la haute mission que lui avaient tracée son zèle et son génie exigeait de longues études préparatoires. Aucune connaissance humaine ne doit rester étrangère au véritable orateur, à celui surtout qui dans la chaire sacrée, porte la parole sans le secours des cahiers et des livres, sans autres guides que son inspiration et sa mémoire. Docile au précepte de Fénélon, l'abbé Mac-Carthy consacra de nombreuses années à se rendre familières toutes les sciences qui se rattachent à l'art de la parole et lui donnent cette force imposante et cette autorité positive qui seules frappent les esprits et entraînent la conviction. Parvenu au plus haut degré de profondeur et de supériorité dans ces exercices de la méditation, il se rendit au séminaire de Chambéry, en Savoie, pour s'y préparer aux saints ordres qu'il reçut en juin 1814. Peu après, il commença ces prédications célèbres, qui ont fait dans ces derniers temps la gloire de la chaire française et l'ont placé au rang de nos premiers Orateurs sacrés. Vénéré, chéri par sa vertu, par sa charité inépuisable, par sa douceur, son obligeance, sa générosité, par toutes les qualités qui prêtent du charme aux rapports de la vie sociale, il est mort entouré d'universels regrets et en odeur de sainteté à Annecy, le 3 mai 1833. Il avait exprimé le désir que ses restes fussent transportés à Chambéry pour y être inhumés dans le caveau de ses frères, les révérends pères jésuites, mais l'évèque d'Annecy et son chapitre ne voulurent point se dessaisir de ces précieuses dépouilles, et après leur avoir rendu les plus grands honneurs, ils les ont déposées dans le caveau des évêques et chanoines, en l'église cathédrale, et dans le même tombeau où pendant vingt ans avait reposé le corpa le saint François de Sales. (Voyez l'Ami de la Religion du mai l833 et l'Album Catholique de Toulouse, mai et juin de la même année. On trouve dans le dernier numéro une excellente notice sur feu M. l'abbé Mac-Carthy);

3. Robert-Joseph, dont l'article suit;

4. Joseph-Charles, comte Mac-Carthy, né le 2 août 1777, marié, le 10 décembre 1807, avec Marie-Louise-Gabrielle Poyen de L'Anse;

5. Joseph-Patrice Mac-Carthy, né le juillet 1779, marié, le 18 avril 1818, avec Julie-Louise Poyen de l'Anse.

De ce mariage sont issus:

A. Nicholas-Francis-Joseph Mac-Carthy, né le 21 septembre 1833;

 p.102

B. Winifride-Marie Mac Carthy, née le 3 mai 1819;

C. Anna-Maria Mac-Carthy, née le 15 avril 1825;

D. Marie-Thérèse Mac-Carthy, née le 10 décembre 1828;

6. Justin, vicomte Mac-Carthy, né le 1er mars 1785, marié, le 8 novembre 1826, avec Marie-Thérèse-Caliste de Coriolis d'Espinouse;

7. Anne-Marie Mac-Carthy, née le 31 juillet 1767, comtesse de l'Argentière;

8. Christine-Marie Mac Carthy, née le 11 février 1772, mariée au marquis de Saint-Gery;

9. Maria Mac-Carthy, née le 24 octobre 1780, comtesse de l'Argentière.

XXIII. Robert-Joseph, comte Mac-Carthy Reagh, né le 30 juin 1770, émigra en 1791 et fit les campagnes de l'armée des princes en qualité d'aide-de-camp du prince de Condé. Lors de la restauration, il reçut, le 4 juin 1814, le grade de maréchal-de-camp de cavalerie. Il était décoré de plusieurs ordres militaires. Le département de la Seine-Inférieure l'élut, en 1815, membre de la chambre des députés, où il, siégea du côté droit. Le département de la Drôme le réélut en 1816. Dans le cours de sa mission législative il s'opposa à la censure, pensant qu'il y avait moins de danger à confier aux citoyens le droit de publier leurs opinions que de remettre au ministère le monopole de la presse. Le clergé trouva dans le comte Mac-Carthy un zélé défenseur de ses droits. Il vota la restitution de ses biens et de ceux non-vendus appartenants à l'ordre de Malte. Il a continué de siéger jusqu'en 1820, et est décedé à Lyon, le 11 juillet 1827. Il avait épousé, le 9 mai 1809, Emilie-Marie de Bressac. 111

De ce mariage est issu:

XXIV. Justin-Marie-Laurent-Robert, comte Mac-Carthy-Reagh, né le 6 mai 1811.

Document details

The TEI Header

File description

Title statement

Title (uniform): Généalogie de la Maison de Mac-Carthy anciennement Souveraine des Deux Momonies ou de l'Irlande Méridionale

Author: P. Louis Lainé

Responsibility statement

Electronic edition compiled by: Benjamin Hazard and Introduction by Benjamin Hazard

Funded by: University College, Cork and Fexco Financial Services

Edition statement

1. First draft

Extent: 36260 words

Publication statement

Publisher: CELT: Corpus of Electronic Texts: a project of the School of History, University College Cork

Address: College Road, Cork, Ireland http://www.ucc.ie/celt

Date: 2014

Distributor: CELT online at University College, Cork, Ireland.

CELT document ID: F830000-001

Availability: Available with prior consent of the CELT programme for purposes of academic research and teaching only.

Notes statement

This electronic edition represents pages 1–102 printed in the edition by P. Louis Lainé in 1839. The chart, maps and engravings in the printed edition are omitted here.

Source description

Editions

  1. P. Louis Lainé, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, ou, Recueil de preuves, mémoires et notices généalogiques, servant à constater l'origine, la filiation, les alliances et les illustrations religieuses, civiles et et militaires de diverses maisons et familles nobles du royaume (11 vols, Paris 1828–1850), Tome Cinquième (1836).
  2. P. Louis Lainé, Généalogie de la Maison de Mac–Carthy anciennement Souveraine des Deux Momonies ou de l'Irlande Méridionale; dressée d'aprés les Chroniques, les Poèmes Nationaux, Les Cartulaires, les Actes Publics et Autres Monuments de l'Histoire d'Hibernie (Paris 1839).

Selected works edited by Louis Lainé

  1. Nicolas Viton de Saint-Allais & Louis Lainé (eds.), Nobiliaire universel de France, ou Recueil général des généalogies historiques des maisons nobles de ce royaume (18 vols, Paris 1814–1821).
  2. Nicolas Viton de Saint-Allais & Louis Lainé (eds.), Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France (2 vols, Paris 1816).
  3. Louis Lainé (ed.), Dictionnaire véridique des origines des maisons nobles ou anobles du Royaume de France (2 vols, Paris 1818).
  4. Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles & Louis Lainé (eds.), Dictionnaire historique et biographique des généraux français depuis le onzième siècle jusqu'en 1820 (9 vols, Paris 1820–1823).
  5. Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles & Louis Lainé (eds.), Dictionnaire universel de la noblesse de France: cet ouvrage contient un article analysé sur toutes les familles nobles du royaume, mentionnée dans le P. Anselme, l'Armorial-général de MM. d'Hozier [...] (5 vols, Paris 1820–1822).
  6. Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles & Louis Lainé (eds.), Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princiéres de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France (5 vols, Paris 1822–1833).
  7. Louis Lainé (ed.), Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France ou Recueil de preuves, mémoires et notices généalogiques, servant à constater l'origine, la filiation, les alliances et les illustrations religieuses, civiles et et militaires de diverses maisons et familles nobles du royaume (11 vols, Paris 1828–1850).

Historical sources relating to Lainé's research (1836–1839) and the Généalogie de la Royale et Sérénissime Maison de Mac-Carthy (1776).

  1. Philip O'Sullivan Beare, Historiae Catholicae Iberniae compendium (Lisbon 1621).
  2. James Ware, Archiepiscoporum Casseliensium et Tuamensium vitae [...] (Dublin 1626).
  3. John Lynch, Cambrensis eversus, seu potius Historica fides in rebus hibernicis Giraldo Cambrensi abrogata (Saint–Malo 1662).
  4. Roderic O'Flaherty, Ogygia, seu Rerum Hibernicarum Chronologia. Ex pervetustis Monumentis eruta (London 1685).
  5. Hugh MacCurtin, A brief discourse in vindication of the antiquity of Ireland (Dublin 1717).
  6. Thomas Carte, An history of the life of James Duke of Ormonde from his birth 1610 to his death 1688 (3 vols, London 1735–1736).
  7. Walter Harris (ed.), The whole works of Sir James Ware concerning Ireland (Dublin 1739–1764).
  8. Thomas Rymer, Foedera, conventiones, literae, et cujuscunque generis acta publica, inter reges Angliae et alios quosvis imperatores, reges, pontifices, principes, vel communitates, ab ineunte saeculo duodecimo, viz. ab anno 1101 ad nostra usque tempora, habita aut tractate (3rd ed. 10 vols, Hague 1739–1745).
  9. John K'eogh, A vindication of the antiquities of Ireland (Dublin 1748).
  10. Charles Smith, Ancient and present state of the county and city of Cork (2 vols, Dublin 1750).
  11. John Lodge, The peerage of Ireland, or a genealogical history of the present nobility of that kingdom (4 vols, London 1754).
  12. Abbé James MacGeoghegan, Histoire de l'Irlande ancienne et moderne: tirée des monuments les plus authentiques (3 vols, Paris 1758–1762).
  13. Louis Moréri, Grand dictionnaire historique ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane (10 vols, Paris 1759), tome 8.
  14. John Davies, Report of cases and matters resolved and judged in the King's courts in Ireland (London 1762).
  15. John O'Brien, Focalóir gaoidhilge—sax–bhéarla: or, An Irish–English dictionary (Paris 1768).
  16. Charles Vallencey (ed.), Collectanea De Rebus Hibernicis (7 vols, Dublin 1770–1807), tome I.
  17. Sylvester O'Halloran, A general history of Ireland from the earliest accounts to the close of the twelfth century, collected from the most authentic records (2 vols, London 1778; repr. 1803, 1819, 1820).
  18. Thomas Leland, Histoire d'Irlande depuis l'invasion d'Henri II [...] traduite de l'Anglois (7 vols, Maestricht 1779).
  19. Mervyn Archdall, Monasticon Hibernicum; or, A history of the abbeys, priories and other religious houses in Ireland (Dublin 1786; repr. 2 vols, 1873–1876).
  20. James Hely (ed. & trans.), Ogygia or, A chronological account of Irish events (2 vols, Dublin 1793).
  21. The general history of Ireland of the learned Jeoffry Keating, D.D., translated with amendments by Dermod O'Connor with an appendix collected from the remarks of Anthony Raymond of Trim (2 vols, Dublin 1809).
  22. James–Bentley Gordon, Histoire d'Irlande depuis les temps les plus recules jusqu'a l'acte d'union avec la Grande–Bretagne en 1801, traduite de l'anglais par Pierre Lamontagne (2 vols Paris 1808).
  23. Theophilus O'Flanagan (trans.), The Annals of Innisfallen (Dublin 1822) [O'Flanagan's work is preserved in London, British Library, Ms. Egerton 98-99; Annals of Innisfallen, an historical compilation in Irish, A.D.250-1320, with a translation into English by Theophilus O'Flanagan; A.D.1783].
  24. Charles O'Conor (ed.) Rerum Hibernicarum scriptores veteres iii: Quatuor Magistrorum Annales Hibernici usque ad annum M.CLXXII. ex ipso O'Clerii autographo in Biblioteca Stowense servato, nunc primum uersione donati ac notis illustrati (Buckingham 1826) [O'Conor's edition, though based on Dublin, Royal Irish Academy, Ms. 1220 olim C.iii.3, is defective].
  25. William Courthope (ed.), Debrett's complete peerage of the United Kingdom of Great Britain and Ireland, with the coats of arms from drawings by Harvey (22nd ed. London 1838).

Relevant reading compiled since the work of Lainé

  1. John O'Donovan (ed. & trans.), The tribes and customs of Hy–Many (Dublin 1843).
  2. John O'Donovan (ed. & trans.), The Annals of the Kingdom of Ireland by the Four Masters/Annála Ríoghachta Éireann (7 vols, Dublin 1848–1851).
  3. John O'Donovan (ed. & trans.), The topographical poems of John O'Duhbhangain and Giolla na Naomh O'Huidrin (Dublin 1862).
  4. W. M. Hennessy (ed. & trans.) Chronicum Scotorum (London 1866; repr. Wiesbaden 1964).
  5. Daniel McCarthy (Glas), The life and letters of Florence Mac Carthy Reagh, Tanist of Carbery, Mac Carthy Mor, with some portion of 'The Histories of the Ancient Families of the South of Ireland,' compiled solely from unpublished documents in Her Majesty's State Papers Office (Dublin 1867; repr. Cork 1975).
  6. Whitley Stokes (ed. & trans.) 'The Annals of Tigernach,' Revue Celtique 16 (1895) 374–419 [Rawlinson B 502]; 17 (1896) 6–33, 116–263, 337–420; 18 (1897) 9–59, 150–303 [Rawlinson B 488], 390–391 (repr. 2 vols, Felinfach 1993).
  7. W. M. Hennessy & Bartholomew MacCarthy (eds.), The Annals of Ulster (3 vols, Dublin 1893–1895).
  8. Denis Murphy (ed. & trans.), The Annals of Clonmacnoise (Dublin 1896).
  9. David Comyn & Patrick Dinneen (eds. & trans.), Geoffrey Keating: History of Ireland, Book I–II (Vol. I–III) (London 1902–1908).
  10. R. I. Best & Eóin Mac Neill (eds.), The Annals of Inisfallen, reproduced in facsimile from the original MS Rawlinson B 503 (Dublin 1933).
  11. Tadhg Ó Donnchadha (ed.), An Leabhar Muimhneach maraon le Suim Aguisíní (Dublin 1940).
  12. Seán Mac Airt (ed.), The Annals of Inisfallen MS. Rawlinson B. 503 (Dublin 1944 [1951]).
  13. Edward MacLysaght, Irish families: their names, arms and origins (Dublin 1957).
  14. A. M. Freeman (ed. & trans.), The Annals of Connacht: Annála Connacht (Dublin 1970).
  15. Kenneth W. Nicholls, 'The Irish genealogies: their value and defects,' Irish Genealogist, 5/2 (1975) 256–261.
  16. Seán Mac Airt & Gearóid Mac Niocaill (eds.), The Annals of Ulster, A.D.431–1131 (Dublin 1983).
  17. Diarmuid Ó Murchada, Family names of Co. Cork (Dublin 1985; repr. Cork 1996).
  18. Katharine Simms, 'Bardic poetry as a historical source,' Tom Dunne (ed.), The writer as witness: literature as historical evidence (Cork 1987) 58–75.
  19. Kenneth W. Nicholls, 'The development of lordship in County Cork 1300–1600' in Patrick O'Flanagan & Cornelius Buttimer (eds.), Cork: history and society (Dublin 1993) 157–212.
  20. Clare O'Halloran, Golden ages and barbarous nations: antiquarian debate and cultural politics in Ireland, c.1750–1800 (Cork 2004; repr. 2005).
  21. Nollaig Ó Muraíle (ed. & trans.), The Great Book of Irish Genealogies compiled (1645–1666) by Dubhaltach Mac Fhirbhisigh [Leabhar Mór na nGenealach], edited with translation and indexes (Dublin 2003–2004).
  22. Daniel P. McCarthy, The Irish Annals: their genesis, evolution and history (Dublin 2008).
  23. Bernadette Cunningham, The Annals of the Four Masters: Irish history, kingship and society in the early seventeenth century (Dublin 2012).
  24. Beatrix Färber, 'Geoffrey Keating's Foras Feasa ar Éirinn in manuscripts, print and electronic edition,' (M.Phil by Independent Research, School of History, University College Cork 2013).
  25. Marc Caball & Benjamin Hazard, 'Dynamism and decline: translating Keating's Foras Feasa ar Éirinn in the seventeenth century,' Studia Hibernica, 39 (2013–14) 49–69.

The edition used in the digital edition

Lainé, P. Louis (1839). Généalogie de la Maison de Mac-Carthy anciennement Souveraine des Deux Momonies ou de l’Irlande Méridionale‍. 1st ed. Paris, 102 pp.

You can add this reference to your bibliographic database by copying or downloading the following:

@book{F830000-001,
  title 	 = {Généalogie de la Maison de Mac-Carthy anciennement Souveraine des Deux Momonies ou de l'Irlande Méridionale},
  author 	 = {P. Louis Lainé},
  edition 	 = {1},
  pages 	 = {102 pp.},
  publisher 	 = {Imprimerie de Béthune et Plon},
  address 	 = {Paris },
  publisher 	 = {},
  date 	 = {1839}
}

 F830000-001.bib

Encoding description

Project description: CELT: Corpus of Electronic Texts

Sampling declarations

The present text represents pages 1–102 from the printed volume published in 1839 by P. Louis Lainé. The chart, map and engravings in the printed edition are omitted here. Editorial footnotes are included, marked note type="auth" and numbered.

Editorial declarations

Correction: Text has been proof-read once.

Normalization: The electronic text represents the text edited by Benjamin Hazard.

Quotation: Direct speech is marked q.

Hyphenation: When a hyphenated word (hard or soft) crosses a page-break, the page-break is marked after the completion of the hyphenated word.

Segmentation: div0=the history; div1=the section. The page-breaks referred to are those of the printed edition.

Interpretation: Dates are not tagged.

Reference declaration

A canonical reference to a location in this text should be made using “Document”, eg Document 1.

Profile description

Creation: Biographical and genealogical histories compiled by Louis Lainé 1836–1839

Language usage

  • The text is in French. (fr)
  • Some text is in Latin. (la)
  • Some text is in Irish. (ga)
  • Some text is in English. (en)

Keywords: histor; prose; Irish genealogy; heraldry; military; MacCarthy family; biography; France; medieval; early modern; 18c; 19c

Revision description

(Most recent first)

  1. 2019-06-05: Changes made to div0 type. (ed. Beatrix Färber)
  2. 2014-07-02: File parsed and validated, SGML and HTML versions created. (ed. Beatrix Färber)
  3. 2014-07-01: Introduction to text proofread; structural markup added. Editorial notes numbered and direct speech marked. (ed. Benjamin Hazard)
  4. 2014-06-28: Research for prefatory notes completed. (ed. Benjamin Hazard)
  5. 2014-06-13: File proofread in HTML format. (ed. Benjamin Hazard)
  6. 2014-06-12: File parsed and validated, provisional SGML and HTML versions created. (ed. Beatrix Färber)
  7. 2014-05-27: File divisions applied to text; further structural markup added for genealogical lists. (ed. Benjamin Hazard)
  8. 2014-05-23: Further bibliographical details compiled. (ed. Benjamin Hazard)
  9. 2014-05-22: Bibliographical details of Lainé's sources completed. (ed. Benjamin Hazard)
  10. 2014-05-20: Further proofing and content markup added to pages 1&102. (ed. Benjamin Hazard)
  11. 2014-05-14: First proofing of pages 61–102; structural markup added. (ed. Benjamin Hazard)
  12. 2014-05-07: First proofing of pages 34–60; structural markup added. (ed. Benjamin Hazard)
  13. 2014-04-29: First proofing of pages 1–33; scanning errors corrected. Header created. (ed. Benjamin Hazard)
  14. 2014-04-04: Text scanned. (File capture. Benjamin Hazard)

Index to all documents

CELT Project Contacts

More…

Formatting

For details of the markup, see the Text Encoding Initiative (TEI)

page of the print edition

folio of the manuscript

numbered division

 999 line number of the print edition (in grey: interpolated)

underlining: text supplied, added, or expanded editorially

italics: foreign words; corrections (hover to view); document titles

bold: lemmata (hover for readings)

wavy underlining: scribal additions in another hand; hand shifts flagged with (hover to view)

TEI markup for which a representation has not yet been decided is shown in red: comments and suggestions are welcome.

Other languages

T830000-001: Letters from Ireland (in English Translation)

Source document

F830000-001.xml

Search CELT

  1. Louis Lainé, Généalogie de la Maison de Mac-Carthy anciennement Souveraine des Deux Momonies ou de l'Irlande Méridionale (Paris 1839) 99–100. 🢀

  2. Justin, Comte MacCarthy Reagh, settled at Toulouse before the revolution of 1789. Louis Lainé, Ibid, 14–15. 🢀

  3. Clare O'Halloran, Golden ages and barbarous nations: antiquarian debate and cultural politics in Ireland, c.1750–1800 (Cork 2004; repr. 2005) 85–86. 🢀

  4. Clare O'Halloran, Golden ages and barbarous nations, 19. 🢀

  5. Clare O'Halloran, Golden ages and barbarous nations, 14. 🢀

  6. Lainé, Généalogie de la Maison de Mac-Carthy, 7, 54. 🢀

  7. Lainé, Généalogie de la Maison de Mac-Carthy, 54. 🢀

  8. Cfr. Clare O'Halloran, Golden ages and barbarous nations, 39–40. 🢀

  9. Lainé, Généalogie de la Maison de Mac-Carthy, 62. 🢀

  10. Clare O'Halloran, Golden ages and barbarous nations, 21. 🢀

  11. Marc Caball & Benjamin Hazard, 'Dynamism and decline: translating Keating's Foras Feasa ar Éirinn in the seventeenth century,' Studia Hibernica, 39 (2013) 49-69. 🢀

  12. Lainé, Généalogie de la Maison de Mac-Carthy, 4, 30, 33–34, 71. 🢀

  13. J. J. L. Lainé, 'Avertissement [22 February 1850],' Archives généalogiques et historiques, 11 (Paris 1850) 6. 🢀

  14. John MacAloon, This Great Symbol: Pierre de Coubertin and the origins of the modern Olympic Games (Chicago 1981), 5-6. 🢀

  15. J. J. L. Lainé, 'Avertissement [22 February 1850],' Archives généalogiques et historiques, 11 (Paris 1850) 7. 🢀

  16. Carolina Armenteros, The French idea of history: Joseph de Maistre and his heirs, 1794–1854 (Cornell 2011) 16–17, 23, 297, 303; Chris Manias, Race, science, and the nation: reconstructing the ancient past in Britain, France and Germany (New York 2013). 🢀

  17. Éamonn Ó Ciardha, Ireland and the Jacobite cause, 1685–1766: a fatal attachment (Dublin 2002) 33, 284, 307. 🢀

  18. Although Louis Philippe I abdicated the throne in 1848, Orléanism remained an influential force in French politics until the fall of the second empire in 1870. See Maurice Agulhon, The republican experiment, 1848–1852 (Cambridge 1983) 28–29; Philip Mansel, The court of France, 1789–1830 (Cambridge 1991) 186–187. 🢀

  19. Cfr. Clare O'Halloran, Golden ages and barbarous nations, 140. 🢀

  20. Clare O'Halloran, Golden ages and barbarous nations, 39. 🢀

  21. Clare O'Halloran, Golden ages and barbarous nations, 19. 🢀

  22. W. M. Hennessy, Introduction to Chronicum Scotorum — see http://www.ucc.ie/celt/online/G100016/ 🢀

  23. During the fifty-four year period from their arrival in 1691 until the Battle of Fontenoy in 1745, the Abbé MacGeoghegan estimated that more than 8,000 Irish fatalities occurred per annum in French military service. At one time, MacGeoghegan was chaplain to the soldiers of the Irish brigade and dedicated his history to them. See: Abbé James MacGeoghegan, Histoire d'Irlande (3 vols, Paris 1758–62) vol. 3, 754. Louis Lainé read and referred to the work of MacGeoghegan several decades before W. E. H. Lecky criticised MacGeoghegan's estimate of Irish casualties. 🢀

  24. Lainé, Généalogie de la Maison de Mac-Carthy, 10–11, 65–66, 68, 81. 🢀

  25. Lainé, Généalogie de la Maison de Mac-Carthy, 11, 13, 41, 89–90, 95. 🢀

  26. Dublin, Royal Irish Academy, 24 O 39/JOD/75. 🢀

  27. The McCartneys descended from the Picts—Kenneth Nicholls, Personal Communication. 🢀

  28. Letter of H. W. Gillman to J. P. Dalton, Bournemouth, 10 Sept. 1893 (Cork, University College Cork, Boole Library, Special Collections). 🢀

  29. Obituary, in JCHAS, ser. 2, vol. 19 (1913) 102-104. 🢀

  30. Obituary, in JCHAS, ser. 2, vol. 4 (1898) 241-242; see also 'Some past members of the Cork Historical and Archaeological Society (with portraits),' in JCHAS, ser. 2, vol. 13 (1907) 140-149, at 140-142. 🢀

  31. This view was reiterated recently by Kenneth W. Nicholls; Personal Communication, 2014. 🢀

  32. Letter of H. W. Gillman to J. P. Dalton, Bournemouth, 10 Sept. 1893 (Cork, University College Cork, Boole Library, Special Collections). 🢀

  33. Cork, Cork City and County Archives, IE CCCA/B614 (Business records of Dowdall O'Mahony & Co. Ltd.) Dowdall Brothers Creamery was established in the mid- to late-1800's in Charleville, Co. Cork, before merging with O'Mahony in the early 1900's. 🢀

  34. J. Anthony Gaughan (ed.), Memoirs of Senator James G. Douglas (1887-1954), concerned citizen (Dublin 1998) 20, 93, 122, 180. About this time, according to Seán O'Faoláin, Dowdall donated the funds for the U.C.C. Students Club to acquire 'a small browsing library'. See Seán O'Faoláin, Vive Moi! An autobiography (London 1965) 125. 🢀

  35. I owe this information to Catriona Mulcahy, University Archivist, Office of Corporate & Legal Affairs, University College, Cork. 🢀

  36. Voyez la représentation de ce cimier sur la carte des deux Momonies. 🢀

  37. This motto comes from Vergil's Aeneid 1.604 and means: “A mind conscious of integrity.” 🢀

  38. Nom formé Mac-Cairt'aig, c'est-à-dire fils de l'habitant des rochers, ou fils du protecteur. Les substantifs Mac et O, qui précèdent les noms patronymiques irlandais, signifient fils, et correspondent aux fitz des Anglais, witz des Russes et ben des Arabes. Mais la signification des deux mots irlandais a plus d'étendue, car ils servent communément à désigner tous les descendants d'une même race, à quelque degré que ce puisse être. Le mot ib, prononcé ive et écrit improprement hy, a aussi la signification de postérité, comme Hy-Maney, pour postérité de Maney ou Maneus, Ib Cairt'aig', pour descendance de Cairt'aig'. Le droit à faire précéder le nom d'une famille des mots Mac et ô, appartenait à toute la race, et non pas exclusivement au chef de la tribu, comme l'a fait supposer une erreur vulgaire qui s'est accréditée jusqu'à nos jours. La seule distinction que l'histoire ait consacré c'est de ne désigner le plus souvent les chefs de tribu que par leur seul nom de famille, comme ô Neill, Mac-Carthy, tandis que les autres membres sont toujours rappelés par leurs noms de baptême précédant celui de la race. Cependant cet usage n'est devenu général qu'à l'avènement des Stuarts. À partir de cette époque les chefs de tribus irlandaises et les pairs d'Angleterre et d'Irlande n'ont plus signé que de leur seul nom de famille, sans prénom, ni titre, et ce nom, ainsi isolé, désignait toujours le chef de la tribu ou le titulaire de la pairie. Quant à l'accent qui surmonte l'ô des patronymiques irlandais, ce n'est que depuis environ 200 ans qu'il a été adopté, pour exprimer que ceux qui le portent descendent de la race en ligne directe et masculine et non par les femmes ou par voie de substitution. Cette remarque nous conduit à une dernière observation essentielle. Quoique nous nous soyons conformés à l'orthographe suivie depuis deux cents ans environ par les historiens, pour les noms irlandais, il importe, pour ceux qui consultent les vieilles chroniques et les sources originales, de rappeler que la langue irlandaise n'admet point la lettre 'A'. Cette lettre ne s'y représente jamais que par un point ou une apostrophe, en sorte que c'est plutôt un signe de ponctuation qu'une lettre. Ce sont les historiens modernes, avons-nous dit, qui ont substitué la lettre 'h' à ces points, et comme c'est un usage reçu, nous l'avons observé dans tout le cours de notre travail, excepté dans le tableau généalogique qui lui sert d'introduction. 🢀

  39. Un seul écrivain anglais, J. Gordon, dans une Histoire d'Irlande, traduite en français en 1808, a cru pouvoir d'un trait de plume enlever à l'Irlande toutes les notions de son existence politique antérieures à l'établissement du Christianisme dans cette contrée. Mais l'opinion destituée de toute critique d'un écrivain aveuglé par une prévention nationale, ne peut'avoir aucun poids contre le témoignage des vieilles chroniques et des anciennes légendes irlandaises, consacrées par tous les historiens. C'est avec la même légèreté que Gordon rejette l'existence d'Ossian et de ses poèmes, dont l'authenticité est récemment sortie triomphante d'une controverse mémorable. 🢀

  40. La plus ancienne division connue, ou du moins celle que confirma Eocha IX avant J.C., ne comprenait que les quatre royaumes de Munster (Momonie), de Connaught (Connacie), de Leinster (Lagénie) et d'Ulster (Ultonie), gouvernés par quatre rigs ou rois. Au-dessus des quatre rigs était l'ardrig, ou monarque, souverain électif dont le Meath formait l'apanage. L'un d'eux, Hugony, successeur de Kimbath, pour diminuer la puissance souvent rivale des quatre rois provinciaux, fit une nouvelle division de l'île en vingt-cinq dynasties, qu'il obligea par serment de n'élire ou n'accepter jamais d'autre monarque qu'un prince de sa maison. (Histoire d'Irlande, par Thomas Leland, traduite de l'anglais, in-12; Maestricht, 1779, t. l, p. 12 du discours préliminaire.) Dans cette hiérarchie marchaient immédiatement après les riags, les princes, toparques et chefs feudataires nommés uriags tiarnas et confinnies, lesquels commandaient les clans ou tribus inférieures. Les druides, les brehons ou juges, et les fileas ou bardes, composaient originairement les autres classes supérieures de la nation. 🢀

  41. Les chroniques et les anciens registres conservés dans les cours souveraines font mention de présents annuels offerts au monarque par les rois provinciaux, usage d'ailleurs universellement pratiqué entre ces derniers. Ces présents réciproques étaient le gage des dispositions amicales des souverains et le renouvellement annuel de leur alliance. Dans les périls communs, les rois provinciaux ralliaient leur forces à celles du monarque, chef de la confédération; mais dans le cours ordinaire des choses, le monarque n'exerçait aucune supériorité politique sur les souverains provinciaux, et souvent ces dernier lui faisaient la guerre. 🢀

  42. Voyez le tableau généalogique. 🢀

  43. La postérité d'Hérémon s'est divisée en deux grandes branches. De la première, qui a continué la dénomination de race hérémonie, sont issus les ô Conor-Royal, ô Nial, ô Donnell, Mac-Donald, ô Kelly de Connaught, Mac-Mahon d'Ultonie, Mac-Egan, Lally, etc. 🢀

  44. De cette race viennent les ô Farrell, princes d'Annaly (territoire formant depuis le comté de Longfort), et les ô Connor-Kerry. 🢀

  45. Les ô Driscoll, ô Leary, ô Coffey, ô Hea, etc. sortent de cette race. 🢀

  46. Le chevalier Jacques Ware et le major Charles Vallencey ont donné des détails intéressants sur cette loi constitutive des états d'Irlande, qu'on a vu se reproduire à la naissance du régime féodal, dans les séniorats d'Allemagne et d'Italie. L'ambition des chefs et l'instabilité des peuples ont souvent porté une funeste atteinte à ce droit successif des souverainetés de l'Hibernie. Pour prévenir les sanglants conflits qui s'élevaient trop fréquemment, les princes régnants, avec le commun suffrage des grands et du peuple, désignaient de leur vivant ceux que la loi du paya appelait à leur succéder. De ce moment, l'héritier présomptif monarque était reconnu et proclamé riogdamna; celui des rois provinciaux et chefs de clans prenait le titre de taniste. Le prince héréditaire soutenait sa dignité par un revenu considérable, appelé loghty et par les cosherings, tributs qu'il imposait à sa volonté sur toutes les terres qui n'appartenaient point à l'église. Le major Vallencey ajoute qu'anciennment, par un privilège spécial, le taniste (de même que le riogdamna) était non seulement généralissime de toute l'armée, mais encore chef de la justice dans toute la principauté ou le royaume. (Voyez aussi les Actes recueillis par Jean Davis, chef de la justice du banc du roi Jacques Ier, p. 28). 🢀

  47. “Cette famille, l'ornement et la gloire de la religion et du pays (dit le Monasticon Hibernicum), a édifié et fondé des églises, des collèges et d'autres monuments de la religion, tels que le monastère des chanoines de Saint-Augustin de Cork en 1134, l'abbaye de Saint-Maur de Fonte-Vivo dans la baronnie de Carbery, en 1172; le couvent des Franciscains de Cork en 1214 celui des Bernardins de Tracton, dans la baronnie de Kinelea, 1224; l'abbaye de Timoleague, vers l'an 1320 le monastère d'Irelagh ou de Mucras, près du lac Lean, en 1440; celui des Franciscains de Kilcrea, en 1465; le couvent de Ballivacadane, vers la même époque, et cinq autres églises en divers lieux.” (Voyez l'ouvrage cité, p. 60, 66, 71, 77, 79, 303 et 392; l'histoire de la ville de Cork, par Smith, t.I, p. 166 et 382, et les histoires d'Irlande de Keating et Mac-Geoghegan.) Peu de familles puissantes ont laissé plus de traces de ce qu'elles ont fait pour la religion et l'humanité. On conserve encore dans tout le midi de l'Irlande le souvenir des vertus des Mac-Carthy. Leur maison était ouverte à l'hospitalité la plus genéreuse et la plus magnifique. Des officiers chargés d'accueillir les étrangers qui y affluaient jour et nuit, avaient ordre de pourvoir à tous leurs besoins et de ne refuser jamais personne. 🢀

  48. Cette loi ne fut suspendue que relativement à la branche dalcassienne, car on la voit constamment en vigueur dans les différentes branches et les divers rameaux de la ligne eugenienne. 🢀

  49. This is an error, actually referring to James II (1633–1701), son of Charles I and brother of Charles II. 🢀

  50. Un siècle plus tard, dans la guerre de 1688, où le chef des Mac-Carthy avait fuit revivre sur sa tête le titre de roi de Momonie, cette maison fournit quatre régiments de son nom; savoir les régiments de Clan-Carthy, de Mountcashel, de Mac-Carthy-Reagh et de Mac-Carthy-Môr. La plupart des officiers étaient du nom de Mac-Carthy. Ces régiments passèrent au service de France, où ils se distinguèrent. Depuis ils furent fondus dans d'autres régiments (1695). Les officiers de MacCarthy-Reagh s'étant attachés depuis lors au service d'Espagne plusieurs de leurs descendants ont été tués dans la guerre de la succession à la couronne des Deux-Siciles. 🢀

  51. Les feudataires de Mac-Carthy-Môr étaient les ô Moriarty, le Mac-Gillicuddy ou Arc-Deacon, les ô Sullivan, les Mac-Fyneen, les Mac-Auliffe, les ô Callaghan, les ô Keeffe, les ô Donôughou, tous de race eugénienne, et les ô Leary de la race lugadienne. Les feudataires de Mac-Carthy-Muskery étaient les ô Riordan, les Mac-Swiney de Munster (branche de ceux d'Ulster), les ô Hurly et les ô Hennessy. 🢀

  52. La charité de ce digne prêtre l'avait attaché aux troupes nationales, qu'il suivait dans les combats pour prodiguer ses secours et de pieuses consolations aux blesses. Fait prisonnier par les Anglais, il fut conduit à Cork, où on lui offrit non seulement la vie et la liberté, mais même des récompenses, s'il consentait à embrasser la réforme. L'appareil d'un affreux supplice n'intimida point Dermod Mac-Carthy. Il rejeta l'offre du parjure et voulut mourir pour la foi qu'il avait confessée. Attaché à la queue d'un cheval fougueux, il fut traîné par la ville et successivement pendu et écartelé, après quoi ses entrailles furent arrachées et ses membres exposés dans les places publiques. (Hist. d'Irlande, par Mac-Geoghegan, t. III, p. 614). Ces fanatiques horreurs, souvent répétées à cette époque et même plus tard, sont restées profondément gravées dans la mémoire de la nation irlandaise, et loin d'avoir obtenu le résultat qu'une fausse et cruelle politique en espérait, elles n'ont fait qu'alimenter dans le coeur de tous les Irlandais l'amour de leur indépendance et de leur pairie, et raffermir leur zélé pour la religion catholique. 🢀

  53. Ces Annales, ainsi nommées parce qu'elles furent composées par des religieux d'un monastère situé dans l'île d'Innisfallen, contiennent l'histoire d'Irlande, depuis l'an 250 jusqu'à l'année 1320. Le savant Théophile ô Flanagan en a donné une traduction. 🢀

  54. Ces Annales ont été recueillies par Tigernach, religieux de l'abbaye Clonmacnoise. Elles se terminent à sa mort, arrivée en 1088, mais elles ont été continuées sous son nom. 🢀

  55. Depuis ce partage de l'Irlande entre Conn et Mogh, chacune des deux moitiés a pris et conservé le nom de son souverain comme l'explique avec détail ô Flaherty. Ainsi la partie septentrionale fut nommée Leath-Cuinn, moitié de Conn, ou Constantine, et la partie méridionale Leath-Mogha, moitié de Mog. La province de Leinster était incorporée à cette dernière partie, où l'on vit se former trois dénominations de rois provinciaux, savoir, le roi de Leath-Mogha, ayant pour territoire particulier l'Ormond, ou Munster oriental, aujourd'hui le comté de Tipperary; le roi de Desmond, ou Munster méridional, qui fut toujours de la race eugénienne; et le roi de Thomond, ou Munster septentrional, toujours de la race dalcassienne. 🢀

  56. Anno 366 Crimthannus filius Fidachi, Herberio è semine Achaio Mogmedonio sororio suo Temoriae extremum diem quiete claudenti, substitutur rex Hiberniae annis tredecim. Transmarinis expeditionibus in Galliâ et Britanniâ memorabilis erat: uxorem habuit Fidengam e regio Connactiae stemmate, sed nullam sobolem reliquit. Crimthanno regi mortem intulit veneno apud Inisdorn-Glassy Muadii fluminis insulam, Mongfinna soror, ut Brianus filius, quem unicè diligebat, maturiùs regnandi initium faceret; sed execrabili facinori successum abnuit Deus; neque enim Brianus, nec ullus e semine Briani rex Hiberniae evasit, praeter Rodericum ultimum regem, ejusque patrem Tordelvacham ô Conor. Illa etiam veneno, quod fratri propinavit in insulâ, extincta est, et fratrem inde in Momoniam properantem apud regii obitus montem eis Limericum, tabes per artus diffusa absumpsit. (ô Flaherty, p. 380-385; Cambrensis Eversus, p. 72.) 🢀

  57. Voyez ci-après la suite de chronologie des rois de Momonie, et le tableau généalogique 🢀

  58. Il y avait au monastère de Saint-Evan, dans le comté de Kildare, une cloche appelée Beannawenin ou cloche de Saint-Evan, qui après la mort de ce saint fut l'objet d'une grande vénération. Dans les occasions solennelles, les Eugéniens prêtaient leurs serments en posant la main sur cette cloche. La garde en était confiée aux Mac-Egan, branche des Imaniens (ô Kelly) de Connaught et juges héréditaires de la Momonie méridionale. La fête de saint Evan se célèbre le 23 décembre. 🢀

  59. Il résulte de ce passage que Conall-Each-Luath, descendant de Cormac-Cas, quit d'apres le Psautier de Cashel, est déclaré par Keating successeur de Corc, a été oumis le poème chronologique des rois de Momonie d'ô Duvegan. 🢀

  60. C'est de ce roi que la maison ô Sullivan tire son origine. 🢀

  61. Du roi Cathal sont issus les princes de Fermoy. 🢀

  62. Elle fut aussi appelée alternativement avec la branche eugénnenne au trône de Leath-Mogha. (Voyez le tableau généalogique et l'Histoire d'Irlande d'ô Halloran.) 🢀

  63. Ce tyran fut noyé dans le Logh Nair, par Maolseachlain, roi de Meath. (Voyex la Chronique des Scoto-Hiberniens et celles d'Ultonie). 🢀

  64. Ce prince vivait à l'époque où les familles irlandaises commencèrent à adopter des noms patronymiques. Morogh, son fils aîné, en souvenir de ton père, prit le nom de Mac-Carthy (génitif de Cairthach) qu'il a transmis à sa postérité. Cet exemple, qui fut suivi par beaucoup de familles, explique les modifications qu'on remarque dans la plupart des noms patronymiques dérivés des noms de baptême, comme ô Mahony, de Mahon, ô Brien, de Brian Boruma, ô Nial et par suite ô Neill, de Nial (collectivement Ib-Nial), etc. 🢀

  65. Voyez le tableau généalogique. 🢀

  66. On distingue la maison royale ô Conor de Connaught ou Connacie, des ô Connor de Kerry et ô Connor de Kinaghta, en écrivant le premier nom avec une seule 'n.' 🢀

  67. Pour reconnaître le service signal que Raymond-le-Gros lui avait rendu, Dermod accorda à ce général de vastes domaines dans le comté de Kerry, possédé par ses descendants (Giraldus Cambrensis.) Plus tard, sur trente-un cantons dont se composait le comté souverain de Cork, Dermod en aliéna sept au profit de Milon de Cogan et de Fitz-Stephen. (Gordon, t.I, p. 181.) Malgré ces aliénations successives et les conqués des colons anglais, parmi lesquels on distinguait surtout les Fitz-Gerald, élevés au titre de comtes de Desmond par Edouard III en 1329; la maison de Mac-Carthy exerçait encore la souverainetéte sur ce pays à la fin du seizième siècle, et n'avait pas cessé d'être comptée par les Anglais comme l'une des plus puissantes et des plus belliqueuses provinces du Midi. (Leland, t.II, p. 54, 165; t.III, p. 83, 168, 281). 🢀

  68. Christian Mac-Carthy, abbé de Saint-Pierre et Saint-Jacques de Ratisbon, qui vint en Irlande en 1150, à l'effet d'obtenir des secours pour son abbaye, pouvait être frère de Dermod-Môr Mac-Carthy. (Voyez Vallencey, Collectanea De Rebus Hibernicis, t.I, p. 576, et Mac-Geoghegan, t.I, p. 453. 🢀

  69. On conservait dans cette abbaye un morceau de la vraie croix, objet d'un pélerinage particulier le jeudi-saint. L'abbé de Tracton siégeait en qualité de baron au parlement d'Irlande. (Archdall, Monasticon Hibernicum, p. 79). 🢀

  70. Ou Mac-Carthannaigh (le fils du Charitable). 🢀

  71. Fitz-Maurice: d'argent au sautoir de gueules; au chef d'hermine. 🢀

  72. Fitz-Maurice: comme ci-dessus 🢀

  73. Fitz-Gerald Kildare: d'argent, au sautoir de gueules. 🢀

  74. Fitz-Maurice: comme à la p. 69. 🢀

  75. Et non Clan-Carthy, comme disent Leland et Gordon, ce dernier titre étant celui qui fut concédé à la branche de Muskery, en 1658. 🢀

  76. Fitz-Gerald Desmond: d'argent, au sautoir de gueules, cantonné de 4 mouchetures d'hermine de sable. 🢀

  77. Fitz-Maurice: comme à la p. 69. 🢀

  78. Barry: fascé d'argent et de gueules. 🢀

  79. Mac-Carthy: comme à la p. 1. 🢀

  80. Fitz-Gerald: comme à la p. 72 🢀

  81. Butler: d'or, au chef denché de gueules. 🢀

  82. Sous le règne de Jacques 1er, Cormac-Ogue Mac-Carthy, vicomte de Muskery, attira d'Angleterre plusieurs familles catholiques auxquelles il procura des établissements dans le comté de Cork, ce qui limita sa puissance territoriale. Ces familles furent les Harding, Field, Terry, Gould, Kent, etc. (Histoire du comté de Cork, p. 181). 🢀

  83. O'Brien: de gueules, à 2 leopards, l'un sur l'autre, partis d'or et d'argent. 🢀

  84. Nous transcrivons ici le certificat db ses funérailles, dans lequel est rappelée sa carrière politique: Le très-honorable et noble seigneur Charles Mac-Carthy, vicomte de Muskery, fils aîné de Donogh, comte de Clan-Carthy, dans le royaume d'Irlande, ayant été forcé d'abandonner son pays natal par suite de sa fidélité à son souverain, s'attacha dès sa jeunesse sur les pas des héros dans la profession des armes au service de sa majesté très-chrétienne, et y donna dans toutes les occasions des témoignages si éclatants de sa conduite et dé son courâge, qu'il obtint avec justice la réputation d'un général vaillant, vigilant et expérimenté. Rappelé par la suite au devoir que lui imposait sa fidélité à sa patrie, il ne donna pas dès preuves moins distinguées de l'étendue de ses talents, de son honneur et de son courage en servant sous les drapeaux du roi son souverain, pendant la résidence que fit S.M. dans les Pays-Bas soumis au roi catholique, sous l'heureux commandement de S. A. R. Jacques, duc d'York, qui faisait un cas peu commun de ce grand homme, dont il estimait la grandeur des talents et des connaissances: ce qui porta S. A. R. à le nonimer premier gentilhomme de sa chambre. Ce fut pour, remplir les fonctions de cette place et mieux manifester à son-maître sa fidelité et son affection extraordinaire, qu'il fut présent, au dernier combat naval que ce prince soutint contre les Hollandais, le samedi 15 juin l665. Ce fidèle sujet était sur le vaisseau amiral le Royal-Charles, et très-prés de la personne de S. A. R. lorsqu'il mourut dans le champ de gloire frappé d'un boulet, qui dans le même moment trancha les jours de Charles, comte de Falmouth et de Richard Boyle, écuyer, second fils de Richard, comte de Burlington et de Cork. Ce très honorable seigneur avait épousé lady Marguerite Burgh, fille et seule héritière du très-noble seigneur Ulick Burgh, marquis et comte de Clanricard en Irlande et comte de Saint-Alban en Angleterre, de laquelle il a laissé pour postérité un seul fils, nommé Charles-Jacques, de présent vicomte de Muskery, âgé d'un an et demi, et une fille nommée Françoise, âgée de trois ans. Il mourut universellement regretté à l'âge de 31 ans. Le comte de Clan-Carthy, son père, ayant pris l'ordonnance de ses funérailles, fit déposer son corps pendant quelques jours au château de Dorset, d'où, le lundi 19 de juin, ayant été mis dans une barge, il fut conduit aux escaliers qui mènent au parlement à Westminster, suivi d'un très-grand nombre de personnes de la nation irlandaise aussi distinguées par leurs vertus que par leur naissance, d'où on le porta avec décence vers l'église de l'abbaye, entre les lignes d'une garde d'infanterie, la procession marchant dans l'ordre qui suit: La marche était ouverte par un grand nombre de gentilshommes, d'officiers et de personnes de qualité en deuil, que suivait inimédiatement devant le corps un hérault d'armes important sur un coussin la couronne du défunt. Le poêle qui couvrait le cercueil orné d'écussons, était soutenu par quatre colonels de la première distinction. Le deuil était mené par son plus jeune frère Justin Mac-Carthy, suivi de personnes respectables et alliées, précédées par la Jarretière, premier roi d'armes, ayant à sa gauche un gentilhomme huissier nu-tête. À la suite du deuil marchaient sa grâce l'archevêque de Cantorbéry, le lord chancelier, les ducs de Monmouth et d'Ormond, ainsi qu'un grand nombre de comtes, vicomtes et barons des trois royaumes, avec d'autres personnes de condition qui s'étaient assemblées dans la salle des princes pour assister à cette lugubre solennité. Le doyen et les prébendiers de Westminster se rendirent à la porte méridionale de l'église, pour y recevoir le corps, qui fut porté du côté septentrional du choeur, et enterré dans le bas côté près du corps de son grand-père Charles, lord vicomte Muskery. Ce certificat a été dressé par le chevalier Edward Walker, dit Jarretière, premier roi d'armes, et attesté par le très-honorable Donogh, comte de Clan-Carthy, père du très-illustre lord décédé ce 22e jour de juin 1665. 🢀

  85. A note is pencilled in the margin here by Robert Donovan of Cork, the owner of this copy of the book in 1840. It reads: “There is a little mistake in this—In the first place, Sarsfield was not with him here. He was then in Sligo. In the next, Justin MacCarthy was not slain in action but after it, caught in a wood. See the History of the Inniskilling Men” [2 vols. London 1690–1691]. 🢀

  86. A handwritten note in the margin reads: Now French. 🢀

  87. La fête de saint Molaga de Timoleague, patron de la baronnie de Carbery, se célèbre le 20 janvier. La race eugénienne avait pour patron saint Evan, dont l'anniversaire se célèbre le 22 décembre, la veille de sainte Victoire. 🢀

  88. Les actes marqués d'un astérique existent en originaux et sont transcrits dans l'histoire de la maison de Mac-Carthy par les rois d'armes d'Angleterre. 🢀

  89. Les actes marqués d'un astérique existent en originaux et sont transcrits dans l'histoire de la maison de Mac-Carthy par les rois d'armes d'Angleterre. 🢀

  90. Reagh signifie Tavelé, marque de taches de rousseur. Ce surnom, donné à Donall, devint l'épithète distintive des aînés de sa race. (Voyez ô Sullivan, dans son Histoire catholique, et l'abbé Mac-Geoghegan, t.III, p. 471 de son Histoire d'Irlande). On fait observer que le mot Reagh se prononce Riabac, et que le mot Reubac, qui a la même prononciation, signifie Déchireur, qui déchire en s'élançant. Ces deux étypologies paraissent également s'appliquer à l'épithèe Reagh, l'une par rapport à Donall Mac-Carthy, l'autre par illusion au cerf des armes de la maison. Ce fut ce même Donall-Reagh qui adopta la devise: Fortis, ferox et celer🢀

  91. Les actes marqués d'un astérique existent en originaux et sont transcrits dans l'histoire de la maison de Mac-Carthy par les rois d'armes d'Angleterre. 🢀

  92. Fitz-Maurice: d'argent, au sautoir de gueules; au chef de hermine. 🢀

  93. Ce fut une circonstance bien singulière qui fit rentrer Donall Mac-Carthy-Reagh en possession de Kilbritton. Ce seigneur possédait une belette blanche d'une beauté extraordinaire. De Courcy la lui emprunta. Mais comme cet animal était d'une rareté sans prix, il n'hésita pas à donner le château de Kilbritton pour gage de la restitution de la belette. Malheureusement pour de Courcy, la belette mourut dans ses mains et le château resta dans celles de Mac-Carthy-Reagh. 🢀

  94. Mac-Carthy: comme à la p. 1. 🢀

  95. Fitz-Gerald Desmond: d'argent, au sautoir de gueules, cantonné de 4 mouchetures d'hermine de sable. 🢀

  96. C'est-à-dire Fyneen, fils de Dermod, fils de Donall-Reagh, fils de Donall-Carbreagh. 🢀

  97. Mac-Carthy: comme à la p. 1. 🢀

  98. Fitz-Gerald: d'argent, au sautoir de gueules. 🢀

  99. Taig ou Thadeus Mac-Carthy, évêque de Cork et de Coyne, pouvait être fils de Donall Mac-Carthy-Reagh, et Dermod Mac-Carthy, évêque de Cork en 1568, ton petit-fils. 🢀

  100. Mac-Carthy: comme à la p. 1. 🢀

  101. C'est-à-dire des Barriques, surnom qui lui fut donné à l'occasion d'un nombre de barriques de vin de Bordeaux, qui de son temps furent jetées sur la plage, vis-à-vis son château de Burrin, à la suite d'un naufrage. 🢀

  102. Fitz-Gerald Desmond: comme à la p. 72. 🢀

  103. Son contrat de mariage fut passé la 23 novembre 1635: Elinor eut en dot 2000 livres sterling. Donall Mac-Carthy assura à son fils Charles et à sa future épouse le château de Cullynane, où il dut faire construire une maison propie à les y recevoir. 🢀

  104. The name 'Donal' is in pencil above the line of the genealogy. 🢀

  105. Cormac Spáinneach, Mac Cartie Spanach 🢀

  106. Hackett: de gueules, à 3 poissons d'argent en pair; 2 et 1; au chef du même, chargé de 3 tréfles de sinople. 🢀

  107. Shee: tranche d'azur et d'or; à 2 fleurs de lys de l'un-en-autre. 🢀

  108. French: de hermine au chevron de sable. 🢀

  109. Son goût éclairé pour les sciences et les lettres lui fit former dans cette ville une des plus belles et des plus riches bibliothèque particulières qui existassent en Europe, et qui rendit son hôtel; le rendez-vous des savants et des artistes les plus distingués. Cette bibliothéque digue d'un souverain, suivant l'expression de M. de Bure, chargé en 1814 d'en faire, le catalogue, était-plus remarquable par le chois des ouvrages, la rareté des éditions et la condition somptueuse des reliures, que par le nombre des ouvrages et la quantité des volumes. Le maréchal Berthier en avait offert sous l'empire huit cent mille francs. 🢀

  110. Tuite: écartelé d'argent et de gueules. 🢀

  111. De Bressac: d'argent, à la fasce de sable; chargée de 3 molettes d'éperon d'argent, et accompagnée de trois mouchetures d'hermine de sable. 🢀

CELT

2 Carrigside, College Road, Cork

Top